FAIRE APPEL AUX SOUVENIRS POUR CONSTRUIRE

Publié le par TAKA PARLER

SALOMON KOTRO
SALOMON KOTRO


Il y a plus d'une cinquantaine d'année, une poignée d’hommes s’était levée non par les armes mais, par des simples mots pour fonder la République Centrafricaine. Ce fut donc un pays où la langue Sango pierre angulaire de l’unité , symbole qui a forgé notre nation. Cette nation, une file invisible qui relie les uns et les autres est une âme, un principe spirituel , ces deux choses font battre le cœur de chaque Centrafricain. De ces deux choses , l’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs. L'autre est le consentement actuel , le désir de vivre ensemble, avoir fait des grandes choses ensemble, vouloir en faire encore. C’est en cela les conditions essentielles pour faire un peuple à faire tout ensemble pour son pays en ayant a l'idée le patriotisme. Qu'est ce que j' entends par là, faire appel aux souvenirs ? C’est dire que la Centrafrique a une histoire un parcours . Ce pays n’a pas seulement connu la guerre, il a produit des grands hommes, il a un passé élogieux .
Faire appel aux souvenirs, c’est faire appel à la dignité, a l’amour de la patrie. Mais peut-on faire appel aux souvenirs pour construire un avenir sans le rassemblement ?
La crise qui a touché notre pays a fait couler la digue de l’unité et engendré l'hydre de la haine entre les enfants de la patrie. De ce fait, on entend dans la bouche des éclairés de la république le mot rassemblement. Le rassemblement n’est pas seulement un jeu de l'esprit, c’est une alchimie entre le peuple. Car un peuple rassemblé est un peuple réunit pour une action commune . Mais sommes-nous dans cette dynamique ?


Le mot rassemblement est-il un vain mot ? Dans la situation post-conflit que traverse la Centrafrique, le moment idéal est venu de faire vivre les idéaux qui ont fondé notre nation dont le dénominateur commun est le vivre ensemble . Aujourd'hui tout semble reprendre de nouveau, car tout est urgent pour que le pays renaît de ses cendre comme le phénix. Dans la gestion de rétablissent de la sécurité dans le pays , le concours de chaque centrafricain est nécessaire pourvu qu'il soit reconnu dans toutes ses dimensions . N'oublions pas la nouvelle donne qui s’impose à la république ou d’aucuns brandissent les éventails de la peur, de la division et continuent de freiner l'élan du pays. Nos forces armées doivent être opérationnelles pour palier à certaines éventualités mais, cela prendra du temps à se mettre sur pied, car , notre pays vit sous l' embargo et autant de blocages pour un Etat aussi fragile comme le notre. Au-delà des contraintes imposées a notre pays, lequel était un havre de paix, ou il faisait bon vivre, celui-ci peine à retrouver sa grandeur et sa force qui résident dans son peuple intelligent et pacifiste.
Souvenons-nous de la République Centrafricaine dès l' entame de l'indépendance , elle avait une armée forte et capable de défendre son territoire et sa population,
Souvenons-nous que nos militaires étaient envoyés combattre l 'UPC au Cameroun, Souvenons-nous que notre armée était parti faire la guerre aux côtés des militaires Zaïrois dans la guerre de chabba,
Souvenons-nous de nos braves officiers LINGOUPOU -BANZA- IZAMO – et bien d'autres, Souvenons-nous de nos martyrs BOGANDA et ses compagnons morts dans l’accident d'avion,
Souvenons -nous du sacre de BOKASSA 1er empereur de Centrafrique,


Souvenons-nous de nos grands sportifs champions de la coupe d’Afrique des nations de basket-ball ,
Souvenons-nous enfin des hommes et des femmes qui ont contribué d'une manière d'une autre pour l’honneur et la paix dans notre pays ,la nation doit savoir honorer et reconnaître ses enfants. Aujourd'hui, le pays vit une nouvelle ère, la république doit prendre en compte la réalité de l 'heure et s'y adapter. Les erreurs et les bêtises de certains enfants de la patrie ont fait le lit au désordre et ont permis aux intrus de s’imbriquer dans la République. Les autorités légitimes qui ont la charge de conduire la destinée de notre pays après une élection parfaite, doit savoir concilier l’impossible et le possible pour maintenir le pays dans la cohésion sociale et d’utiliser tous les moyens pour éviter à la Centrafrique qui a un passé élogieux de se fragiliser. La république centrafricaine est un pays de rêve nous le savons, seul le rassemblement des centrafricains de bonne volonté est nécessaire pour bâtir un avenir en commun au-delà de la divergence. Alors ensemble, faisons sonner le clairon pour rassembler les conditions de vivre mieux de tous les Centrafricains à tous les niveaux sans exclusion aucune. Chaque Centrafricain doit savoir tirer les leçons du désordre qui a faillir ébranler la grandeur de notre nation et se résoudre a être acteur dans la construction d'une digue solide ,de paix pour le développement de notre pays ou tout est urgent.

SALOMON KOTRO

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article