Communiqué du Forum de la Renaissance Africaine suite aux exactions à Kaga Bandero en République Centrafricaine

Publié le par TAKA PARLER

Le Forum de la Renaissance Africaine (FORA), fidèle à ses orientations panafricanistes

fondamentalement humanistes et convaincu de la nécessité d’éteindre les tensions qui

dévastent le continent et déciment ses populations, voudrait lancer un énième appel pressant à

toutes les institutions africaines ainsi qu’à tous les leaders panafricains pour qu’ils œuvrent

ensemble afin de mettre fin aux tristes exactions qui ont repris en République Centrafricaine.

Le peuple centrafricain qui a démocratiquement élu un Président de la République doit

bénéficier du soutien de tous les fils et filles du continent et de sa diaspora pour faire triompher

la paix et l’équilibre, seuls gages d’un développement effectif.

Le FORA soutient et encourage les efforts louables du Président Faustin-Archange TOUADERA

et lui exprime toute sa solidarité dans l’œuvre de réconciliation nationale engagée par son

gouvernement.

Vive l’Afrique !

Vive la Renaissance Africaine !

 

 

Fait à Paris, le 19 octobre 2016

Le Bureau Exécutif du Forum de la Renaissance Africaine

Publié dans Communique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

GAGA 18/11/2016 12:36

Ahahahahahahahahahah………………………………..
1 320 milliards de F cfa sur 3 ans, voilà l’enveloppe accordée à la Centrafrique pour son relèvement et consolidation de la paix. Il s’agit d’une annonce des bailleurs de fonds qu’il faut transformer en engagement à travers des conventions et des accords de financement pour ensuite les convertir en décaissement réel dans le cadre de la mise en œuvre des projets et programmes. Pendant ce long parcours, le rôle et la responsabilité des cadres centrafricains sont essentiels pour transformer l’essai. A cela, il faut ajouter la capacité d’absorption du pays qui est tout de même assez limitée. En clair, est ce que le pays est capable d’absorber 1 320 milliards de F cfa en 3 ans ? A t’il les cadres, les entreprises, le marché, les matières premières, les ouvriers qualifiés pour faire face à cette situation en 3 ans ? Les cadres nationaux connaissent ils les procédures des partenaires pour pouvoir aller chercher d’une manière optimale l’ensemble de ces ressources annoncées ? Voilà des défis auxquels Touadera et son équipe doivent répondre. Nous ne voulons pas être pessimiste mais les pays mieux dotés que la RCA ont puent en moyenne mobiliser que 20 à 30% des annonces faites par les bailleurs. Alors, notre pays enclavé qui sort d’une guerre de 3 ans et qui présente de nombreux handicaps tant physiques qu’humains doit doubler voir tripler d’efforts pour espérer capter une partie de cette manne annoncée. Il faut une véritable purge dans l’administration générale et un recours au besoin des compétences extérieures (il n’ya pas de honte à cela) pour espérer relever ce défis. Des petits malins, incompétents comme la queue d’un âne, xénophobes et partisans de l’exclusion vont tenter de sortir des faux arguments pour enfermer le pouvoir dans un nationalisme creux pour pouvoir mieux voler et faire dérailler le train. Au moment du bilan, ils auraient vite fais de disparaitre comme de la fumée. Ainsi, il faut une bonne alchimie pour réussir cette mission exaltante et combien noble de relèvement/reconstruction du pays. Il faut aussi un bon dosage pour la remise à niveau des régions extrêmes qui ont été abandonnées depuis fort longtemps et dont la colère a constituée l’élément déclencheur de cette crise. La barre est haute pour Touadera mais pas impossible pour inscrire son nom dans le tableau de palmarès. Il doit conduire le bateau de la RCA dans un océan à marrée haute sous la tempête tout en évitant les roches, des récifs et des navires venant en face.

GAGA 15/11/2016 00:43

Ahahahahahaââââ………….
Avec ce qui se dit à propos des filles du lycée Caron ces jours ci où ce qui s’était raconter sur le vol du cœur d’un enfant à la Pédiatrie de Bangui, la thèse avancée sur le fonctionnement mensongère de la société centrafricaine en tant de crise se confirme et se vérifie. Celle de la théorie du bouc émissaire ou du souffle douleur se consolide également. C’est une société structurée sur les rumeurs infondées, la propagation des fausses informations pour se soulager ou régler des comptes, l’entretien permanent de la psychose pour développer des rejets de certaines catégories de la population, le maintien d’un sentiment de peur pour susciter la haine des autres, le développement d’un climat de suspicion pour alimenter la mise à l’écart de tout ce nous ai pas semblable, le détournement ou la négation de la réalité pour éviter de l’affronter et de souffrir, etc… Il s’agit d’un comportement qui relève de l’immaturité. Car comment, une société bien structurée peut choisir délibérément de fonctionner sur un mode de mensonge et de contre vérités. Si la rumeur est démentie, ceux qui l’ont colportée, véhiculée et diffusée se reprennent tranquillement sans se poser des questions et passent à la suivante. Ceux qui ont crues ne se gênent pas et n’ont pas un problème de conscience avec eux-mêmes et sont à nouveau prêt pour croire à la suivante. On peut dire que nous sommes une société qui jongle avec les règles de la morale en acceptant le mensonge collectif sans repentie comme mode de soulagement des souffrances intimes ou de contournement d’obstacle. Il suffit de se remémorer de notre élimination à la CAN par le Burkina Faso et du mensonge collectif qui s’en est suivi pour comprendre le mécanisme de soulagement des douleurs que nous avons construit. Le recours excessif à l’alcool pour noyer et oublier un temps soit peu les problèmes relève également de la même démarche mais au niveau individuel. ll s’agit de fuir la réalité, de ne pas l’affronter en espérant que le temps va l’effacer. C’est de cette manière que nous n’avançons pas et laissons les problèmes s’accumuler et nous nous retrouvons à la queue de peloton pendant ce temps les autres avances en affrontant les problèmes en face. Comment guérir le Centrafricain de ce mal profond et collé à sa personnalité ? Le comble ce qu’il n’est même pas conscient.

Pierre Marie 03/11/2016 14:19

Papier de très bonne facture. Merci GAGA pour nous avoir éclairés. Le problème vient du choix des personnalités qui occupent des postes aussi stratégiques dans le Gouvernement. Un poste aussi stratégique ne doit pas être confié à un titulaire de C.A.P. Ce dernier de part son niveau de formation vol très bas et reste très terre à terre. Il n’a aucune capacité d’analyse et de synthèse stratégiques. Il ne pourra que produire le résultat que vous constatez. Ce dernier malgré son vocabulaire abondant n’est pas capable d’une vision et d’une approche stratégiques. C’est un bon exécutant mais pas un stratège ni un aiguilleur de grande facture. Touadera n’obtiendra rien de bon avec ce Poulin. Il ne lui créera que des problèmes et embrouiller ses relations avec la communauté internationale.

GAGA 03/11/2016 13:56

Ahahahahahahaha….
Appartenir à un gouvernement de la République est de surcroit être le premier flic du pays est synonyme d’un comportement responsable et d’une loyauté irréprochable envers la ligne politique insufflée par le Chef. Cela suppose aussi un choix cornélien qui ne laisse pas de place aux sentiments et aux influences nocives des amis issus des sous quartiers.
De quoi s’agit ‘il ?
Il ne suffit pas de savoir parler à haute voix en vociférant et déclinant des lignes de conduite estampillées « volonté du peuple » mais totalement irréalistes pour être un bon membre du Gouvernement. Il faut se garder de la dictature de la majorité et du populisme qui sont synonymes de démagogie. On ne fait pas la politique d’un pays avec les ragots colportés dans les ‘Nganda » de Lakouanga. On ne fait non plus la politique sécuritaire d’un pays en racontant sur les ondes la volonté bloquée d’envoyer des troupes sur le front. « Un tigre ne cours pas partout pour crier sa tigritude mais il bondit sur sa proie ». Le pays et même la ville de Bangui sont divisés en zone de couleur en fonction du niveau de sécurité. Les zones sécurisées sont les zones ou peuvent se déployer les forces de sécurité intérieure sans grand danger. Les zones d’insécurité comme Kaga Bandoro sont des zones de présence des forces internationales. Au fur et à mesure où les zones sont sécurisées et la confiance et le vivre ensemble renaissent, les forces intérieures sont déployées. Alors d’où vient cette idée saugrenue d’envoyer des gendarmes à Kaga-Bandoro ? Tous les membres du Gouvernement ne sont pas au même niveau d’information sur la stratégie sécuritaire du moment ? Où bien s’agit ‘il de la volonté de faire du sensationnel ou du chaud pour gagner la sympathie du petit peuple ? Sommes-nous encore en campagne électorale ? « Un Ministre adhère à la ligne politique du Gouvernement où se la ferme».

GAGA 26/10/2016 14:59

Ahahahahahaha………………
Les petits politiciens centrafricains en mal du pouvoir qui ont leurs cerveaux dans leurs talons et qui pensent naïvement qu’ils vont prendre le pouvoir au moindre frais et par le jeu de la roublardise viennent de nous prouver encore leurs limites intellectuelles.
De quoi s’agit ‘il ?
Il s’agit d’un conglomérat composé des FACA/Balaka briguant et assassins, des petits politiciens intellectuellement limités, des manges- mil issus de la société civile qui se disent porte paroles des plus faibles et de la nébuleuse SELEKA.
Le mode opératoire bien rodé et bien connu est le suivant depuis 3 ans :
Acte 1 :
Les FACA/Balaka (ayant reçus de financement d’un mystérieux donateur) organisent l’assassinat d’un sujet musulman isolé. Il le démembre et prélèvent ses organes voir même le dévore pour susciter la réaction de sa communauté.
Une autre variable pour cet Acte 1, c’est de payer un sujet musulman pour commettre le forfait sur un sujet Chrétien et ensuite provoquer les représailles des FACA/Balaka.
Acte 2 :
La réaction des groupes d’autodéfense de la minorité musulmane ne se fait pas attendre et elle est sanglante et dévastatrice au vue des atrocités commises par les FACA/Balaka
Acte 3 :
Des personnes anonymes biens connues organisent la diffusion des fausses informations (connaissant la naïveté des Centrafricains qui croient à tout ce qu’on leur raconte) du genre que les Musulmans vont attaquer ce soir, il y’a des Chrétiens retenus au KM5, des Cadavres de chrétiens ont été découvert au KM5, etc… Le but est de monter la psychose et de préparer le terrain.
Ils utilisent aussi des SMS pour diffuser des fausses informations.
Acte 4 :
C’est à ce niveau qu’intervient les prochains larrons que sont les hommes politiques croupions, indignes et idiots et les leaders d’opinion vendus. Ils interviennent par des déclarations tapageuses, haineuses, divisionnistes et tournées essentiellement vers le Gouvernement, la MINUSCA et la minorité musulmane. Ils sont soutenus en cela par la société civile irresponsable et délirante. Question de continuer toujours à préparer les esprits et l’opinion publique. Ces déclarations sont creuses, vides de sens car n’ayant suivi aucune analyse sérieuse, profonde de la situation. Ils (toujours les mêmes) sont invités sur les plateaux des radios dites « milles collines » pour déverser leur venins sur la MINUSCA et les musulmans. Certains de ces intervenants sont même des cinglés et des déséquilibrés mentaux. Beaucoup de leur adhérant aiment ça et aiment les écouter déverser des flots d’injures et de contre vérités sur les musulmans et la communauté internationale qui paraît il est de mèche avec les groupes armés. Les réseaux sociaux sont également mis à contribution par le biais de la diaspora et autres désœuvrés vivants à l’étranger.
Acte 5 :
Si le terrain est bien préparé, la mayonnaise a bien pris et la patate est suffisamment chaude, intervient maintenant la société civile ou les FACA/Balaka selon les enjeux et l’opportunité du moment pour exiger soit la démission du Président(e), soit le départ des casques bleu. Pour cela, ils appels à organiser soit une marche, soit une journée ville morte pour paralyser le pays. En tout cas, il ne s’agit souvent ni de l’un ni de l’autre car ils barricadent les routes sortent les armes et menacent ceux qui veulent se rendre au travail. Le but de la manœuvre est de prendre le pouvoir et desserrer l’étau de la communauté internationale et échapper à la justice. Pour cette fois ci, la grande hantise est de voir TOUADERA réussir à Bruxelles et sceller leurs sorts. Ils veulent barrer cette route restés impunis et se remettre en scelle.