PENDANT QUE LA CENTRAFRIQUE PLAIDE POUR LA LEVÉE DE L'EMBARGO, LA FRANCE ANNONCE LE RETRAIT DE LA SANGARIS

Publié le par TAKA PARLER

PENDANT QUE LA CENTRAFRIQUE PLAIDE POUR LA LEVÉE DE L'EMBARGO, LA FRANCE ANNONCE LE RETRAIT DE LA SANGARIS

La question de la levée de l'embargo sur la vente des armes à la République Centrafricaine décidée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies est devenue récurrente à tel point que le gouvernement y focalise tous ses efforts. Pendant les 100 premiers jours de sa gestion, le président de la République, Faustin Archange Touadéra et son gouvernement ont multiplié des missions de plaidoyer auprès des instances Onusiennes pour obtenir la levée partielle ou globale de cette sanction qui constitue une entorse à la sécurité sur le plan national surtout que les forces de défense et de sécurité ne sont plus opérationnelles depuis le déclenchement des hostilités en 2013.

A la prise de pouvoir par les armes à l'issue d'une rébellion de la coalition Séléka, le chef d'Etat de la transition d'alors, Michel Djotodia avait purement et simplement mis à l'écart les Forces Armées Centrafricaines (FACA) qui, selon lui, seraient acquises à François Bozizé. Il ne restait que sur le terrain les milices anti-balaka et les troupes rebelles Séléka qui s'affrontaient. les dernières élections consacrent le retour à l'ordre constitutionnel et les nouvelles autorités élues ont ardemment besoin de mettre en application leurs projets de société mais avec quelle armée? Les défis sont nombreux à relever en plus de cet aspect préoccupant.

C'est ce qui explique l'offensive diplomatique menée par le Chef d'Etat, Faustin Archange Touadéra qui parait bien passer d'éradiquer l'insécurité dans la cité avant son investiture. il a mis à contribution la communauté internationale notamment les traditionnels partenaires au développement dont la France, l'Union Européenne et l'Union Africaine. Les dirigeants centrafricains estiment que seule la présence des forces internationales de la MINUSCA ne suffit pas pour assurer la sécurité de la population civile et protéger valablement l'intégrité du territoire national. Donc, la levée de l'embargo tant souhaitée et par le gouvernement et par le peuple permettra de déployer les agents de force et les FACA sur toute l'étendue du territoire.

Nouvelle spirale de violence

Seulement, un grain vient s'incruster dans l'engrenage. La dernière réunion du Conseil de Sécurité des Nations-Unies a décidé de la prorogation de l'embargo d'une durée d'une année supplémentaire. Ce qui a pour conséquence de compliquer davantage la situation et affaiblit les efforts du gouvernement. Toutefois, dans le milieu diplomatique, il se dit que l'espoir d'une levée partielle de la sanction est permis surtout que les soldats centrafricains suivent des formations au Camp Kassaï à Bangui dans divers domaines. L'objectif de ces opérations est de préparer nos soldats dans la perspective du processus de la Réforme du Secteur Sécuritaire (RSS). Car, le gouvernement initie un programme de refondation de l'armée nationale pour en faire une armée pluriethnique, moderne, apolitique et rajeunie.

Le décor est planté mais les pesanteurs et inquiétudes subsistent. Les inquiétudes? le conseil de sécurité des Nations-Unies semble moins réceptif au plaidoyer du gouvernement centrafricain.

Aussi, le président Français François Hollande a annoncé le retrait des soldats français de l'opération Sangaris en octobre de l'année en cours. Une décision inattendue qui donne le froid au peuple centrafricain qui se sent mieux en sécurité avec les soldats français. L'opération Sangaris était déployée à Bangui au plus fort de la crise en décembre 2013.

En définitive, si les cris de détresse de Faustin Archange Touadéra n'émeuvent personne, le départ des Sangaris équivaut au retour d'une nouvelle spirale de violence en République Centrafricaine.

Ghislain Focky/Epervier

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

togba 21/07/2016 19:26

Du calme,nous revenons de loin.Tout est prioritaire.il faut etre patient dans la souffrance.Meme le
DIEU TOUT PUISSANT n'a pas tout crée en un seul jour.Alors" il faut laisser du temps au temps "
citation du Président Francois Mitterand.Que DIEU BENISSE LA CENTRAFRIQUE.

Anicet le Patriote 19/07/2016 21:51

Centrafrique : Vers un limogeage du Ministre de la Défense Nationale

Je suis centrafricain à 100% et je peux vous dire que je suis très écœuré par ce que je viens de lire sous le titre ci-dessus.
Un adage africain dit : « Un ennemi extérieur ne peut vous atteindre sans la complicité intérieure ». C’est avec une profonde consternation, et un sentiment de révolte que j’ai entendu la honteuse intervention de l’opportuniste pantouflard, l’ennemi numéro un du peuple centrafricain, Gervais LAKOSSO à la radio.
Ces des déclarations dont il pouvait se passer au vue de la situation calamiteuse connue par notre pays et face à laquelle le gouvernement actuel uni se bat au quotidien pour permettre à notre laborieux peuple de vivre dans la paix et l’unité nationale.
Peut-on se permettre de scier la branche de l’arbre sur laquelle on est assis ? Doit-on fouler au pied la mémoire de Barthélemy BOGANDA, père de la Nation Centrafricaine ?
Quelle légitimité a ledit Groupe de Travail de la Société Civile manipulé par des ONG américaines et européennes dans le seul but de saboter la renaissance de notre pays.
Je ne connais aucun Ministre du gouvernement actuel, encore moins, Monsieur Joseph YAKETE que vous attaquez avec autant de haine et d’aigreur. Selon nos informations récoltées de sources bien informées, le Ministre YAKTE est un homme intègre, sincère, loyal, un vrai patriote préoccupé par le devenir de son pays compromis par des énergumènes comme vous. Je suis membre d’une mission d’observateurs internationaux qui ont supervisé les dernières élections en République Centrafricaine et je peux vous dire, ce n’est pas un secret de polichinelle qu’il est l’unique candidat à avoir obtenu des voix sur tout le territoire national où nos concitoyens ont pu se rendre aux urnes. Les ONG dont vous êtes devenu le chien de chasse pour déstabiliser le gouvernement qui est irréprochable et très solidaire le savent bien.
Nous avons trop souffert dans ce pays pour continuer à entretenir la haine, oui la haine et le mépris du prochain, vous l’avez hélas dans vos gênes. Vos attitudes donnent envie de vomir, Monsieur Gervais LAKOSSO…et vous dégagez une puanteur cadavérique !
Que les centrafricains se souviennent que vous avez eu les mêmes comportements avec le gouvernement de transition, ce qui vous a valu un séjour derrière la bâtisse rébarbative hérissée de fil de fer barbelé.
« La Société civile exige au pouvoir, excusez moi, il fallait dire exige du pouvoir exécutif des mesures urgentes pour le redéploiement sans conditions des Forces Armées Centrafricaines (FACA).
Vous me faites marrer Sieur LAKOSSO, vous êtes comme le moineau qui déserte le champ au moment de la semence et le premier à pointer à la moisson !
Arriviste des temps modernes, vous étiez où lorsque les groupes armés dont vous parlez massacraient le peuple ?
Qu’avez-vous fait pour aider votre peuple ? Vous êtes indigne d’être un citoyen centrafricain, vous êtes un aigri à la solde des ennemis du gouvernement, du Président Touadéra et du peuple centrafricain.
Sur quelle base vous pouvez critiquer un gouvernement qui a à peine trois mois ? Serions-nous tombés si bas au point de ne penser qu’à nos petits intérêts au détriment de celui de la Nation.
Est-ce une coïncidence de calendrier pour que vous interveniez une semaine jour pour jour après la brillante allocution du Président Touadéra au peuple Centrafricain.
Le Peuple Centrafricain doit savoir que vous êtes payés par les ONG européennes pour déstabiliser le Président Touadéra démocratiquement élu et du Gouvernement que je trouve très solidaire, uni et qui se bat au quotidien malgré la situation calamiteuse causée par des gens comme vous pour remettre le pays sur le rail du développement.
« E zingo Biani » Réveillons-nous définitivement, oui Monsieur Gervais LAKOSSO, réveillez-vous définitivement et soyez digne en cessant d’être à la solde des ennemis de la République Centrafricaine. Vous êtes démasqué !
Portez vous volontaire avec vos acolytes paumés pour aller combattre « vos pareils » qui empêchent le peuple Centrafricain de vivre en Paix et ce serait au moins quelque chose de positif pour les jeunes de ce pays qui ne cherchent qu’à vivre comme leurs homologues des autres pays africains.
J’apporte mon soutien sans faille au Gouvernement que j’invite à être encore plus solidaire pour atteindre les grandes orientations telles définies par le Président Touadéra qui a une légitimité incontestable.
Les membres du Gouvernement seront attaqués tans sur leur vie publique que privée, mais peu importe qu’ils continuent de faire leur boulot pour que le pays puis retrouver sa stabilité. Les cancres de la rue, les « djihadistes » au neurone altéré qui manquent d’éducation patriotique ont leur place ailleurs que là où ils sont actuellement.
Que Gervais LAKOSSO sache que la guerre est désormais déclarée et que je rendrai public tout ce que je sais sur ses agissements avec des preuves à l’appui.
Je combattrai désormais ceux qui veulent livrer en pâture et aux chiens la dignité et l’honneur des nos actuels Ministres dont je salue le courage.
J’invite par ailleurs le Gouvernement à mettre aux arrêts et à sanctionner avec une rigueur républicaine tout individu qui tenterait d’inciter à la violence et à la haine.
Gervais LAKOSSO, sachez : « qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ».
Il y aura une réplique foudroyante et patriotique à toutes vos tentatives de déstabilisation. Vous serez responsable devant l’histoire centrafricaine.
Que Dieu protège la République Centrafricaine !
Mort aux traites
La lutte continue
Anicet le Patriote