FELICITATIONS A LA CPI POUR BEMBA MAIS A QUAND LE TOUR DE NOS DIRIGEANTS CENTRAFRICAINS QUI ONT COMMIS DES CRIMES CONTRE LE PEUPLE CENTRAFRICAIN ?

Publié le par TAKA PARLER

PAUL CYRIAQUE SEMAPORO
PAUL CYRIAQUE SEMAPORO

Le Collectif des Voix des Sans Voix de Centrafrique par la voix de son Président au nom de toutes les victimes des atrocités commises par les forces non conventionnelles de Jean Pierre Gombo Bemba adresse ses vives félicitations à la Cour Pénale

Internationale pour la reconnaissance des crimes graves commises par ses troupes sur la paisible population centrafricaine avec la complicité des certaines autorités de l’époque dont certaines se trouvent être encore aux affaires et ont été complices de ce grand malheur qu’à connu le peuple Centrafricain.

C’est ainsi que nous souhaitons avoir une réponse à une préoccupation majeure de la population Centrafricaine : A quand le jugement des co-auteurs et complices des crimes contre le peuple centrafricain ?

Nous souhaitons que la CPI nous situe sur l’évolution de la procédure judiciaire contre les auteurs et complices et prenne des mesures exceptionnelles afin de les traduire en justice pour qu’enfin la mémoire de nos êtres chers qui ont assassinés dans des conditions ignobles puissent retrouver honneur et dignité.

La descente aux enfers de ce peuple semble se poursuivre et ces forces non conventionnelles (Seleka) sur notre territoire, organisées depuis le 1er maillon au dernier maillon par des chefs rebelles connus de tous, entretenus par des « sponsors » financiers privés et institutionnels et ce en dépit des sanctions de l’ONU.

Le peuple Centrafricain à trop souffert depuis des décennies de la trahison dont ont fait preuve les personnalités publiques qui ont eu la charge de diriger sa destinée. Elles ont contribué efficacement à l’asservissement du peuple de Centrafrique et continuent encore de poursuivre leur arrogance et leurs intérêts particulier en bradant l’intérêt général suivant les règles imposées par les pays occidentaux.

Toutefois, cette absence de leadership politique nous mène au chaos, privilégiant le meilleur pour eux, leurs familles, leur partis politiques, leur proches aux dépends du peuple, au dépends des Sans Voix qui doivent par contre se convaincre qu’ils sont nés pour souffrir et seuls eux et leurs descendants sont venus au monde pour nous diriger.

Les crimes économiques dans lesquelles nous ont plongé les dirigeants de la transition ne doivent rester impunies, que les nouveaux dirigeants prennent des dispositions pratiques pour que Justice nous soit rendue. A force de ne pas rendre justice, un jour le peuple se fera justice !

Que les nominations par complaisance au sein de nos ambassades et représentations diplomatiques puissent être inscrites dans les actions de premières heures du nouveau Chef de l’Etat et soient sévèrement sanctionnées pour donner une valeur symbolique d’exemplarité, nécessaire au rétablissement de la bonne gouvernance.

Il est de même pour la gestion chaotique des ministères et sociétés d’Etat. L’heure est venue pour nous Centrafricains, nous les Sans Voix de revendiquer la justice pour tous et réparation pour tous, que les auteurs de nos souffrances paient, plus rien ne sera comme avant….

Paul Cyriaque SEMAPORO
Le Collectif des Voix des Sans Voix de Centrafrique

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sandrine YANGALA 23/03/2016 09:11

Si les Seleka sont cités dans votre article, pourquoi les Balaka qui ont également commis des crimes monstrueux (démembrement, rôti et autre anthropophagie) ne sont pas cités parmi ceux qu'on doit conduire à la CPI ?

Paul Cyriaque Semaporo 28/03/2016 17:34

Relisé moi bien cher Sandrine Yangakala,j'ai cité tous les entités concerné !

Mborikiam Paul 22/03/2016 22:18

Si Mbémba est condamné, pourquoi, Ban Ki Moon n'est pas inquité quand on sait qu'en Centrafrique, les troupes de l'ONU se livrent aux viols pédophiles et autres crimes sexuels?