MINISTRE CHRYSOSTOME SAMBIA, UN ARNAQUEUR A LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ?

Publié le par TAKA PARLER

Pierre Chrisostome Sambia
Pierre Chrisostome Sambia

À travers l'affaire Abdoulaye Hissein, aussi curieux que cela puisse paraître, certaines sources bien introduites ont péniblement tenté de noyer le Colonel Valentin Kikobet-Pataki, actuel Directeur général de la Gendarmerie nationale.

Faisons remarquer, toutefois, qu'une telle présentation des faits accusant le Colonel Valentin Kikobet-Pataki confirme bien qu'il n'était aucunement au courant de la décision d'arrestation du leader de la CPJP, tout Directeur général d'une section de la Police Judiciaire qu'il soit.

Car pas d'intérêt pas d'action, n'est-ce pas ?

C'est bien ici le lieu de souligner, à la suite de l'Oubanguien Jean Kalimsi qu'en Centrafrique, en générale, le choix Politique se fait entre le grotesque et le rocambolesque.

Car cette nouvelle affaire Centrafricaine dépasse notre entendement en révélant l'existence d'un cafouillage au sommet de l'État doublé d'un acte de détournement de bien public, notamment au Ministère de la Sécurité Publique de l’Émigration et Immigration.

Profitant de l'occasion offerte par l'évasion d'Abdoulaye Hissein , le Ministre en Charge de ce département, le Général de Brigade de Gendarmerie Pierre Chrysostome SAMBIA, s'est mis dans la tête de régler un compte personnel.

Ce quinquagénaire a cru s'arranger à moindres frais de passer ainsi entre les mailles du filet jeté sur lui par l'Union Européenne, à la suite de cette affaire digne d'un film mal ficelé sur la mafia à la sicilienne.

Tenez vous bien !

Les faits remonteraient du temps ou l'Union Européenne avait fait un don de véhicules à la Gendarmerie Nationale, contribuant ainsi a la sécurisation de Bangui.

Malheureusement très vite accidenté, un des véhicules a été mis en réparation dans un garage, qui sera enlevé à l'insu de l'Union Européenne et du Directeur Général de la Gendarmerie Nationale et s'est retrouvé au domicile du Ministre Chrisostum Sambia sans raison valable.

Sans gène aucune la donation de l'Union Européenne fut cannibalisée ainsi par un ministre de l'État-failli Centrafricain, qui ne pourrait se payer un tel véhicule à prix coûtant.

Pierre Chrysostome Sambia, Officier Gendarme de son état aurait pu se la couler douce n'eût été un contrôle inopiné de l'Union Européenne sur l'utilisation des dotations de l'Administration Centrafricaine en matériels roulants.

Constatant le détournement, l'U.E. haussa le ton et exigea le retour dudit véhicule a l'effectif sur le parc de la Gendarmerie nationale.

Refus éhonté du ministre qui s'insurgea pour rétorquer lamentablement que cela ne saurait être s'il ne lui ait pas remboursé son argent car il a bel et bien acquis ledit véhicule désormais.

Réponse écrite du ministre à la note exigeant la restitution du véhicule:
<< J'ai déjà acheté le véhicule, si vous voulez rendez moi mon argent avant la restitution du véhicule >>. Des propos orduriers qui sonnent comme une mise en garde malgré les menaces de l'U.E visant la suspension de toutes aides en cours concernant le département.

Pour ce ministre, le Directeur général de la Gendarmerie nationale l'aurait trahi.

Hélas, il se dit et se raconte que le ministre Pierre Chrysostome Sambia ne serait pas à son premier forfait. Il est également mis en cause dans les détournements de Primes Globales d'Alimentation (PGA), la somme allouée au fonctionnement de la Police et la Gendarmerie.

De plus, il serait passé maître dans l'art de la roublardise en tous genres. Son dernier forfait remonterait au jour où Catherine SAMBA-PANZA partait pour les États-Unis. Profitant de L'enveloppe donnée par le Gouvernement pour la Consigne du quartier en l'absence du chef de l'Etat. L'argent concernant les dépenses obligatoires de fonctionnement de la Gendarmerie et de la Police a été purement détourné au détriment du maintient de l'ordre et de la sécurité publique.

Comme quoi, la mafia s'est érigée en mode de gestion au Ministère de la Sécurité Publique.

Constatez donc avec nous que ce que l'on raconte ici et là concernant une éventuelle aide accordée à Abdoulaye Hissein, dans son évasion, de la Section de Recherches et d'Investigations (SRI) relèverait d'une pure invention.

Vous avez compris que le véritable problème est le fait que le Directeur Générale de la Gendarmerie ait refusé que son supérieur Hiérarchique, le ministre Pierre Chrysostome Sambia confisque le véhicule appartenant à la Gendarmerie nationale.

Lequel, Pierre Chrysostome Sambia a donc fomenté cette histoire pour le discréditer lui, le Colonel Valentin Kikobet-Pataki.

À propos des instructions contradictoires de sécurisation et renforcement de la SRI, la responsabilité incombe au "Centre Opérationnel", un organe de gestion de coordination des opérations sur le terrain dirigé de façon totalement indépendante par le même ministre en Charge de la Sécurité Publique, Pierre Chrysostome Sambia, qui aurait informé le Directeur général de la Gendarmerie Nationale des difficultés rencontrées par les éléments de la Police sur le terrain pendant l'arrestation d'Abdoulaye Hissene et a sollicité son appui, car les éléments de la Police se seraient butés à une résistance. Immédiatement le DG de la Gendarmerie selon nos sources a actionné toutes les unités d'intervention de la Gendarmerie et a sollicité la Minusca de son appui. Grace au professionnalisme des gendarmes, ce chef rebelle fut neutralisé avant l'arrivée de la Minusca.

Une fois dans les locaux de la SRI, le Centre Opérationnel face à la recrudescence des violences s'est vu attribuer d'autres missions aux éléments chargés de la sécurisation de la SRI. Profitant de ce vide, Abdoulaye Hissene a utilisé la faille pour s'extirper.

La manipulation étant en place, le piège pouvait fonctionner pour la déstabilisation de Bangui par des éléments très remontés d'une Convention de Patriotes pour la Justice et ce que vous pouvez imaginer.

Quel rôle le ministre entendait il faire jouer au "Centre Opérationnel"?

Qui dirige le "Centre Opérationnel"?

Les réponses a ces questions nous mèneront a la foret cachée par le général Pierre Chrysostome Sambia, qui n'a pas trouvé mieux que de disséminer de fausses informations consistant a régler les comptes du DG de la Gendarmerie, alors que "la véritable opération de déstabilisation de l'investiture a capoté, car les rebelles de la CPJP s'étant contenté de libérer leur chef, sans pousser loin", souligne un officier des Renseignements de la Police nationale.

NDLR: Joint par téléphone, le Directeur Générale de la Gendarmerie Nationale qui se trouve en France pour des raisons de santé, a jugé de ne pas réEpondre à ces allégations mensongères Il félicite par ailleurs les éléments de la Gendarmerie qui n'ont ménagé aucun effort pour que le processus électoral puisse aboutir. Il déplore cependant les éléments tombés sur le terrain dans l'accomplissement de leurs devoirs. Il félicite au passage la Communauté Internationale, le Premier Ministre Mahamat Kamoun, ainsi que la Présidente de Transition Madame Catherine Samba-Panza pour les efforts consentis pour une sortie de crise honorable. Il exhorte ces hommes à ne pas se laisser distraire par les apprentis-sorciers et de tout faire pour que l'investiture se passe dans les meilleures de conditions. Il compte sur leurs professionnalismes habituels.

REVELATIONS A VOUS DE JUGE

Publié dans SECURITE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

GALA GALAS 22/03/2016 12:38

Ces Messieurs, au lieu de s'occuper de la morale de leur troupe vont chercher à s'accuser mutuellement pour noyer le poisson à la centrafricaine. Ils doivent s'interroger de comment des groupes armés ont ils fait pour traverser toute la ville de l'Ouest à l'Est pour aller libérer leur chef sans être inquiété. Ils doivent s'inquiéter de comment au premier coup de feu des hommes de la CPJP, leurs hommes en fraction ont escaladés par dessus le mur pour se retrouver à la morgue de l'hôpital Général entrain de faire la mort et d'autres se sont retrouver dans la colline derrière le SRI ? Voilà les bonnes questions au lieu de nous gaver avec des histoires sordides à la centrafricaine pour diluer les responsabilités.

SEREFIO Édouard 21/03/2016 09:40

"QUI VIVRA, VERRA" !