SANGARIS, TROIS LONGUES ET DURES ANNÉES POUR LA FRANCE EN RCA

Publié le

La France va mettre fin en 2016 à son opération militaire en Centrafrique. Sangaris aura permis de faire cesser les massacres, mais pas l’insécurité.L’opération française se voulait au départ comme une force de transition, engagée sur une courte durée. La présence militaire française dans le pays s’inscrira désormais dans le cadre de la force européenne EUTM – RCA ou dans celui de l’ONU. Près de 300 hommes devraient rester positionnés en RCA.A l’origine, une brève opération de policeC’était à l’automne 2013. A cette époque, le ministère de la Défense parlait d’une opération de quatre à six mois. Effectivement, on ne parlait même pas d’opération de guerre à l’époque à Paris, mais bien d’une force de transition, une force relais qui devait passer la main à la force africaine Misca, laquelle devait monter alors à 3600 hommes pour devenir ensuite la Minusca sous casque bleu.A l’époque, les stratèges français estiment que la situation dans la ville de Bangui serait réglée en quelques semaines, permettant un déploiement en région. L’idée, c’était d’avoir 1200 soldats français en RCA, avec des blindés et des hélicoptères, en mesure de s’interposer, de stopper les massacres, et de permettre un retour au calme.  RFI

SANGARIS, TROIS LONGUES ET DURES ANNÉES POUR LA FRANCE EN RCA

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article