LA COUR DES COMPTES A L'ASSEMBLEE NATIONALE: LA CLAIRVOYANCE FAIT TREMBLER

Publié le par TAKA PARLER

IMAGE D'ILLUSTRATION
IMAGE D'ILLUSTRATION

Depuis un certain temps la question d'audit des institutions de la transition en Centrafrique refait surface dans les débats à l'échelle tant nationale qu'internationale. L'objectif recherché est de passer au crible de la transparence la gestion de cette période transitoire devenue sujette à caution.

Au-delà des supputations ayant suivie cette annonce tapageuse du contrôle de la gouvernance durant cette période exceptionnelle, il y a lieu de savoir que c'est dans un souci d'exigence de l'orthodoxie financière que cette mission a été commise.

Rappelons que lors de l'investiture du Président Faustin-Archange Touadéra, il avait laissé entendre qu'il fera l'audit de toutes les institutions Républicaines et l'impunité n'aura plus sa place en République Centrafricaine. Ceci dit, la mission diligentée par le Président de la troisième chambre de la Cour des Compte est inscrite dans la droite ligne de la feuille de route du Chef de l'Etat. Ce n'est aucunement une initiative prise par l'Honorable Abdou Karim Meckassoua. En acceptant cette mission, la deuxième personnalité de Centrafrique veut adhérer à la lutte contre l'impunité que les nouvelles autorités comptent en faire leur cheval de bataille. Quoi de plus normal si les nouveaux dirigeants Centrafricains veulent mener une lutte féroce contre les maux qui gangrènent le pays pour permettre enfin au peuple Centrafricain de voir une lueur d'espoir.

L'Assemblée nationale, au-delà de jouer son rôle de contrôle de l'action gouvernementale est en parfaite adéquation avec la politique prônée par celui-ci d'où le vote de confiance dans le Palais du peuple lors de la Déclaration de politique générale par le Premier ministre, Chef du gouvernement.

Dans cette partie du monde, la bonne gouvernance fait grincer les dents. Avait-on besoin de décrier cette pratique?

L’audit selon sa définition est une expertise professionnelle effectuée par un agent compétent et impartial aboutissant à un jugement par rapport à une norme sur les états financiers, le contrôle interne, l'organisation, la procédure, ou une opération quelconque d'une entité.

Dans toute société qui se veut respectable, l'audit est la meilleure chose qui puisse arriver à une institution. Il s'agit d'un instrument de contrôle et d'évaluation des activités menées durant une période donnée. Ce n'est pas une chasse aux sorcières ou une querelle de personne. Il s'agit de contrôle de l'argent du contribuable qui attend d'y voir clair dans la manière à laquelle ses dirigeants gèrent la chose publique.

Toutes gesticulations ne sont que des manœuvres visant à amuser la galerie, au-delà des intérêts égoïstes de nos dirigeants, l'intérêt suprême devrait être de rigueur. Il est d'ailleurs normal qu'avant de passer la caisse à son successeur, le caissier à l'obligation de faire l'état de caisse afin que celui qui arrive soit situé de la gestion de son prédécesseur.

A noter que la mission du contrôle diligentée par le président de la troisième chambre de la Cour des Comptes a commencé dans les murs de l'Assemblée nationale conformément aux dispositions de l'article 24 alinéa 4 de la Loi n°96.001 du 03 Janvier 1996, portant Organisation et Fonctionnement de la Cour des Comptes et ses modificatifs subséquents et en application de l'ordonnance n°16.03 du 11 Février 2016, modifiée par l'Ordonnance n°16.06 du 21 Juillet 2016, fixant le programme de vérification des comptes de l'Etat, des Entreprises, des Chambres consulaires et offices publics pour l'année 2016.

De toute évidence, la mission de la Cour des comptes a son sens puisque ce n'est pas une nouvelle invention de la sixième législature car les textes de la République prévoient cela. En attendant le verdict de la Cour des Comptes, nous vous prions chers(es) compatriotes de bien vouloir suivre nos regards, vous constaterez que nous sommes froids. Affaire à suivre !!!

LA RÉDACTION DE TAKA PARLER

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rose 30/11/2016 16:14

Bonsoir

je m’appelle Rose un jour au retour du bureau mon mari a commencé par ramassé ses effets je lui ai demandé la cause il m'a dit qu'il a fini avec moi , je ne sait plus comment vivre avec nos deux enfants .J'ai une amie qui m' a parlé d'un marabout qui fait du miracle et j'ai appelé le marabout pour me le fais revenir je vous jure mon mari est revenu a la maison avec des pardons après avoir passé semaines au dehors et les problèmes de ma santé sont terminées,j'ai aussi des soucis dans mon service et tout a été regret par ce marabout très très puissant et je vis normalement comme je veux si vous avez un problème je vous prit de le contactez sur ce mail maraboutkabirou@outlook.fr ou par téléphone 00229 98 74 96 07 il est très très bon

Merci

ZINGO 12/09/2016 19:01

A quand la Loi de Règlement en RCA?