À SON EXCELLENCE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE , CHEF DE L'ETAT

Publié le

Nous ne doutons pas un seul instant que vous mettrez tout en œuvre pour mener à bien la lourde tâche qui vous incombe désormais. Et ceci pour une réelle amélioration des conditions de vie de la population centrafricaine dans son ensemble.

Excellence Monsieur le Président de la république,

Mais que l’on ne se trompe guère. Des solutions avec financement sont parfois insuffisantes, voire peu concluantes quand elles ne sont pas accompagnées d’une bonne gestion et d’une meilleure stratégie. Une stratégie orientée vers la recherche d’un travail de qualité à moindre coût.  

Vous aurez compris, Monsieur Le Président, il vous faudra des Hommes compétents,  intègres et stratèges pour mener à bien les actions cruciales du moment. De véritables managers.

Le peu de moyen dont dispose notre pays doit nous obliger à une mise en œuvre ingénieuse de chaque solution que l’on aura arrêtée pour tel ou telle action. 

Pour revenir au problème capital de la sécurité, permettez nous, Monsieur Le Président, de vous faire rapidement ces quelques propositions.

1) Le retrait des troupes françaises de Centrafrique et la solution de substitution.

Aujourd’hui la France, notre partenaire historique, a mis sur la table le départ de Centrafrique de ses troupes d’ici la fin de l’année 2016.

Cette décision ne doit pas être une décision unilatérale mais faire plutôt  l’objet d’une négociation multipartite. Et bien entendu, il faut être au moins à deux pour négocier. Nous devons non seulement amener notre partenaire à nous faire une proposition de substitution au départ de ses troupes, mais aussi lui proposer le financement d’une solution de substitution. Et cette solution pourra être le financement à hauteur de cent vingt millions d’euro sur cinq ans, soit vingt quatre millions par an, de la formation et l’emploi de dix mille (10.000) jeunes centrafricains formés au métier de la sécurité et du maintien de l’ordre. Ces jeunes hommes et femmes pourront bénéficier d’un contrat de travail spécifique de cinq ans et seront d’un grand soutien à l’armée nationale régulière et républicaine qui elle doit être pluriethnique, apolitique et professionnelle. Un secrétariat particulier chargé de la sécurité et rattaché à la présidence ou au ministère de la défense pourra piloter cette entité.  

Rappelons ici que cent vingt millions d’euro est la somme que dépense déjà par an la France pour ses troupes qui sont actuellement en Centrafrique.

Les avantages liés à cette solution de substitution au départ des troupes françaises sont multiples :

- une lutte efficace contre les groupes rebelles grâce à un meilleur maillage ou répartition des forces de l’ordre sur l’étendue du territoire national.

- Un retour rapide de la sécurité dans le pays facilitant au passage la relance de l’économie nationale,

- Un retour sécurisé des déplacés dans leur ville ou village d’origine,

- Une reconstruction rapide des villages détruits et un réaménagement des voies et routes dans l’arrière pays avec l’aide de ces jeunes soldats.

- Une réduction du taux de chômage des jeunes dans le pays ;

- Une facilitation de formation à la sécurité élémentaire de nos compatriotes vivant dans des zones reculées du pays, notamment dans les villages.

- Ect..

Le chômage des jeunes va en paire avec le problème de l’insécurité dans le pays. Le chômage des jeunes est un réel problème national et source d’insécurité. Il n’est un secret pour personne que les groupes rebelles recrutent plus facilement dans le rang des jeunes désoeuvrés, sans emploi. D’où l’obligation d’apporter de réelles solutions à ce problème d’une importance vitale. La jeunesse reste en outre l’avenir d’un pays. Résoudre le problème de la jeunesse revient à résoudre l’essentiel des problèmes du pays.

Ces jeunes sous contrat de cinq ans, outre leur formation militaire, seront aussi formés aux différents métiers de la vie courante. Et ils pourrons après leur contrat de cinq ans intégrer l’armée nationale régulière en remplacement des départs à la retraites de certains agents du ministère de la défense ou dans le cadre d’une politique de recrutement du ministère de la défense nationale.  

2) DDRR, une bombe à retardement ou donner un bâton pour se faire battre.

Vous avez, dans votre allocution du 30 mars dernier, déclaré que vous allez vous employer à appliquer très rapidement le programme du Désarmement, de la Démobilisation, de la Réinsertion et du Rapatriement (DDRR) pour favoriser le retour à la paix et à la sécurité.

Monsieur Le Président, le rapatriement de nos compatriotes vivant dans des conditions difficiles à l’étranger ou à  l’intérieur même de notre pays est la seule chose urgente et capital du fameux programme DDRR. Le reste est à manipuler avec beaucoup de précaution. Et si vous voulez notre avis, donner de l’argent à des mercenaires ou à ceux-là  qui ont pris des armes contre leurs propres frères et sœurs, les massacrant, tuant, violant et détruisant leurs biens, n’est nullement une bonne idée. Et dire que les gens vont ainsi du jour au lendemain déposer les armes, et pire encore, remettre toutes les armes en leur possession, relève d’une pure démagogie et d’une certaine naïveté. Qui pour y croire ?

Les chefs de guerres et autres bandits de grand chemin se lèchent actuellement la barbiche à l’annonce de la mise en application très prochaine du programme DDRR. Beaucoup vont recruter massivement dans les jours précédents la mise en œuvre du DDRR, histoire de gonfler leur effectif et ainsi pouvoir réclamer beaucoup d’argent à l’état centrafricain avant de feindre déposer les armes. Nous disons bien « feindre déposer les armes » car la réalité est souvent tout autre.

C’est un secret de polichinelle que de dire que le DDRR est un moyen pour les chefs de guerres, les rebelles et autres bandits de grands chemins de se faire de l’argent. Argent qu’ils vont utiliser une partie pour se réarmer à nouveau en vue de commettre d’autres atrocités dans le pays. L’insécurité est pour ces bandits un fonds de commerce.

C’est ici que nous invitons donc nos autorités à être de fins stratèges. Nous nous tenons toutefois à votre disposition pour élaborer cette stratégie que nous ne pouvons développer ici car celle-ci relève du secret défense.

Notre pays n’a pas d’amis mais des partenaires. Qui dit partenaires dit gagnant – gagnant, un jeu dont seul les fins stratèges tirent le gros morceau. Nous avons en Centrafrique des atouts, de sérieux atouts qui peuvent servir notre cause. Bref.

3) Identifier nos compatriotes pour mieux les protéger : la gratuité de la carte nationale d’identité.

On ne peut protéger efficacement quelqu’un que si l’on arrive à l’identifier et à le localiser. L’identification des citoyennes et citoyens centrafricains est la première règle de sécurité.

Nous voulons tout simplement ici plaider pour la gratuité de la carte nationale d’identité et inviter les autorités centrafricaines à l’inscrire au chapitre de la sécurité nationale.

Doter chaque Centrafricain(e) d’une carte nationale d’identité présente de nombreux avantages, entre autres, cela peut :

- faciliter le contrôle d’identité aux différents points de contrôle sur l’étendu du territoire national,

- faciliter la circulation des biens et personnes,

- limiter les escroqueries et autres manies des forces de l’ordre véreux sur les paisibles citoyens dont certains, faute de moyens, n’ont pas souvent une pièce d’identité. 

- identifier plus facilement les étrangers qui circulent dans notre pays,

- réduire le coût de constitution d’un dossier pour un concours, examens ou projets,

Excellence, Monsieur Le Président de la République, bien que notre choix pour le deuxième tour de la présidentielle était porté sur votre challenger, une fois choisi par la majorité des Centrafricains et élu président de la république, vous êtes à ce jour le Président de tous les Centrafricains. Et il est du devoir de chaque citoyen(ne) centrafricain(e) de participer au redressement du pays.

Veuillez considérer donc ces quelques propositions comme notre modeste contribution à l’œuvre de la reconstruction de notre cher et beau pays, la Centrafrique.

Recevez, Excellence Monsieur Le Président, nos distinguées et respectueuses salutations.

De-LÊMBO

À SON EXCELLENCE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE , CHEF DE L'ETAT

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Zini 06/04/2016 10:47

Qu'on on voit ta tête on peut imaginer que quelqu'un a écrit pour toi. Un conseil ´ enleve cette lunette de braqueur.

DeLêmbo 07/04/2016 20:16

Ahahahah, MDR. Zini, tu as peur de mes lunettes? Faut pas avoir peur. C'est juste ma façon d'être.

sbsnico 06/04/2016 07:26

Très bonne proposition et encore une fois BRAVO.
J'espère que le président prendra note.
Nous voulons des propositions .

DeLêmbo 07/04/2016 20:12

Merci Sbsnico.