CENTRAFRIQUE: REPRISE DES ACTIVITES D'EXPORTATIONS DES DIAMANTS

Publié le

Lancée officiellement ce vendredi, 3 mai 2016 par le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique M. Léopold  Mboli Fatrane, les activités d’exportation des diamants, suspendues depuis le 23 mai 2013, ont bel et bien repris. Pour le concrétiser, le ministre de tutelle a fait un déplacement au niveau du Bureau d’Evaluation et de Contrôle de Diamants et Or (BECDOR) pour faire un état des lieux. Après avoir assisté à une démonstration d’expertise, le membre du gouvernement s’en est réjoui. En effet,  c’est depuis le 23 mai 2013 que la République Centrafricaine a été suspendue du Processus de Kimberley (PK). Donc depuis ce jour, elle n’a pas exporté ses diamants taxés de « diamants de sang » à cause de la crise militaro-politique que le pays a connue. Cette sanction a été levée partiellement, le 2 juin 2016. L’autorisation a été donnée à la RCA d’exporter ses pierres précieuses. A cette occasion, le ministre de tutelle a fait un déplacement au niveau du Bureau d’Evaluation et de Contrôle de Diamants et Or (BECDOR) pour faire un état de lieu puis lancer officiellement la première exportation. Au sortir de la salle d’expertise, M. Léopold  Mboli Fatrane a échangé avec la presse. Il est tout joyeux et répond à nos questions : Monsieur le ministre, peut-on savoir si cette levée de sanction est partielle ou totale ? Cette levée de sanction est partielle pour le moment sur Berberati mais très rapidement puisque la zone de l’Est a été pratiquement conforme, nous allons y travailler. Comme vous le savez nous devons suivre certaines conditions imposées par le PK. Je pense que la première expérience nous permet déjà de pouvoir aller très vite. Quelles sont ces conditions qui ont été imposées à la RCA par le PK ? Entre et autres vous le savez, c’est  que notre pays a connu une crise politico-militaire assez sévère qui, aujourd’hui, a fait que nos diamants, pour ne pas financer les bandes armées, nous devons faire le trie entre les diamants qu’on appelle « diamants de sang » mais qui ne sont pas des diamants de sang. Donc c’est pour cela que nous exigeons la sécurité dans les zones, le problème de la traçabilité. Comme vous le savez aujourd’hui à Berberati la sécurité y est revenue.  Le gouvernement a aujourd’hui le pouvoir d’y assurer la traçabilité. C’est pour cela que nous y allons. Qu’est ce qui fait la différence entre le diamant de sang et le diamant pur ? Le diamant de sang, c’est celui qui se trouve dans les zones de conflit. Vous savez que la zone de l’ouest est aujourd’hui considérée comme une zone rouge, simplement pour éviter que ces diamants qui servent à financer les rebellions ne puissent pas entrer sur le marché légal. Vous venez d’assister à une démonstration d’expertise au BECDOR, êtes-vous rassurez des dispositifs qui sont pris dans le cadre de la relance de la reprise de ses activités ? Je pense que le BECDOR a subit comme tous les départements aujourd’hui beaucoup de dégâts après cette crise mais on les a rééquipé. Et que j’ai trouvé des cadres disponibles et je ne peux pas douter de leur compétence  parce qu’ils travaillent avec beaucoup de professionnalisme. Donc je pense que le BECDOR aujourd’hui va être renforcé avec les moyens mais je peux vous assurer de ce que j’ai vu, il y a le professionnalisme derrière. De ce qui précède, un atelier de restitution des leçons apprises de la diagnostique de la cohésion sociale des régions minières du Sud-ouest de la RCA s’est déroulé le même jour à l’Alliance Française de Bangui. Objectifs : dresser un état de lieux post-conflit de la traçabilité et de la fraude dans le secteur minier artisanal, échanger et partager avec les partenaires nationaux et internationaux qui interviennent dans la région sud ouest les leçons apprises, les enjeux et défis identifiés au terme de la mission diagnostique sur la cohésion sociale et enfin, analyser les opportunités d’une coalition des stratégies et moyens d’intervention en vue d’une réponse adéquate aux cas de résistances constatées et un accompagnement consolidé pour le rétablissement de la paix et la cohésion sociale au regard des principes de Vérité, justice, réparation, réconciliation tant réclamés par les communautés locales minières des villages visités dans le sud-ouest. fmbomba

CENTRAFRIQUE: REPRISE DES ACTIVITES D'EXPORTATIONS DES DIAMANTS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gerard legon 07/06/2016 19:04

Il y a un fond de verité dans ce que dit kouamba,il ne faut pas que nos frères de cette région ne voient pas qu'en ne s'arrêtant qu'à ce que certains ne peuvent que se limiter qu'à une visioncomme insulte

Kouamba guy 06/06/2016 19:29

En voila un qui fait rire, ou qui se croit séléka. Le président c’est désormais par les urnes si vous n’avez pas encore compris le geste des centros se mobilisant pour les présidentielles. Votre Namkobo devrait être le candidat d’un parti qui se revèle très ethnique qui l’ont éjecté pour les leurs. Chercher un candidat fiable de berberati et faite sa promotion et qu’il batte campagneau lieu de nous souler. Le diamant ,ce n’est pas qu’à Berbérati,on ne t’a pas dit que les séléka sont à bria,même sangaris y faisaient son business,on t’ a dit que c’est pour le climat ou si c’est pour des diamants et de l’or ? Un peu moins de mauvaise foi,vous avez le président Bozizé,le beauf qui vous a fait une présidente ?
N’exagérons pas,l’Etat centrafricain a-t-il vraiment la main sur le diamant centrafricain,l’etat centrafricain a failli sur le diamant :il devrait avoir un orgagne etatique de contrôle par lequel tout doit passer mais comme on ne réfléchit pas trop chez nous,les présidents se contente par égoisme que les truands se servent et en passant leur file quelque cailloi et le pays :rien.si ça l’était comme certains pays africains,si je ne me trompe pas :Botsuana,le diamant leur permet ce qu’ils sont devenus et nous sommes loin d’être eux. En centrafrique ,comme en tout l’Etat laisse les bonnes choses au privés étangers et mafieux locaux comme si on est un pays qui régule bien les choses,si déjà on corrompt nos députés. Il a laissé les truands du monde entier descendre chez et faire main basse sur le sous sol,et que font ils pour centrafrique et votre berberati ? Sinon baiser les filles de berbérati. En europe,les dassault ,rotschild ou ailleurss rockfeller,bill gate ou au nigeria voisin on voit ces riches aider l’Etat dans des réalisations de strutures,due developpement,ou par exemple l’école stupide appelée centrafricanoturque,ce serait l’œuvre d’un centrafricain en partenariat avec nos pouvoirs.Ecole franco turque,demain vous ne nous viendrez pas avec des discours que il faut sse voiler à l’école et après ceci cela,et derrière ces faux investissement,c’est votre diamant de berbérati qui interessent en réalité ces investisseurs bidon qui viennent faire de l’éducation,une histoire de caste , et comme vous ne pouvez pas on vous donne une bourse ,après il faut se voiler pour la bourse et après il faut aller en turquie et demain quoi encore ?
A berbérati,que de passer votre temps à manger du coco et sossogo à longueur de journée et baiser,posez vous la question à vous-mêmes. C’est la capitale du sexe. Les hommes sont aussi dévergondés que les femmes. Ca couche dans le désordre,les cousins et cousines entre,les oncles et nièces,les femmes des amis les maris des copines,les maris des cousines.
Votre région est envahie par tous les voyageurs economiques de l’ouest d’afrique à votre bonheur sexuelle : nigeriens,mauritaniens,camerounais du nord,libanais etc,ils s’installent et s’enrichissent avec vos diamants en un temps record et vous bêtement comme me le disait un compatriote,vous commencez à les appeler les riches commerçants,qu’ils sont l’argent et vos filles vont se livrer pour l’argent,alors que c’est votre diamant qui fait cette richesse,pas le pain qu’on livre deux fois par jour et on vous couillonne et vos femmes avec cela et vous êtes contents,mais c’est l’Etat qui devient votre problème,mais vous pourquoi vous ne maitrisez pas vos diamants comme ces faux commerçants qui deviennent riches par votre bétise et vous vous en prenez aux autres. Recensez avant séléka et après séléka combien de filles de berberati ne sont pas allées avant avec un séléka ou assimilés séléka. Vous voulez être président ou qu’on vous donne un grand poste ,mais de tous les régimes ,vous y êtes ,même quand on tuait des vôtres ,vous étiez les plus fidèles aux dictatures,vos malheurs viennent de votre bêtise de la frime et poste de pouvoir comme vous le quemandez encore pour les hommes et les femmes par leur légèreté et de l’ amour de l’argent par le sexe. C’est ça la réalité de berbérati. On peut tout vous donner,mais tant que vous ne vous remettez pas en cause et n’éduquer pas vos femmes et votre population,ce sera toujours comme cela. N’y a-t-il pas de grand chefs de village qui peut défendre mieux vos intérêts et vous éduquer. Si après tout ce que notre pays a connu,vous en êtes encore à parler de votre diamant en accusant l’Etat,c’est que vous aimez bien vous vautrer dans vos vices et laisser qu’on vous dépouille et servir votre plaisir.Rien ne vous empêche de faire pareillement et avoir un regard sur les diamants.Quand on met d’autrement priorité en avant,le plaisir par exemple, autrement ,vous aller penser à mettre la main dans la patte et ne pas accuser à tort et divaguer. Namkobo,j’ai lu qu’il avait laissé des assiettes à une entreprise qu’il a laissée en faillite,aujourd’hui il est à la mairie,vous devriez vous en réjouir,dans d’autre pays,il répond de sa faillite en prison surtout que les trous laissés n’étaient pas justifiés ,selon les gens qui connaissent le personnage

GNAMA 05/06/2016 21:07

C'est bien de reconnaitre que Berberati est le poumon économique actuel du pays avec son diamant, son bois et qu'on ignore copieusement ses ressortissants qui ne sont pas représentant ni au Gouvernement, ni à la Présidence. Seulement un strapontin à la Mairie de Bangui. C'est ça la prime que ceux qui ne savent pas utiliser les armes pour s'imposer. C'est depuis le temps de BOZIZE que la zone Sud-Ouest du pays est abandonnée. Même la prime pétrolière donnée par les Sud Africains pour les permis de Carnot et de Bayanga est mangée par d'autres. Voilà la RCA. Il est temps que ce qui est produit à Berberati bénéficie d'abord aux ressortissants de cette zone. Sinon.........