LA CAMPAGNE DE DÉPISTAGE VOLONTAIRE AU PALAIS DU PEUPLE

Publié le par TAKA PARLER

LE PAN LORS DU DÉPISTAGE VOLONTAIRE DU CNLS
LE PAN LORS DU DÉPISTAGE VOLONTAIRE DU CNLS

La campagne de dépistage volontaire du VIH/SIDA, initiée par le CNLS poursuit son petit bonhomme de
chemin. Après la présidence de la République où un signal fort a été donné par Faustin Archange
TOUADERA le mercredi 31 août 2016 au Palais de la Renaissance, c’est au tour du Président de
l’Assemblée Nationale, Abdou Karim MECKASSOUA de se faire dépister le mardi 6 septembre, suivi
de ses collègues élus de la Nation et du personnel parlementaire.
La cérémonie a débuté avec l’arrivée à l’hémicycle du parlement des membres du Comité de suivi de
la campagne, du Coordonnateur National du CNLS, Dr. Marcel MASSANGA, des représentants du FICR
et de l’ONUSIDA, suivi des membres du Bureau de l’Assemblée Nationale ainsi que des membres du
Bureau. Ce qui dénote de l’importance de cette cérémonie haut en couleur qu’est le dépistage
volontaire du VIH.
Avant de commencer les prélèvements, Georges PALAZALE, représentant des personnes vivant avec
le VIH/SIDA est monté à la tribune pour témoigner et encourager tout le monde à se faire dépister
précocement: «J’ai contracté cette maladie en l’an 2000. Le fait pour moi de me faire dépister très tôt
m’a permis de prendre mes médicaments antirétroviraux. Je peux ici affirmer que j’ai la même
espérance de vie que les séronégatifs et j’exhorte tout le monde d’aller se faire dépister
précocement», a déclaré en substance Georges PALAZALE.
Quant à l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale, Abdou Karim MECKASSOUA, il a affirmé
qu’il reviendrait sur le sujet lors de la prochaine session de son Institution. Aussi, ce sont les
intellectuels et les élites centrafricains qui sont beaucoup exposés à cette maladie. S’en est alors suivi
la séance de dépistage ouverte par le PAN souriant et les membres du Bureau et le personnel qui
n’était pas assez nombreux, avouons-le.
Notons que le CNLS compte dépister plus de 300.000 personnes pendant cette campagne. Dans
notre pays, le taux de prévalence du VIH/SIDA est estimé 4,12% selon les projections Spectrum du
CNLS contre 4,9% selon l’enquête mixte de 2010.

SOURCE: PRESSE PARLEMENTAIRE

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article