CE QU IL FAUT RETENIR DE LA PREMIERE TOURNEE OFFICIELLE DE SON EXCELLENCE FAUSTIN TOUADERA, PRESIDENT DE LA RCA

Publié le

Le président Faustin Archange a commencé son étape au Vatican au St Siège. L’objectif de la présence des autorités centrafricaines dans ce lieu saint, était de remercier le pape François d’être venu en Centrafrique à une époque où régnait l’insécurité et surtout d’exprimer la reconnaissance du peuple centrafricain du rôle important qu’il a joué dans la réussite des élections dans ce pays. Il faut le souligner,le séjour du pape à Bangui a eu un impact réel sur le comportement des éléments des groupes armés. La visite du pape a calmé les esprits et a fortement impacté sur les élections.En retour le pape François très émerveillé par cette reconnaissance des centrafricains et la forte volonté du président Touadera à pacifier la RCA, a déclaré qu’il a désormais le cœur tourné vers ce pays. Il s’engage à mener une diplomatie agressive auprès de plusieurs pays notamment les grandes puissances pour aider la RCA à sortir définitivement de la spirale de la violence et aller vers la paix.Ensuite le président a reçu en audience le président italien Sergio Mattarela. Ce dernier a félicité Faustin Archange Touadera d’avoir été élu par un suffrage très élevé et a promis prendre des initiatives au niveau de l’Union Européenne pour aider son pays. L’Italie aidera au rétablissement des Forces armées centrafricaines et a décidé d’installer pour la première fois de son histoire un bureau de coopération pour l’Afrique. Le siège de ce bureau qui à vocation d’aider et de coordonnées toutes les actions des ONG italiennes sera à Bangui, capitale de la RCA. L’Italie a décidé aussi d’envoyer à la fin du mois de mai son ministre délégué à la coopération pour étudier les conditions de l’exécution rapide de ces projets.Les présidents du FIDA, de la FAO et du PAM ont rencontré le président Touadera et sa délégation à Rome. Au centre de leur entretien il y a eu la question de la relance de l’agriculture et de l’élevage Ces institutions ont en outre décidé de mettre en place un programme pour soutenir ces secteurs qui ont donné à la RCA à une époque sa lettre de noblesse.Le président a été chaleureusement accueilli par la communauté centrafricaine d’Italie qui s’est mobilisée à bloc lors de son passage dans ce pays.En France, le président François Hollande a salué les premières actions politiques du président Touadera. Ce dernier a affirmé qu’il était très regardant sur le processus du DDRR qui se prépare. Au terme d’un entretien en tête à tête avec François Hollande, Pr Touadera a obtenu de son homologue le maintien de quelques troupes françaises de la Sangaris afin d’appuyer la MINUSCA dans le processus de la pacification de son pays.La France a décidé d’octroyer une aide budgétaire de 8 millions d’Euros à la RCA pour l’aider à faire face aux dépenses régaliennes.Le président Touadera sera attendu à Bruxelles en Belgique à l’automne prochain au tour d’une table ronde des bailleurs de fonds pour le bénéfice de la RCA.Aux États unis, le président a participé à la signature de la COP 21. En marge de ce sommet mondial, le professeur Faustin Archange Touadera a rencontré John Kerry, le secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères. Les USA ont promis apporter des aides multi-formes à la RCA notamment dans le processus du DDRR et se disent prêts à accompagner ce pays meurtri sur le plan économique et militaire.Enfin, le président a rencontré le secrétaire général des Nations Unies M. Ban Kin Moon qui a annoncé le renforcement de la MINUSCA lors de la prolongation du mandat de l’ONU en RCA.Les USA ont désigné un ambassadeur pour suivre de près les dossiers qui concernent la RCA.Sources: Présidence  RCA

CE QU IL FAUT RETENIR DE LA PREMIERE TOURNEE OFFICIELLE DE SON EXCELLENCE FAUSTIN TOUADERA, PRESIDENT DE LA RCA

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dommage 25/04/2016 14:49

Chers compatriotes,
Chers lecteurs,

Notre Président pour le moment cherche par tous les moyens à redorer l'image de notre beau et très cher pays. Tant mieux, il aime son pays, et nous devons l'encourager à œuvrer dans ce sens enfin nous devons l'aider par nos messages qui tonneraient le glas mais surtout informeraient et sensibiliseraient la nouvelle génération à relever le défi du développement de demain. Il faut souligner une chose, même si nous ne devons qu'approuver ses choix ministériels parce que nous voulons la paix rien que la paix et la stabilité. Durant sa compagne, le candidat TOUDERA a martelé qu'il n'oubliera pas les jeunes pour ne pas dire qu'il travaillera avec les jeunes. Depuis 30 ans, la génération 70, la relève de demain qui a tant souffert (coups d'état, années blanches,...) malgré tous s'est battu corps et âmes pour s'en sortir quelques-uns ont en obtenant leur Maîtrise depuis l'Université de Bangui bien évidemment sous la houlette du futur Président en faculté de Sciences Economique ou en Fac de Sciences et Technologie. Cette même génération pour ne pas sombrer dans la misère, dans le souci de parfaire ses connaissances estudiantines, a pris le risque de partir, de poursuivre ses études à l'extérieurs et d'ailleurs, ce ne sont pas les moins diplômés et surtout ne lui parler pas de compétences car quelques soient leurs activités à l'extérieur, elle a des postes à responsabilité. Enfin, cette même génération pour des raisons d'instabilité au pays, qui frôle la cinquantaine et qui embrasse brillamment des carrières un peu partout dans le monde, qui se fait presser comme des citrons par les pays d'accueil qui ne lui ont apporté que de la perfection du 3ième cycle universitaire. Aimerait rendre à son pays ce qu'il lui a donné, a repris confiance avec l'élection de TOUADERA à la Présidence de la République mais qui a de suite déchanter car surpris par le gouvernement, surpris par la re-nomination des personnalités qui ont tous été aux affaires hier et qui n'ont rien à perdre. Et nous, travaillerons-nous un jour pour notre pays ? Pour accéder à des postes régaliens, devons-nous obligatoirement créer un parti politique ? Dans ce pays, n'y-a-t-il pas d'autres centrafricains ? Devrait-on prendre toujours les mêmes pour refaire le monde ? Bref !!! Nous ne nous playons pas... Après le quinquennat, nous aurons au trop dépassé les 50 ans et il faudrait faire de la place aux jeunes car c'est comme ça et pour le développement de notre pays, nous devons revoir nos projets et tourner la page de pouvoir un jour travailler pour notre pays et se lancer dans d'autres projets car à 50 ans, on n’est pas fini et nous laisserons la place à la nouvelle génération. Ce qu'il faut retenir, un jeune cadre aux affaires crée ou donne l'opportunité à une vingtaine de jeunes cadres à prospérer que ça soit dans le cadre de la création des entreprises nouvelles start-up ou transversales soit par le biais d'un retour sur investissement au pays.
Bon vent à toi cher Président