CENTRAFRIQUE: LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION INTERDIT LA DIFFUSION DE LA REACTION DU CAMP DOLOGUELE SUR LES MEDIAS D'ETAT

Publié le par TAKA PARLER

CENTRAFRIQUE: LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION INTERDIT LA DIFFUSION DE LA REACTION DU CAMP DOLOGUELE SUR LES MEDIAS D'ETAT

Sangbilegue, 18 février 2016—Le ministre de la communication Bruno Yapandé a interdit, hier mercredi la diffusion du droit de réponse du camp Dologuelé sur l’affaire Ngouande-Baba. Le membre du gouvernement a intimé l’ordre aux responsables des médias publics de passer les éléments de la direction de campagne de Dologuelé.

Cette information a été confirmée par plusieurs sources au sein des médias publics qui ont requis l’anonymat. Dans la journée du mercredi, la directrice de campagne de Dologuelé a réagi aux accusations portées contre son candidat. Selon nos informations, elle s’est rendue à la télévision nationale où elle a fait une déclaration en réponse au camp Touadéra. Cette réaction n’a jamais été diffusée. Nos enquêtes ont montré que c’est le ministre de la communication Bruno Yapandé qui a donné l’ordre « l’élément a été enregistré et on s’apprête à le diffuser quand, informé, le ministre de la communication qui suit les choses de prêt, a interdit sa diffusion » a confié un cadre de la télévision nationale.

Un membre du cabinet du ministre a fait savoir que la réaction du camp Dologuelé est du genre à créer la tension « c’est pour ce la que le ministre n’a pas souhaité que cela passe. Nous sommes entrés dans une période sensible aujourd’hui, donc permettre de pareilles réactions soient diffusées, c’est mettre le feu au pays » a confié cette source.

Il n’a pas été facile d’entrer en contact avec le ministre de la communication pour sa version des faits.

SANGBILEGUE

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Landry-Sosthène BENI 19/02/2016 14:18

Si l'accusation portée contre Doleguele s' est faite à travers les médias publics, il est normal que la réaction de ce dernier utilise ce même canal pour démentir les allégations portées à son encontre. On peut ne pas aimer ce monsieur, mais il faut respecter certains principes de la démocratie aujourd'hui, car demain il pourra être bénéfique pour tout le minde!