RCA: APRES TROIS ANS DE CRISE, LES DEPUTES FONT LEUR RENTREE PARLEMENTAIRE

Publié le

Nouvelle étape dans la sortie de crise en RCA. Le nouveau Parlement centrafricain fait sa rentrée ce mardi 3 mai. Le CNT, le Conseil national de transition, laisse la place à une Assemblée nationale de plein exercice. Les députés des 128 circonscriptions validées pourront prendre place pour une session extraordinaire de deux semaines. Ils seront rejoints par les 12 élus qui sortiront vainqueurs des élections partielles prévues dans 10 jours. C'est la première fois depuis plus de 3 ans que des députés élus au suffrage universel s'assoiront sur les bancs de l'Assemblée.Le Parlement centrafricain n'attend pas d'être au complet pour faire sa rentrée. Il manquera une douzaine d’élus ce mardi sur les bancs de l'Assemblée. 12 circonscriptions sont en effet concernées par des législatives partielles programmées le 13 mai prochain.Ce mardi c'est le doyen des députés qui prendra pour quelques jours la présidence de l'institution. A l'ordre du jour, la mise en place d'un bureau et la constitution des commissions permanentes.Mais surtout, vendredi, les parlementaires éliront le président de l'Assemblée nationale. D'ici là les groupes se mettront en place, la majorité et l'opposition se formeront. Et les candidatures se feront clairement connaître.Pour l'instant, un seul est sorti du bois, Thierry Vackat. Mais beaucoup prêtent également des intentions à plusieurs anciens candidats à la présidentielle comme Martin Ziguélé ou Karim Meckassoua. D'autres pourraient aussi tenter leur chance comme Timoléon Mbaikoua ou la députée de Markounda et ancienne ministre Béatrice Epaye.Le futur détenteur du perchoir aura ensuite pour tâche de convoquer le Parlement en session ordinaire. C'est au cours de cette session et dans un délai de 90 jours que devra intervenir en particulier le discours de politique générale du Premier ministre.RFI

RCA: APRES TROIS ANS DE CRISE, LES DEPUTES FONT LEUR RENTREE PARLEMENTAIRE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Zingo 03/05/2016 23:46

Messieurs les Députés, écoutez la voie du peuple. Ne votez pas M. MECKASSOUA comme Président de l'Assemblée Nationale. Votez VACKAT. Souvenez-vous des promesses d'audit du Ministère des Postes et NTIC qui n'a jamais eu lieu. Il faut changer le paradigme et demander au Président TOUADERA et à son Premier Ministre de lire et relire la Constitution et le statut général de la Fonction Public. Ils sont tous les deux imbus des Sciences mathématiques et de la Climatologie, mais des ignorants au sens noble du terme des Sciences administratives, notamment en matière du sacro-saint Principe de la Continuité de l'Etat. Rappelez à ces Autorités légitimes qui étaient au pouvoir quand la CEMAC a donné 8 milliards de F CFA pour le DDR qui est à l'origine de la naissance des SELEKA. Il ne faut pas qu'ils oublient cela.. Le Président BOZIZE n'était pas seul, sinon ils sont intellectuellement et administrativement et politiquement malhonnête. Personne n'a oublié l'acte ignoble, inhumain, révoltant causé par M. Sarandji quand il était Dircab de Touadera en brûlant, détruisant la maison de sa femme pour raison d'adultère.!!!!!!