CENTRAFRIQUE: LES DÉPUTÉS APPROUVENT LA POLITIQUE GÉNÉRALE DU GOUVERNEMENT.

Publié le par TAKA PARLER

CENTRAFRIQUE: LES DÉPUTÉS APPROUVENT LA POLITIQUE GÉNÉRALE DU GOUVERNEMENT.

BANGUI, 10 juin 2016 (RJDH)–119 pour 1 contre, 8 absents, c’est le résultat du vote des parlementaires centrafricains en faveur de la politique générale du gouvernement qui s’est déroulé ce vendredi 10 juin au siège de l’Assemblée Nationale.

Cette politique générale de 73 pages a fait l’objet de discussions assorties des critiques en termes de chronogramme, de délais d’exécution et de mobilisation des ressources. Le premier ministre Mathieu Simplice Sarandji s’est évertué à répondre à un certain nombre de préoccupations avant le vote des députés.

Selon Davis Yama, 3e vice-président du parlement, ce vote est la preuve de la confiance que les députés accordent au gouvernement et qu’ils seront vigilants pour suivre la mise en œuvre.

Le premier ministre au sortir de ce vote s’est dit heureux pour l’expression qui témoigne l’adhésion de tous les députés dans le cadre de l’union sacrée autour des actions de son gouvernement.

Le premier ministre avait présenté devant le parlement le 7 juin dernier son discours programme axée sur quatre piliers à savoir : paix sécurité et cohésion sociale, relance économique, politique et bonne gouvernance, affaire sociale et actions humanitaires.

Cet exercice est une exigence de la constitution en son article 54.

SOURCE: RJDH

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

GAGA 14/06/2016 10:56

Hahahahaaaa………. Chers amis si jusque là vous l’avez pas compris, vous aller le comprendre cette fois ci………….
Savez-vous pourquoi toujours les postes du DG de la Douane sont convoités et réservés exclusivement aux proches parents des hauts dirigeants du moment ? Il s’agit là de la confirmation de la théorie basée sur la loi du moindre effort inventée par nos fonctionnaires. En guise de comparaison, pourquoi le poste de DG des impôts (prélèvement dont l’assiette est basée sur la production, c'est-à-dire la création de la richesse qui nécessite des efforts et de la créativité) n’est pas autant convoité et réservé aux parents ? Même le dernayo de la classe aurait compris le manège. A chaque fois qu’il y’a renouvellement de la classe dirigeante, la bataille de la nouvelle équipe est d’arriver à placer les proches parents à la Direction de la Douane (excusez-moi la Direction de la Manne) pour contrôler la manne et l’orienter vers les canaux décrites dans le papier précédent. La plus part des chefs qui arrivent aux affaires sont déjà rodés dans le système qui n’est plus un secret pour eux. Aucune réflexion pour changer les choses, au contraire, il faut renforcer l’existant, en tirer profit au maximum. De toutes les façons la grande majorité du petit peuple ne comprend rien de cette construction d’esprit, de ce mécanisme compliqué du moindre effort mais plus de gain. En Centrafrique, les calculs politiques autour de la conquête du pouvoir se font dans un premier temps autour du contrôle des recettes douanières par des parents interposés et dans un second temps par le rêve inavoué de mise en exploitation des ressources naturelles via des contrats secrets et une partie des ressources issues des tickets d’entrées détournées. En somme, il s’agit de l’économie de rente basée toujours sur la loi du moindre effort mais plus de gain. Depuis des lustres, l’idée de diversifier l’économie et d’accroitre la production agricole et industrielle est abandonnée.

GAGA 13/06/2016 12:25

Ahahahaaaa…… vous avez dit modèle économique ? En la matière les Centrafricains sont des Géni.
Voilà comment …………
Comment et comment un pays dit riche comme la RCA peut il structurer son économie sur la base des importations c'est-à-dire la production, la richesse crée par les autres pays ? Et dire qu’il peut survivre qu’en prélevant les taxes (excusez moi, les miettes) sur les importations de ces produits ? Il s’agit non plus, non moins de vivre sur la richesse crée par les autres et de se contenter des miettes issues des prélèvements sur les transactions de ces produits. Autrement dit s’accrocher à l’ingéniosité et à l’esprit entrepreneurial ou à la compétitivité des autres pour survivre sans trop d’efforts à fournir. Voilà la vérité des choses. Mais comme toute chose égale par ailleurs dans le monde de l’économie, les contreparties de cette attitude de moindre effort sont les tensions de trésorerie, la mendicité publique, les déficits budgétaires, le dépassement quasi chronique du plafond de crédit accordé par la BEAC, les arriérés de paiement, le manque de renouvellement des infrastructures publiques, etc.… La masse monétaire en circulation dans le pays se trouve amputée chaque année de l’équivalent monétaire des produits importés. Cette partie amputée n’est pas compenser par les exportations car la production locale étant très faible, voir nulle. La RCA ressemble à un corps malade atteint d’une diarrhée sanglante qui fait sortir par l’anus tout ce qu’il mange. Il n’y a pas de retenu pour fortifier le corps. Les fonctionnaires publics incompétents de ce pays ont bâtis l’économie de ce pays sur un model de rente structurée sur la loi de moindre effort et orientée exclusivement sur le paiement des salaires des agents publics. Il parait que la RCA est le seul pays au monde qui a pour fondement et orientations affichés de politique économique le paiement de salaires aux fonctionnaires et agents de l’état de surcroit incompétents et fainéants. Ceux-ci travaillent et veuillent aux grains en créant toutes les conditions et contraintes (grèves, pressions de toutes sortes) pour atteindre cet objectif unique. Il parait que l’actuel Président a été élu sur cette base car il n’y a pas laissé d’ardoises de ce côté-là quand il était PM contrairement à son challenger qui traîne plus de 38 mois d’arriérés.
Voilà, comment des cadres et des élites incompétents, formés à grand frais dans les universités et écoles à l’étranger ont fermés ce pays si riche en ressources naturelles dans une économie de survie et de dépendance tournée essentiellement vers leurs intérêts égoïstes. Il faut les voir au Trésor avec des bons de caisse fabriqués, des titres de voyages contestables ou des bons d’évacuation sanitaire imaginaires entrain de se décarcasser pour pomper les maigres ressources disponibles. Surtout s’ils savent qu’il y’a une entrée d’argent imminent ou une annonce de financement du FMI ou de la Banque Mondiale. Pauvre RCA.

zingo 11/06/2016 13:10

C'est bien tout cela. Mais pour y arriver, il faut bien définir le modèle économique. On voudrait savoir la philosophie, la vision économique du pays. quand le FMI, la Banque Mondiale et l'Union européenne, ce qu'ils proposent est fondé sur un modèle économique. M; le Premier Ministre est-il libéral; néo-libéral, marxiste, keynésien ou non aligné?