LE PRÉSIDENT FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA LANCE LE PROCESSUS DU DÉSARMEMENT MALGRÉ QUELQUES CONTESTATIONS

Publié le par TAKA PARLER

Faustin-Archange Touadéra
Faustin-Archange Touadéra

La République centrafricaine revient de loin avec les multiples crises militaro-politiques qui ont sapé tout le fondement de la nation. La dernière crise militaire avec le coup de force de la coalition rebelle Séléka ayant permis l'avènement du calamiteux Djotodia au pouvoir de l'Etat a mis en branle tous les acquis de la Centrafrique. Le pays a été mis sens dessus-dessous. La population centrafricaine a été décimée. Elle a été amputée de trois-quart de sa composante. N'eût été l'intervention des forces françaises de l'Opération Sangaris, on allait parler de la Centrafrique au chapitre nécrologique.

Après cela, une transition chaotique a été mise en place avec ses travers pour enfin arriver aux élections groupées au forceps. L'on pensait qu'avec l'accession de Faustin-Archange Touadéra à la magistrature suprême de l'Etat, les groupes armés allaient mettre en veilleuse leur projet belliqueux, celui de la partition de la Centrafrique. Mais c'est sans compter avec les revendications des leaders des groupes armés qui y sont très regardants.

Après un laps de temps de trêve, les différents groupes armés sont revenus à la charge pour montrer au nouvel homme fort de la Centrafrique leur desiderata. Mais il y a lieu de dire que Faustin-Archange Touadéra qui a vu le mal de loin, a posé comme chemin de sortie de crise qui d'ailleurs est déjà en marche, le programme de DDRR.

En dépit des incompréhensions, certains groupes armés qui avaient cautionné le DDRR lancé par les nouvelles autorités du pays, s'étaient mis a dos le gouvernement en allant à une Assemblée générale convoquée de manière officielle.

Mais ayant su que l'un des grands actes pouvant apaiser le cœur des victimes de la récente crise en Centrafrique; susceptible de ramener la paix et solidifier la cohésion sociale tant voulue par tous, est le désarmement des groupes armés qui pilulent la RCA , le gouvernement centrafricain se démène toujours à ramener tous les fils du pays à la table de discussion afin de faire table rase du passé.

La dernière sortie médiatique et rocambolesque de la bande à Abdoulaye Hisseine montre à suffisance que la République centrafricaine a plus que jamais besoin d'une force de défense et de sécurité. L'incompréhension a voulu laisser place à une prise de position qui pourrait mettre à mal la cohésion sociale. Fort heureusement, les deux parties sont revenues au meilleur sentiment.

Le garant de la sécurité qui est le Président Faustin-Archange Touadéra a prôné le dialogue comme seule arme pour convaincre les groupes armés à entreprendre le processus de paix qui passe par le programme du DDRR.

En dépit de toutes les supputations des apprentis sorciers, Abdoulay Hisseine n'a pas vocation à faire la guerre ni à renverser un quelconque pouvoir de Bangui. Il affirme par ailleurs être disponible à participer au processus du DDRR et à aider le Professeur Faustin-Archange Président de la République à mener à bien la mission qui est la sienne.

Tout compte fait, les vrais leaders connus de tous devraient participer au processus du DDRR car la crise avait débuté avec eux et à cause d'eux afin de mieux identifier les problèmes qu'ils ont eux-mêmes engendré dans le passé. En attendant le désarmement effectif, nous vous prions chers(es) compatriotes de bien vouloir suivre nos regards, vous constaterez que nous sommes froids. Affaire à suivre!!!

LA RÉDACTION DE TAKA PARLER

Publié dans Sécurité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article