CHRISTELLE SAPPOT, AMBASSADEUR PLÉNIPOTENTIAIRE EN GUINÉE EQUATORIALE : UNE VALEUR SURE ET UNE COMPÉTENCE CERTAINE POUR LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE.

Publié le par TAKA PARLER

CHRISTELLE SAPPOT
CHRISTELLE SAPPOT

Le Vendredi, 29 Avril d’il y a quelques semaines déjà, les Centrafricains du monde entier en général et ceux de Bangui en particulier apprenaient tous, tant sur les ondes des radios nationales que sur internet et les réseaux sociaux, la décision du nouveau Président Centrafricain, Faustin Archange TOUADERA, d’abroger sans aucune autre forme de procédure certains décrets dits « muets », signés par l’ancienne Présidente de Transition Catherine SAMBA PANZA, nommant ainsiavant son départ des affaires, certaines personnes à des postes de responsabilité dans les missions diplomatiques et consulaires de la République Centrafricaine à l’étranger. Et pendant que cette décision sans explication fondée était accueillie par certains Centrafricains comme une satisfaction personnelle, d’autres encore dans une certaine exagération ne se retenaient pas de citer Christelle SAPPOT, fille de l’ancienne Présidente Catherine SAMBA PANZA comme étant également concernée par cette mesure, or que non.

Cependant, nous autres Centrafricains éclairés de la diaspora, avions décidé de tenter d’en savoir un peu plus sur le parcours de Christelle SAPPOT nommée par sa maman comme Ambassadeur Plénipotentiaire de la République Centrafricaine en Guinée Équatoriale, car il se racontait que Cette nomination aurait été faite sur la base des critères éminemment subjectifs et en dehors de toute compétence, ce qui d’ailleurs et à la lecture de ce qui va suivre, s’avèrerait fausse.

En effet, de nos investigations poussées, il en ressort bien qu’avant d’être nommé comme tout premier Ambassadeur de la République Centrafricaine en Guinée Equatoriale avec résidence à Malabo, Christelle SAPPOT s’était pleinement déjà investie dans le processus de la Transition en République Centrafricaine en tant que Chef de Cabinet Particulier du Chef de l’État de la Transition, Madame Catherine SAMBA-PANZA, et ceci deux ans durant.


Coté Backgrounds, Christelle SAPPOT est bien, après une minutieuse vérification par nos équipes, titulaire d’un Master II(DESS) en Management par Projets obtenu en 2005 à l’Institut d’Administration et des Entreprises (I.A.E) de Lille en France. Et très bientôt puisqu’elle continue ses études, sera diplômée en sciences politiques.

L’intéressée est aussi spécialisée en gestion des organisations et pratiques managériales. Et toujours sur le plan professionnel, elle a exercé durant huit(08) ans à Bangui comme haut cadre au sein de la filiale Centrafricaine du groupe industriel international, Imperial Tobacco.

Son parcours exceptionnel lui a valu plusieurs distinctions honorifiques. Elle est ainsi Chevalier dans l'ordre du mérite commercial et artisanal en 2007 ; Commandeur dans l'ordre du mérite centrafricain en 2014 et Grand Officier dans l'ordre du mérite centrafricain depuis 2015.

Depuis 2004, Christelle SAPPOT est membre du RIEASDA (Réseau international des élites africaines au service du développement de l’Afrique) basé au Canada, et vient de rejoindre en 2016, le RELEFCA (Réseau pour le Leadership des Femmes Centrafricaines).

Avec tout ce qui précède, et qui est vérifiable et vérifié, on se demande bien au nom de quelle logique et par quelle alchimie certaines personnes de mauvaise foi sans doute, voudraient qualifier d’incompétente mademoiselle SAPPOT sur la base des erreurs de gestions politiques de sa maman.

Ne dit-on pas souvent qu’on reconnait souvent le maçon au pied du mûr ? Et même en cela, le maçon SAPPOT se fait déjà reconnaître au pied du mûr diplomatique de notre pays, car une fois qu’elle a pris fonction à Malabo, Christelle SAPPOT a fait ce que d’autres ambassadeurs et consuls ont rarement fait, mettre en place un site internet de référence pour l’ambassade, avec des pages facebook consacrée à la Diplomatie Centrafricaine et un groupes whatsap et un numéro de téléphone directe pour garder la proximité avec ses compatriotes. Elle a aussi reçu les Centrafricains de Guinée Équatoriale à l’ambassade, les a collectivement écouté et individuellement pour certains, elle a écouté leurs doléances respectives et autres, et a même fait lancer un recensement afin de pouvoir faire immatriculer tous les Centrafricains vivant en Guinée Équatoriale. Et présentement, Christelle SAPPOT est en discussion avec plusieurs investisseurs Équato-guinéens et qui sur son approche diplomatique, envisageraient bien de venir investir en RCA, ce qui donnera inéluctablement du boulot à nos frères jeunes qui étouffent du chômage. Alors, Combien de nos ambassadeurs ou consuls ont fait cela ?

Au vu donc de tout cela, et quand on sait que ce genre d’action n’a plus jamais exister dans nos chancelleries, on conclurait clairement que Christelle SAPPOT a toutes les qualités requises pour assumer cette fonction et lourde charge d’ambassadeur, car elle est une valeur sure et une compétence certaine pour la République Centrafricaine.

Nous reviendrons dans une autre publication sur les vrais problèmes de la Diplomatie Centrafricaine qui semble être occulté par nos Gouvernants depuis plus d’une décennie.

_____________________________

Pour Diaspora EKIRI NA KODRO

L’Homme de Kouango.

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

tingawa 16/05/2016 17:16

Merci pour cette investigation qui rétablit la vérité sur le parcours de mademoiselle SAPPOT. Bravo pour les premières initiatives de la jeune ambassadrice qui vont dans le bon sens et sans doute vont contribuer au bien être des compatriotes de GUINNEE mais aussi à l'émancipation de son pays.
Mademoiselle SAPPOT est une Centrafricaine comme tous les autres et peut être nommée à une haute fonction de son Etat pour peu qu'elle ait les compétences. C'est ce que vous êtes entrain de nous dire.
Pour le reste, ses détracteurs feraient mieux de laisser la justice diligenter une enquête et nous dire si elle a commis une infraction (détournement... ) pendant la transition gérée par sa mère madame Samba Panza.
N’empêche, ce n'est pas tant sa nomination qui pose problème. C'est l'irresponsabilité de madame Samba Panza qui a choisi la veille de son départ pour signer des décrets de nomination tous azimuts pour distribuer des postes à des proches mérités ou non, au mépris de la volonté du changement exprimé par les Centrafricains.
Ces nominations de complaisance qui ne répondaient à aucune nécessité urgente pour le pays, viennent alourdir les compte de l'Etat d'une part et d'autre part saper d'avance l'action de la nouvelle équipe.
Quand à mademoiselle Sappot, elle sera toujours fille de... et devra à chaque fois justifier son efficacité par ses actions. Courage à elle et à tous les fils et filles de...

Tatene Polele 15/05/2016 14:38

Cette publication a été payée, aucun doute n'est permis. Quelle est la ligne éditoriale de ce journal en ligne ? Il se dit que le promoteur est un compatriote de la diaspora qui a un excellent profil mais de graves difficultés avec l'argent ! Ita ti mbi ndali ti nguinza mo ka yingô ti mo ? Kota yé ti mvoundou

tingawa 16/05/2016 16:29

cher compatriote, mieux vaut vous taire que de dire des âneries pareilles. Il faut apporter des preuves de vos contradictions quand vous n'êtes pas d'accord et rester objectif dans vos propos...

Papier de MERDE ! 14/05/2016 12:11

Voilà un JOURNALEUX qui a perçu une partie de l'argent d'Angola que Mmes SABOT et Samba KPANDA ont transporté dans des sacs comme des vils libanais du Km5. J'ai toujours pensé que le journalisme est un métier, et donc une formation. En Centrafrique, pays de tous les paradoxes, quand un zigoto (comme l'auteur de ce BROUILLOND) arrive à arranger une syntaxe à la CON avec une sémantique vide, on s'auto-improvise JOURNALISTE. C'est archi faux ! Le JOURNALEUX est très, mais très différent du JOURNALISTE, et malheureusement vous, vous faites partie de la première catégorie. Quand vous parlez de background, êtes-vous sûr si cette pouffasse, cette CAISSE AMBULANTE de la Transition ne portait pas ce nom de SABOT, elle sortirait de quel bois pour devenir Ambassadrice. Et si on émet l'hypothèse de passer un concours pour ce poste, M le JOURNALEUX, seriez-vous certain qu'elle serait dans le top 5 voire le top 1000 ? Arrêtez de faire l'apologie du népotisme et du clanisme. C'est vraiment, mais vraiment un papier de MERDE. Ce qui est certain, aujourd'hui est semble être sous ce parapluie diplomatique avec à la clé une immunité, sachez que "la roue tourne", ce jour viendra ou Mme CAISSE AMBULANTE, sa SULFUREUSE maman, reine de moralité douteuse, les KAMOUN-NGAKOLA ce couple de DELINQUANT à col blanc, le soi-disant CHIMISTE de MABINGUI qui confond une facture avec un fichier Excel (mdr, qu'il se recycle avec sa chimie sans labo - les thèses soutenues à 4h du matin ne semblent plus être d'actualités) pour justifier les dépenses : être intellectuel c'est bon mais être intelligent c'est mieux, doivent répondre devant les Centrafricains de l'utilisation de ces fonds. Des gens sans coeur qui s'enrichissent, qui s'engraissent comme des grosses truies sur la misère, la mort du peuple et vous vous permettre de faire un étalage idiot d'une réussite bancale, avec pour seuls facteurs: piston, népotisme, clanisme. ALLEZ AU DIABLE JOURNALEUX.!

patriote 13/05/2016 14:13

je pensais que ce site etait vomi par le clan samba panza,quand l'amour d'argent,l'honneur et le tapis rouge nous tient.
Telle mère telle fille,pourquoi se lamenter ainsi jusqu’à faire une publicité déguisée sur un site dont le redacteur était menacé par sa mère ?
Ah bon maintenant elle a fait administration des entreprises ? Sa mere soutenait haut et fort sciences po,alors qu’on apprend qu’elle etudierait encore ? IL FAUT QU ELL E COMPRENNE QUE TOUADERA A SON PROGRAMME DIPLOMATIQUE QUI N EST PAS CELUI DE MME SAMBA PANZA qui ne cherche qu’à installer sa fille pour prosperer encore sue le dos des centrafricains et se foutre d’eux. Elle aurait étudier administrations des entreprises,pourquoi ne le met elle pas en pratique en creant ses entreprises,sachant que notre etat n’ a pas d’argent et que les salaires dans l’ambassade tarde à venir ? Sa magouille avec sa mère ne tient pas. Griller la politesse à un successeur comme elle a fait et faire la grande gueule comme si tout lui est permis ? A bangui,elle assurait le secretariat charge des clientèle d’une société qui les biens immobiliers. Elle peut e^tre membre de plusieurs associations,qu’en a-t-elle fait sous la transition,participer au vol de l’etat,n’est ce pas qu’elle est surnommée coffre fort de maman ? Qu’est ce qu’un etat peut attendre de quelqu’un comme elle ,initier au vol et dessous de tables. Les investisseurs peuvent venir en centrafrique,c’est du domaine du conseiller economique d’une ambassade,son intruision,c’est pour ramasser des dessous de tables en guise de coup de pouce à leur dossier. Qu’elle vienne nous démonter en gerant sa propre entreprise au pays et montrer ce qu’elle a appris au supposé master dont elle ne reflecte pas le background

zingo 13/05/2016 09:36

Je partage cette analyse connaissant bien la personne. Sur le plan background, il n'y a rien à dire. Et en plus, elle a occupé de très hautes fonctions de la République. C'est de l'ignorance de la part de certains centrafricains qui comprennent rien du fonctionnement d'un Etat. Chers compatriotes, savez-vous que le Décret signé le 29 avril 2016 par le Ministre des Affaires, le Premier Ministre et le Président de la République est entachaté de vice de forme et donc anticonstitutionnel . Ce qui veut que le Ministre des AE et le Premier Ministre sont incompétent et ne maitrise même la Constitution Centrafricaine. En effet, l'art 33 alinéa 7 de la Nouvelle Constitution dispose que c'est le Président de la République en tant Chef du Pouvoir Exécutif, promulgue les Lois, SIGNE les Ordonnances et les Décrets. Or ce Décret a eu le contreseing du Premier Ministre et du Ministre des Affaires Etrangères. Quelle hérésie? On se trouve dans quel pays? Le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangère, sorti de l'ENA français ignorent les sacro-saints domaines réservés d'un Président de la République. Comparativement à Mme SAPPOT, ce sont amateurs en matière de gestion administrative de l'Etat. Les Décrets sont signés exclusivement par le Chef de l'Etat. Le PM en est-il ignorant? A-t-il pris la peine de lire la Constitution? Qu'il sache que ce Décret est nul et de nul effet. On se retrouve au temps de BOZIZE.......qui avait nommé sa nièce niveau Bac à notre Représentation à Genève sous le Premier Ministre TOUADERA!

Tatene Polele 15/05/2016 14:42

Svp je connais bien le site de l'ENA français, à ce jour aucun centrafricain n'est diplômé de cette école. Si je me suis trompé, donner le nom de la promotion, l'année et les noms des compatriotes, dont celui prétendu du Ministre centrafricain des affaires Etrangères. De nombreux fonctionnaires centrafricains sont recyclés à l'ENA, mais attention de faire injure aux diplômés du cycle normal de l'ENA français, dont on dit courrament "ressortissant de l'ENA"..