FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA: HOMME D’ÉTAT SIMPLISTE OU PRÉSIDENT SIMPLE ?

Publié le par TAKA PARLER

FAT
FAT

S'il est devenu triste commodité que l'on évoque à tour de bras la posture du futur Chef d'Etat
Faustin-Archange Touadéra, c'est juste parce qu'il doit indéniablement incarner la noble Institution
qu'il dirigera dans les jours à venir. En vérité, la fonction présidentielle est tellement noble qu'elle
requiert plusieurs exigences. L'irrespect des exigences protocolaires de la République par un Chef
d'Etat, fut-il simpliste, pourrait engendrer un couac institutionnel. Aussi, il faut admettre que la
désacralisation de la fonction présidentielle peut également galvauder la notoriété des différentes
Institutions de la République, surtout lorsque l'on sait que le mal a souvent pris le visage institutionnel
en Centrafrique. A bien des égards, la positive attitude aurait souhaité que le président soit simple et
non simpliste. Le fait que le président FAT soit constamment à l'écoute du peuple ne doit, en aucun
cas, faire de lui un Homme simpliste. Encore faut-il que son équipe communicationnelle travaille son
image, de peur que FAT soit perçu un peu par bon nombre comme un Chef d'Etat simpliste. Qu'on ne
fasse pas d'amalgame entre simpliste et simple ! Etre proche du peuple fait plutôt du président FAT
un homme simple. S'il respecte les exigences protocolaires tout en étant très humain, il est à
l'évidence un président simple. En revanche, s'il enfreint sans vergogne les dispositifs protocolaires
quoiqu'il soit proche du peuple, il est par conséquent un président simpliste. Et une telle posture
pourrait dresser plus tard le lit d'une désacralisation balourde de la fonction présidentielle. Il serait
souhaitable que l'équipe communicationnelle de FAT cesse également de le présenter fréquemment
comme un homme simpliste. Il est temps que le président FAT fasse un holà sur la vulgarisation de
son image. Parfois, la tentation de penser que le président contribue lui-même à la vulgarisation de
son image est grande. Sinon comment admettre que le président fasse un déplacement en France pour
un problème strictement familial alors qu’il pouvait le confier à l’un de ses proches collaborateurs?
Durant la campagne électorale, l'on peut le présenter comme un homme simpliste dans l'unique but de
séduire le grand nombre d'électeurs. Mais à partir du moment où il est élu président de la République,
les miasmes de la fonction présidentielle lui impose une certaine prestance. Dès lors, son image ne
doit guère être galvaudée comme c'en est souvent le cas mais travaillées substantiellement pour qu'il
incarne au maximum la République. Qu'on le veuille ou pas, le président de la République n'est rien
autre que la vitrine du pays. De surcroît, il est le garant de toutes les Institutions. A cet effet,
vulgariser son image, c'est également contribuer à la dégradation des Institutions de la République.
On se souviendra que le président avait publié ces derniers temps un communiqué interdisant la
confection des tee-shirts et des pagnes portant son nom et son effigie. Ce communiqué laconique lui a
visiblement permis de couper l'herbe sous les pieds de tous ceux et toutes celles qui voulaient utiliser
son nom comme un fond de commerce. Si les intéressés ont, semblent t-ils, critiqué la décision de
FAT, force est de constater que bon nombre de Centrafricains l'ont pourtant apprécié. Avouons que
cette décision conforte à un certain niveau la stature d'homme d'état simple du président FAT. Au
delà de ces débats d'ordre protocolaire, le peuple attend plutôt FAT sur le terrain du réalisme
politique. S'il parvient à poser des actes concrets durant son mandat, il pourra convaincre le peuple à
petit coup de rabot qu'il est celui qui accomplira la métamorphose du pays. En voila des mots contre
les maux de notre société.



Rodrigue Joseph Prudence MAYTE

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article