MEMORANDUM A L’ATTENTION DE MONSIEUR LE CHEF DE BUREAU DE LA MINUSCA DE BAMBARI

Publié le par TAKA PARLER

PHOTO DE LA MARCHE DE BAMBARI
PHOTO DE LA MARCHE DE BAMBARI


Nous, populations de la Ouaka, sommes mécontentes du mutisme et du laissez aller vis-
à-vis de l’insécurité chronique qui sévit à Bambari, Ngakobo, Kouango, et les environs.
Constatons que :
Ali NDARASSA et ses hommes tuent depuis 2014 jusqu’à ce jour et n’est jamais
inquiet;
Aucun pouvoir public n’a posé des actes concrets pour arrêter ces barbaries;
En une semaine, 09 Centrafricains sont tués à Ngakobo par des éléments de la
Séléka Peulhs de Ali NDARASSA avec la complicité des Mauritaniens de la
MINUSCA.
Avons écouté sur les ondes de la Radio Ndéké Luka, les propos injurieux de Mr
ONIANGA – ANIANGA Représentant Spéciale du Secrétaire Général des Nations
Unies en Centrafrique traitant les Centrafricains de voleurs de bœufs, alors que
ces derniers démunis de toutes forces ne vivent que des produits champêtres.
Ce Centrafricain du nom de DANDE Bienvenue tué à Ngakobo, revenait du
champ avec ses épouses et n’a jamais mis pied dans un parc qui n’existe nulle part
à Ngakobo.

Mémorandum du MRDP Bambari Ouaka


Dans d’autres préfectures règnent la paix et la sécurité, et la libre circulation des
biens et des personnes est une réalité quotidienne.
Pourquoi et toujours la Ouaka qui continue de souffrir ? Pourquoi la population
de la Ouaka doit-elle continuer à subir des actes de barbaries ?
Nous avons espérer qu’avec le retour à la légalité constitutionnelle, la Préfecture
de la Ouaka devrait respirer une aire nouvelle ; hélas nous vivons le pire.
Les éléments de la MINUSCA affectés dans la Ouaka sont tous des musulmans et
entretiennent leurs frères au détriment du reste de la population ; ce qui n’est pas
acceptable.
La complicité de la MINUSCA est visible et claire, car c’est elle qui fournit des
armes et des munitions aux éléments de la Séléka pour tuer la population civile.
Les éléments de la Séléka se promènent librement l’arme aux poings, érigent des
barrières au su et au vu de la MINUSCA qui ne réagit pas.
La Ouaka est vue comme un dépotoir où il faut y déverser tous les criminels
musulmans, d’une part et, la MINUSCA qui se déplace avec éléments de la
Séléka qui sont des rebelles dans les véhicules des Nations Unies que ce Mr.
ONIANGA ANIANGA qui n’ose pas condamner ni dénoncer, mais se contente de
les défendre d’autre part.
Nos souffrances ont trop durées et nous disons tous de vive voix « ça suffit ».
Recommandons:
. L’arrestation immédiate d’Ali DARASSA n’excédant pas 30 jours;
. Le départ sans condition des Mauritaniens et leur remplacement par des contingents non
musulmans.
. Départ sans condition du chef de Bureau de la MINUSCA de Bambari
. La levée immédiate de toutes les barrières érigées par les SÉLÈKA ainsi que leur
cantonnement et isolement sans condition à 30 Kms hors de la ville ;
. Le départ de Monsieur ONIANGA – ANIANGA à la tête de la MINUSCA qui n’est pas
à la hauteur de la tâche, et qui injurie les centrafricains alors que le mandat qui lui a été
accordé semble oublié e
t il ne joue qu’à l’amateurisme.

Mémorandum du MRDP Bambari Ouaka
. Que la volonté du peuple soit respectée.
. Non à une forme de complot de ‘‘PARTITION’’ à travers un silence et une inaction du
Gouvernement.
Paix = volonté du peuple
Excédée, nous prendrons nos responsabilités aux prix de notre ‘‘VIE’’


Ampliation


- Présidence de la République
- Primature
- Assemblée Nationale
- Ambassade des USA
- Ambassade de France
- Union Européenne
- Union Africaine
-
MINUSCA
- Partis Politiques
- Presse
- Archives


VIVE LA PATRIE !
UN POUR TOUS
TOUS POUR UN


Fait à Bambari, le 04 Septembre 2016
Pour la population de la Ouaka
Le Coordonnateur du MRDP
REDJE OUAKA A
rcad-Kennedy

LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI
LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI
LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI
LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI
LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI
LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI

LES PHOTOS DE LA MARCHE DE LA POPULATION DE BAMBARI

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gaga 13/09/2016 18:20

Ahahahahahaha……..
Certains petits rêveurs en mal de nationalisme ont crues avoir trouvé un nouveau combat, celui de choisir à la place du service de maintien de la paix des Nations Unies, la nationalité, l’orientation religieuse, voir alimentaire des contingents qui seront affectés dans leurs régions. Pour cela, ils organisent du vacarme autour de la question sur base de mensonge, d’ignorance, de légèreté et de manque criard de connaissance.
Qu’en est’ il réellement ?
Au début de la crise, la région de la Ouaka a été cité comme exemple de cohésion sociale et du vivre ensemble entre les communautés car la paix y régnée malgré l’embrasement à Bangui et dans les régions de l’Ouest. Cette tranquillité a poussé même la population peulh fuyant les exactions à Bangui (PK13) à choisir d’être déporté dans cette région pour retrouver la sécurité et la quiétude. Cette paix n’est que de courte durée quand les Balaka venus de Bossangoa se sont installés à LIWA (10 km de Bambari sur la route d’Alindao). Ils ont commencés à vacciner une partie de la population (l’autre partie à refuser et a quitté le village), tenir nuitamment des réunions à l’école de LIWA, distribuer des amulettes faites de cornes et ongles des animaux sauvages, le tout emballer et cousu dans des sacs dites de banco. De la sauvagerie et de la barbarie en quelques sortes. Le message qu’ils font passer se résument ainsi : « Ce pays nous appartiens, il faut chasser les peulh et les musulmans qui sont des étrangers et qui sont venus volés nos richesses ». Faisant suite à la formation reçue, la première attaque est intervenue sur la route LIWA-Bocolbo qui s’est soldée par l’assassina d’un peulh passager d’un taxi moto. Le chauffeur a réussi à fuir et alerté les siens qui ont organisés la riposte sur la population de LIWA. Voilà comment les choses ont commencé. La suite tout le monde le sait. Tueries de masse, incendie des habitations, exodes et déplacement, abandon des villages et champs, vol de bétail, concentration des populations sur sites de fortune surpeuplées et insalubres, division de la ville en deux parties, etc…
L’arrivée des contingents congolais de la RDC a un peu calmé la situation et redonner espoir d’un règlement rapide de la crise. Ces derniers grands consommateurs des filles et de l’alcool vivaient à 100 à l’heure en vendant de l’eau minérale, du kit de petit déjeuner et du poisson de la mer importé pour leur alimentation personnel. Ils avaient loués clandestinement des maisons dans les quartiers pour assouvir leurs besoins. Tout le monde trouvait son compte dans ce business. Des parents plus gourmands, poussés par l’appât du gain ont commencés à pousser leurs enfants pour dénoncer les congolais qui pour grossesse, qui pour viol imaginaire. Les Nations Unies sont obligées de réagir pour sauver leur honneur. Ils ont renvoyés le contingent congolais pour les remplacer par les Mauritaniens plus rigoureux, ne fréquentant pas les débits de boisson, ne consommant pas les bordels et ne puisant pas dans leur stock alimentaire pour vendre aux petits affairistes du coin. Du coup des rumeurs ont commencées à circuler sur eux faisant allusion de leur connivence avec la population musulmane. De l’amalgame à la centrafricaine permettant de salir leur réputation et leur vigilance. En effet, ils ont à plusieurs reprises empêché des massacres et de vol de bétail. C’est ainsi que des petits malins (constituaient en relais à Bangui et ailleurs) ont crues devoir organiser ce tintamarre pour obtenir gain de cause. Ils ignorent les règles de déploiement des contingents des Nations Unies. Les critères d’évaluation des performances de ces soldats ne relèvent pas des habituels mensonges auxquels nous sommes habitués chez nous. Il faut plus, vraiment plus pour détrôner ce contingent qui fait bien son travail. Nous avons eu la même attitude envers les Français, les Tchadiens, les Ougandais, que sait-je encore ? …. Tous exaspérés par notre ingratitude ont ou sont en cours de plier bagages. Nous sommes les premiers à commencer à pleurer leur départ alors que notre problème n’est pas régler. Ohhhhh, …. Centrafricain, il faut grandir si non nous serons la risée du monde.

NADE Berty 13/09/2016 16:58

Ce mémorandum initié par les véritables PATRIOTES soucieux aussi bien de leur sécurité, de la paix et de la protection de l'intégrité de leur pays est un acte hautement courageux qui mériterait non seulement d'être salué mais il devrait être soutenu sur toute l'étendue du territoire national.... La duplicité tant décriée de la minusca n'a que trop duré. Il faut par tous les moyens y mettre un terme. Qu'on le veuille ou non, la RCA nous appartient d'abord avant de devenir le terrain de jeu des aventuriers de tout acabit soutenus par ce machin au service des grandes puissances et qu'on se plaît à appeler les Nation-Unis...
La patrie ou la mort ,nous vaincrons!