CENTRAFRICAINS TABASSES: PROCEDURE DISCIPLINAIRE CONTRE NEUF MILITAIRES FRANCAIS

Publié le

Une procédure disciplinaire a été ouverte contre neuf militaires français accusés d’avoir tabassé deux Centrafricains ou d’avoir laissé faire, alors que la force française Sangaris est déjà mise en cause dans des scandales d’abus sexuels. Mais cette nouvelle procédure concerne des faits distincts, qui ont eu lieu il y a deux ans, à Bangui.Les faits que le ministère de la Défense qualifie de « graves » remontent à deux ans. A l’époque, plusieurs centaines de militaires de la mission française Sangaris se trouvent à Bangui, où plus de 100 000 personnes se sont entassées aux abords de l’aéroport M’Poko. Leur objectif : faire cesser les affrontements entre les Seleka et les anti-balaka.A deux reprises, selon les sources de RFI, des militaires de la mission Sangaris ont tabassé des Centrafricains : un simple civil et un anti-balaka, qui a été remis aux gendarmes centrafricains. Dans les deux cas, des militaires du deuxième régiment d’infanterie de marine sont mis en cause.Neuf militaires suspendusEn tout, neuf militaires ont été suspendus. Trois soldats et deux sous-officiers sont accusés d’être « auteurs de violences ». Pari ailleurs, quatre « responsables hiérarchiques » sont, eux, accusés de les avoir couverts. Les résultats de l’enquête de commandement ont été transmis à la justice.Qu’ils soient ou non condamnés par un tribunal, les militaires mis en cause sont susceptibles être sanctionnés par l’armée. Des sanctions pouvant aller jusqu’à leur exclusion.RFI

CENTRAFRICAINS TABASSES: PROCEDURE DISCIPLINAIRE CONTRE NEUF MILITAIRES FRANCAIS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sabagala 07/06/2016 20:58

Ne nous imposer pas le systeme de caste en RCA. Il en existe pas. Ou dans ce pays vous avez vu les enfants des biens places gouverner ? Ce sont des fils des paysans tous qui arrivent aux affaires dans ce pays. Les enfants des gens aises sont en France dans les escaliers ou les cages des escaliers des immeubles entrain de s'injecter de la drogue avec les arabes. Ils parlent un francais argo et s'habillent en MC. Ils volent le metro et le bus et vendent du hachiche. Ceux la comment peuvent ils etre utile pour ce pays ? Ne nous emballer pas avec cette histoire d'enfants en France. Il s'agit de la misere cachee pour bleuffer les autres. Regardes bien dans cette administration, ou se trouvent les enfants grandis en France ? Si quelques uns sont la, ils ne depassent pas le niveau de secretaire. Leurs zones de predilection sont les associations et les ONG bidons pour manger. Ce sont en general des enfants qui n'etudient pas et vivent de petits boulots ou de RMI.

mawa 06/06/2016 23:26

voilà une procédure déclenchée sans que cela intéresse le ministre magistrat ressortissant de seidou qui était obligé d'envoyer toute sa famille en France avant la proclamation des résultats des élections présidentielles état dircab du président de la cct; ce sont toujours les mêmes du temps de bozize qui laissé les seleka venir massacrer les centrafricains à cause de leur incurie pauvre rca; on viole, on tue, on abuse sexuellement les enfants et personne ne dit rien; Evidemment, cela les concerne pas. La famille BATA et les enfants Touadera sont tranquillement en France!!!!!!!ce sont les enfants des pauvres centrafricains qi payent les pots cassés! comme ça leurs enfants viendront commander les violés affaiblis et meurtris dans leur chair