L'ARCHANGE QUI ATTEND !

Publié le

La Constitution se borne à préciser que le Chef de l'État nomme le 1er Ministre!

Pourtant d'une manière insidieuse, elle l'oblige à choisir celui-ci dans la majorité parlementaire car dans les 60 jours de sa nomination, ce dernier doit solliciter la confiance du parlement!

On imagine mal une majorité opposée au Président donner sa confiance à un Premier Ministre qui ne sort pas de ses rangs à lui!!!

Le 1er Ministre est censé prononcer un discours de politique générale!

Ce discours est le déroulement du projet de société sur la base de laquelle le Président a été élu.

Si la majorité à l'Assemblée Nationale est hostile au Président de la République, il y a inévitablement une Motion de défiance!

Pour asseoir sa politique, le Président est obligé d'avoir une majorité qui lui est acquise!

Du coup, selon la lettre de notre Constitution, le 1er Ministre ne sera connu qu'après les résultats du second tour des législatives!

Pourtant, comme nous l'avons expliqué plus haut, le Président peut passer outre!

Il ne violera pas la constitution mais s'appuiera sur la nécessité d'une concorde nationale avec une énième appellation "Gouvernement d'union nationale, de concertation et que sais-je encore"!

Avec une telle éventualité, comme la paix ne se fait qu'avec des belligérants, pour être Ministre, il suffit de troquer le stylo à bille contre la kalachnikov!

L'ARCHANGE QUI ATTEND !
L'ARCHANGE QUI ATTEND !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

alalengbi simon 01/04/2016 19:07

FAT a déjà déclaré dans une interview qu'il choisira le premier ministre parti le parti aura la majortité parlementaire. c'est pourquoi Tiangaye est en train de manoeuvrer pour fabriquer un groupe parlementaire qu'ils appelleront majorité présidentielle. Pour respecter la constiturion, cette majorité présidentielle sera obligée de se constituer en groupe parlementaire. Donc déposer au bureau de l'assemblée nationale au moment de la constitution des groupes parlementaires, une déclaration politique préalable de constitution en un groupe parlementaire. A défaut la dénomination de majorité présidentielle n'existera pas. Bon, ils ne sont pas bêtes donc on va droit vers cette option...il y a d'autres possibilités dans le contexte fragile de sortie de crise, la recherche d'un gouvernement de Consensus reste la meilleure arme. je developperai lors de ma prochaine publication ...