LE DDRR ET LA RSS EN ATTENDANT L'IMMINENCE DE LA RÉHABILITATION DES FACA

Publié le par TAKA PARLER

LE DDRR ET LA RSS EN ATTENDANT L'IMMINENCE DE LA RÉHABILITATION DES FACA

La question de la levée de l'embargo sur la vente des armes à la République Centrafricaine décidée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines (FACA) se pose avec acuité à tel point que le gouvernement centrafricain et une partie de la communauté internationale s'impliquent dans une action de plaidoyer pour une levée partielle ou totale de cette sanction qui est une entorse pour le peuple. A ce jour, les membres du conseil de sécurité se concertent pour examiner la demande introduite par le gouvernement centrafricain afin de lui permettre de disposer d'une armée nationale qui aura pour mission d'assurer la sécurité de la population civile et de protéger l'intégrité du territoire national. Car, il est inadmissible qu'un Etat souverain ne dispose pas d'une armée régulière.

Aujourd'hui, un calme relatif est revenu en RCA suite aux élections législatives et présidentielle qui ont mis fin aux trois années de transition, le conseil de sécurité des Nations-Unies se doit d'assouplir la sanction afin de mettre à contribution la grande muette dans la consolidation de la paix et renforcer la cohésion sociale. Malgré la présence des forces internationales de la MINUSCA, il est loin d'endiguer l'insécurité qui persiste sur l'étendue du territoire national pour ne prendre que l'exemple de la bourgade du centre commercial du Km5 toujours sous le contrôle des extrémistes musulmans qui sévissent en toute impunité. On en veut pour exemple, l'enlèvement des cinq policiers qui avaient passé une semaine de captivité avant d'être libérés après d'âpres négociations avec les ravisseurs.

Donc, les menaces sont réelles et leur résolution nécessite des mesures drastiques pour circonscrire le danger. Dans ce cas que faire? puisque la population dénonce la passivité des forces internationales qui ne s'assument pas assez pour assurer la sécurité sur l'ensemble du territoire quand bien même les troupes sont déployées en effectif suffisant dans les villes de provinces. elles perdent la confiance de la population à cause de leur inaction ou encore de leur laxisme face aux exactions commises par les groupes armés sur les paisibles civils sans défense et qui ne savent à quel saint se vouer.

En attendant la solution

En attendant l'aboutissement des négociations avec les instances Onusiennes, le gouvernement avec le soutien de l'EUMAM se préoccupe de la formation des soldats des FACA dans plusieurs domaines pour rendre l'armée nationale beaucoup plus performante. L'objectif recherché est d'offrir à la Centrafrique, et ceci dans le cadre de la refondation et de la restructuration, une armée d'élite, pluriethnique, apolitique, rajeunie et moderne capable de répondre aux besoins déficitaires de la sécurité. Pour ce faire, le ministère de la défense nationale a d'ores et déjà annoncé qu'il sera procédé au départ massif à la retraite des soldats qui ont atteint l'âge et de ceux de la réserve qui sont rappelés sous les drapeaux en renfort pendant la crise. Il sera suivi d'un plan de recrutement de jeunes soldats selon des critères rigoureux qui seront définis en tenant compte de la géopolitique pour éviter des frustrations d'antan. Ce qui permettra au lendemain de la levée de l'embargo d'avoir des hommes capables d'assurer la sécurité de leurs concitoyens.

En matière de défense, le gouvernement place le processus Démobilisation, Désarmement, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) et la Réforme du Secteur Sécuritaire (RSS) parmi ses priorités. La mise en œuvre de ce vaste programme aura pour effets induits de bouter hors d'état de nuire les éléments des groupes armés qui écument le pays et narguent les autorités sous prétexte qu'ils ont la capacité de nuisance pour rendre la Centrafrique ingouvernable. Ils l'affirment parce que les forces de défense et de sécurité ne sont pas opérationnelles et qu'ils agissent à leur guise. Pour l'instant, tous les efforts sont focalisés sur la mobilisation des moyens nécessaires pour que le désarmement soit effectif et que le RSS ait une visibilité d'action. Dans ce registre, il ne fait pas de doute que la RCA pourrait bénéficier du soutien financier de ses traditionnels partenaires au développement en dehors des formations qui se poursuivent au Camp Kassaï.

De tout ce qui précède, il y'a lieu d'affirmer que l'espoir de sortir le pays de l'ornière est permis. D'aucuns disent qu'il suffisait seulement d'une bonne dose de volonté politique pour y parvenir. A l'instant d'aujourd'hui, il n'y'a que la sécurité et la paix qui priment pour le peuple centrafricain. Le ministre de la défense nationale, Joseph Yakité et son équipe sont sur la sellette. Seulement, toutes ces initiatives ne seront pas visibles tant que le Km5 n'est pas libéré de l'emprise des extrémistes musulmans qui le maintiennent en captivité pendant et après la transition.

Ghislain FOCKY/EPERVIER

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

LENGUET 20/07/2016 16:56

Eh bien c'est ce que la nouvelle génération fait : être le chien de garde pour ne pas que l'histoire se répète à nouveau au dépend du peuple. Elle doit y être vigilante sans être bornée. Nous avons dans le viseur tout ces petits malins qui circulent autour du mangeoire pour leur propre compte et enfin de compte nous mettre dans des problèmes. Nous allons toujours continuer à dénoncer et attirer l'attention sur cet état des choses. Vous avez dit la société civile ? La notre est infiltrée par les politiques et les groupes d'intérêts qui la manipule à sa guise. Elle n'est pas sincère et joue un jeu dangereux. Cette société civile à besoin d'être formée et renforcée pour qu'elle quitte la recherche effrénée du gain et des ateliers pour manger, pour jouer le véritable rôle de gendarme et défenseur de l'intérêt public. Elle doit se cultiver et se faire guider uniquement par la défense de l'intérêt national sur une base objective et éclairée. A les écouter sur les ondes et les voir dans les ateliers, ils sont loin de ces objectifs et défendent des intérêts partisans. Ils ne comprennent pas les enjeux mondiaux pour les croiser avec les priorités du pays et fournissent des réponses du niveau du Centrafricain moyen quasi analphabète. Il n'y a aucune réflexion sérieuse et aucune analyse approfondie des sujets. Apparemment, ils font du sensationnel sur fond d'un nationalisme primaire et débridé. Le Gouvernement doit inscrire comme priorité la mise à niveau de cette société civile comme cela se fait dans d'autres pays. Encore que celui ci ne profite pas pour les récupérer politiquement. Il y va de son intérêt d'avoir une société civile robuste capable de lui rendre dans l'échange dans l'intérêt supérieur du pays que de trainer comme un boulet des nains incapables de s'affranchir des tutelles politiques. Ce pays à besoin d'un visionnaire, d'un leader pour construire ces instruments que des petits politiciens abonnés aux petits calculs de survie.

ZINGO 20/07/2016 18:01

C'est dommage que dans ce grand village RCA dès qu'on ose ouvrir la bouche pour dire.....1 mot, ça y est: ils sont achetés. Diantre! Parce qui? Alors, dénoncez-les. Criez sur tous les toits que, "y en marre". l'achat des consciences, des esprits, des âmes et des corps. On peut s'accorder pour dire que certaines sorties verbales sont teintées d'un nationalisme primaire.mais pas forcement débridé. Toutefois, c'est sur fond de patriotisme non primaire qu'on peut sentir cela. Là où on peut être tous d'accord, c'est bien que ce pays, la RCA, a besoin d'abord d'un leader qui a une vision, qui se fixe des objectifs, qui élabore une vraie stratégie et qui trouve les moyens pour atteindre ces objectifs dont la finalité est " bien-être", pour ne pas dire le bonheur du Centrafricain. Et ça, je laisse à mon arrière petit-fils? Heureusement, il n'est pas encore né..

LENGUET 20/07/2016 10:50

Oui le DRRR et la RSS sont bien l'affaire des Centrafricains. Mais quand c'était leurs affaires qu'en on t'ils fait avec ? Où se trouve les 8 milliards donnés par les pays frères de la CEMAC pour mettre en œuvre le DRR de l'époque ? Pourquoi les Centrafricains ne réclament ils pas des comptes à ce niveau ? Qui a empocher cet argent pour financer sa campagne électorale de 2011 ? Quels sont ceux qui ont monter des campagnes bidons de sensibilisation sur le DRR et qui au passage ont emporter des centaines de millions du DDR pour financer leurs rébellions ? Savez vous que c'est l'échec de ce DDR conduit par nous même qui a amener la suivante bourrasque qui a emporté tout sur sont passage ? Les pays frères de la sous région sont obligés à nouveau d'intervenir au prix d'un sacrifice humain, financier et matériel pour stabiliser la situation. Alors comment dans ces conditions nous faire confiance à nouveau ? Beaucoup de compatriotes par chauvinismes sont prises d'amnésie au point d'oublier le passé récent. Même certains hauts responsables sont frappés par cette maladie.

ZINGO 20/07/2016 14:43

On sait bien ce qu'on a fait des 8 milliards de F CFA données par les pays frères de la CEMAC, puisque vous reconnaissez que celui qui a empoché cet argent l'a utilisé pour financer sa campagne de 2011. Mêmes ceux qui ont monté les campagnes bidons de sensibilisation sur le DDR sont connus et vous les connaissez. C'est un peu ça le propre des Centrafricains. On n'ose rien dire. N'est-il pas temps de dire à ces gens stop? Par exemple, on peut soutenir l'action de la société civile. Nous devons être des chiens de garde. C'est donc par le contrôle permanent des actes posés par ceux qui nous dirigent qui conditionnera notre confiance. Car la confiance n'exclut pas le contrôle.

ZINGO 19/07/2016 17:23

L DDRR et le RSS sont l'affaire des Centrafricains. Comme l'a si bien dit le porte parole de la MINUSCA, je cite : " le DDRR est un projet national dont les Centrafricains ont le leadership". On ne peut pas être plus clair que çà. Comprenons bien que la MINUSCA ne peut nous apporter l'appui technique et éventuellement nous aider à mobiliser les ressources. Ce qui est clair, la MINUSCA ne viendra pas établir l'ordre et assurer la sécurité des Centrafricains à leur place. D'ailleurs, ils le disent à ceux qui veulent les entendre qu'ils ne sont pas venus pour se faire tuer à la place des Centrafricains. Il revient aux Centrafricains de prendre leurs responsabilités. En RCA, il y a des hommes et des femmes qui ont fait des études droit et qui sont capables de lire les différentes résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies et les interpréter et en tirer les conséquences. Il est temps de nous écouter nous-mêmes au lieu gober et avaler tout cru ce qu'on nous dit. Regardons la vérité, les choses et les faits en face. Tirons en ce qui est bon pour nous..

Legue ti siriri 19/07/2016 17:12

Mon cher PASSI nous regrettons tous la prise en otage des Policiers au PK5 d’ailleurs c’est pourquoi, plusieurs associations se sont mobilisées pour participer à la négociation de la libération de nos policiers de manière pacifique mais ne m’amenez pas quand même à vous rafraîchir la mémoire sur la prise en otage d’un Ministre de la République, oui un Ministre de la République et des hautes personnalités religieuses, en plus étrangères, à Boy Rabe ? Pour le reste Lenguet a tout dit.

PASSI 20/07/2016 13:48

Pour le reste, Lenguet n'a rien dit. Le Ministre de la République qui a été prise en otage était qui? Ce Chef de Rebelle? Non, excusez-moi. Donc vous êtes avec les Rebelles? Je regrette comme vous la prise en otage d'une étrangère. Cela ne m'a pas réjouis. Mais je sais que vous vous réjouissez de voir KINA, Fatima, Cattin ravagés par ceux que vous soutenez. Allez dire aux familles qui ont vu leurs maisons détruites de CATTIN vous avez tout dit. Rassurez vous, je ne suis ni partisan des hors la loi de Boy Rabe, Gobongo et autres. Je suis simplement contre les armes. Et pour le moment, là uù il y a beaucoup d'armes c'est au km5. Vous connaissez certainement ceux qui ont tué le pauvre Abbé NZALE, à Fatima, avec tant tant d'autres. Il faut désarmer le km( et tous les coins du pays occupés par les bandits armés.

PASSI 20/07/2016 13:48

Pour le reste, Lenguet n'a rien dit. Le Ministre de la République qui a été prise en otage était qui? Ce Chef de Rebelle? Non, excusez-moi. Donc vous êtes avec les Rebelles? Je regrette comme vous la prise en otage d'une étrangère. Cela ne m'a pas réjouis. Mais je sais que vous vous réjouissez de voir KINA, Fatima, Cattin ravagés par ceux que vous soutenez. Allez dire aux familles qui ont vu leurs maisons détruites de CATTIN vous avez tout dit. Rassurez vous, je ne suis ni partisan des hors la loi de Boy Rabe, Gobongo et autres. Je suis simplement contre les armes. Et pour le moment, là uù il y a beaucoup d'armes c'est au km5. Vous connaissez certainement ceux qui ont tué le pauvre Abbé NZALE, à Fatima, avec tant tant d'autres. Il faut désarmer le km( et tous les coins du pays occupés par les bandits armés.

Lenguet 19/07/2016 16:31

Mon cher PASSI, vous regarder le soleil à partir de votre porte. Vous parler de Boye Rabe qui est fréquentable. Par qui ? Un musulman peut il se rendre à Boye Rabe ? Et le policier sénégalais de la MINUSCA qui a été tué à Benz-Vie juste parce qu'il porté ce jour un boubou ? Que dites vous ? Si ce jour il avait porter la tenue de la MINUSCA aller t'il être tué ? Vous voyer c'est facile et bien de lire les évènements de votre angle de vue mais c'est encore mieux de faire un effort pour le comprendre à partir des autres angles de vue. C'est ça être un intellectuel. Il faut toujours avoir l'esprit critique et ne pas se borner de ce que tout le monde raconte. C'est ça qui fait la qualité des grands hommes.

Legue ti siriri 20/07/2016 16:58

Le Ministre pris en otage est bel bien un membre du Gouvernement peu importe d’où il vient !!! Je regrette amèrement votre interrogation « Donc vous êtes avec les rebelles » Aussi on ne peut se réjouir du malheur d’une personne sauf si ça se passe dans votre sphère. Pour votre information, je fais partie de de ceux qui ont perdu leurs maisons dans ces zones. Je comprends mieux que vous la douleur que, nous, population de ces zones, avions ressentie lors de ces malheureux événements et nous continuions à la ressentir jusqu’aujourd’hui c’est pourquoi nous réclamons Justice. Je suis très heureux d’être rassuré, comme vous le dites, que vous n’êtes pas partisan des hors la loi de Boy Rabe, Gobongo et autres. Vous êtes simplement contre les armes et bien sur ce point ; sachez que, je suis votre copie conforme. Nous voudrions simplement que dans nos écris, nous dénoncions toutes les zones où il y’a des hors la loi, ceux qui enfreins aux règles de la République car la RCA c’est tous les 623.000 km2.

PASSI 19/07/2016 17:10

Dites-moi, depuis que le Président a tendu la main aux bandits armés et a voulu négocier avec eux, combien d'armes sont sorties du km5? Vous me parlez du Sénégalais de la MINUSCA qui a été tué à Benz-Vi, que dites-vous du Centrafricain tué par un élément de la MUNISCA devant le stade 20 000 places pendant que tout le Gouvernement de la République s'y trouvait? Dites-moi qui habitent le km5 et qui habitent Boy-Rabe? Qui a mis la RCA dans cette situation. Je suppose que vous étiez et viviez à Bangui de mars 2013 à décembre 2013? J'ose penser que vous avez mis pied à Fatima, Kina et Cattin pour l'enfer? Non, cher compatriote. Nommons un chat un chat. La zone du Km5 est la base de bandits hors la loi qu'il faut absolument désarmer. Sauf si vous vivez dans une autre ville que Bangui. Tant que le km5 ne sera pas désarmé, il n'aura jamais de sécurité et de paix dans notre pays. Plus sérieusement, trouvez-vous normal que des bandits habitant le km5 puissent posséder des armes lourdes que notre propre armée n'a pas. S'il s'agissait d'intellectuels que vous êtes l'un certainement, l'angle de votre analyse est bien orienté . On ne fait pas d'omelettes sans casser les œufs. Il est inadmissible dans un pays normal que des individus soient plus armés que l'Etat et on les laisse faire. Si la mort des milliers et des milliers de centrafricains vous enchante et vous réjouit, ce n'est pas mon cas. J'ai grandi à GBAYA DOMBIA. La maison de mes parents a été détruite par ces hommes armés que je souhaite de tout mon cœur qu'on désarme absolument...