PANIQUE EN CENTRAFRIQUE, LES VILLES TOMBENT LES UNES APRES LES AUTRES

Publié le par TAKA PARLER

PANIQUE EN CENTRAFRIQUE, LES VILLES TOMBENT LES UNES APRES LES AUTRES

75 Jours après l'investiture du Président Faustin Archange Touadera qu'il se confronte à l'épineuse question des groupes armés. Il y'a 100 Jours, le peuple Centrafricain faisait confiance à plus de 62% à Archange Touadéra, en l'élisant à la magistrature suprême de la Centrafrique. Que s'est-il passé pour que 75 Jours plus tard nombre des villes de nos régions passe sous contrôle des groupes armés, signe d'une contestation sérieuse du pouvoir de Bangui ?

Il y'a trois semaines, la Séléka s'était réunifiée en communiquant son état major commun. Le pouvoir n'avait pas dénié réagir politiquement , tout comme les anti balaka réuni en une assemblée générale à Bossemptélé sont parvenus à un commandement élargi et unifié . Ensemble d'actes politiques qui n'ont pas appelé une lecture et interprétation politique de la part du Pouvoir de Bangui. Notre exécutif ne pourra continuer à faire semblant d'ignorer que derrière ces groupes armés constitués aujourd'hui presque exclusivement de Centrafricains et Centrafricaines s'y trouvent des politiques.

La solution de la crise et de la recrudescence des actions armées est signe que l'option exclusive du DDRR avant un dialogue ou un forum inclusif inter Centrafricain, est un mauvais choix stratégique et politique. Aucun Centrafricain ne conteste la légitimité de notre Président , mais , il est remis en cause ces options et choix politiques du moment par les actes militaires d'occupations de nos villes ces jours ci. Il serait plus judicieux et urgent d'appeler autour d'une table les politiques des groupes armés.

Il est cruel et irresponsable de ne pas transformer en acte politique , la déclaration sous serment de notre Président . Par la rupture, il entendait mettre fin aux violences armées sur toute l'étendue du territoire National et porté quiétude à nos populations dans les villages, les villes et dans nos cœurs. Comment expliquer que de son investiture à ce jour, seule visite effectuée par notre élu Président a été celle de la ville de Bouar ? Cette absence de contacts avec la base du Pays serait-elle source de frustrations ?

Les villes Centrafricaines, passant sous l'autorité des hommes armés sans que les populations locales ne protestent, est ce une adhésion implicite ? Tout compte fait, les villes tombent peu à peu. Sachant qu'il y'a violences , violations des droits humains et mort d'hommes. Cette situation appelle une solution politique courageuse afin d'éviter au peuple Centrafricain déjà victime, une autre crise militaro-politique. En attendant que les politiques trouvent une solution, nous vous invitons chers(es) compatriotes de bien vouloir suivre nos regards, vous constaterez que nous sommes froids. Affaire à suivre !!!

LA RÉDACTION DE TAKA PARLER

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Melemokosso 28/07/2016 23:59

Cool

Gatien 25/06/2016 21:57

C'est comme quelqu'un a dit le probleme de la RCA est facile c'est que nous regardons la realite en face alors je propose celle la comme solution , pendant d'annee les rebelions viennent toujours de nos pays voisins ou encore les complices a notre destabilisation viennent des presidents des pays voisins qui nous entourent alors pour finir avec ca nous devons sortir de la CEMAC et de la FRANCOPHONIE et apres nos problemes seront resolus

Olivier 19/06/2016 13:16

A moins que je ne l'ai pas vu, mais je trouve que vous n'avez pas mentionné les villes qui sont tombées sous les autorités des rebelles et ainsi que les dates précises. A cet effet, soyez plus explicite SVP

Omar Roua 18/06/2016 21:15

le problème en centrafrique est facile à résoudre si seulement le dirigeant politiciens enlèvent la couverture de mensonge, mal comprenhsion, discrimination entre ethnie et religion tout sera estable . En effet une conseille pour les politiciens en RCA notamment le président, d'arrêter de courir derière les occidentaux comme mendiant ils n'avaient pas la solution pour l'Afrique, cherchons à être responsable de notre foyer !

Marien 17/06/2016 17:46

Chers Dirigents,
On connait votre difficulté mais on vous prie de prioritiser la sécurité dans la RCA car les populations souffrent comme si nous ne somme pas chez nous.
Quelles souffrances pendant 4 ans?