CENTRAFRIQUE: LE FMI EN DISCUSSION AVEC LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION

Publié le par TAKA PARLER

CENTRAFRIQUE: LE FMI EN DISCUSSION AVEC LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION

de cette mission du FMI est de faire le point avec les autorités de la transition sur la situation économique pour la mise en œuvre des reformes durant la fin de transition, discuter le plan de la trésorerie, s’assurer que les ressources soient disponible pour payer les dépenses primaires urgentes et apporter des recommandations au niveau technique.

Samir Jahjah, chef de division adjoint du département Afrique en tête de cette mission explique : « Nous avons été accompagnés par deux missions d’assistance technique du Fonds monétaire international pour le département des finances publiques ainsi que du centre AFRIDAC qui est un centre qui offre de l’assistance technique basé à Libreville dans un des pays de la sous région Afrique centrale. Donc nous étions venus en force pour faire le point sur la situation économique, voir un peu les enjeux pour les mois à venir et également pour apporter une assistance technique au [nouveau] gouvernement. Nous avons appuyé ce gouvernement pendant toute la transition et bien évidemment une fois qu’un nouveau gouvernement sera mis en place, nous reviendrons pour appuyer son programme économique et financier si celui-ci le souhaite ».

Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun qui a décidé de venir rencontrer cette délégation du FMI à l’hôtel Ledger plutôt que dans son bureau à la primature entend échanger sur les résultats de leur mission, de voir qu’est-ce qui a marché et qu’est-ce qui n’a pas marché et surtout qu’est-ce qu’ils attendent des autorités centrafricaines.

« L’impression générale qui se dégage c’est que le FMI a félicité le gouvernement. Les discussions se sont bien passées et les résultats sont positifs. Donc il semblerait que ces acquis puissent être transférés aux nouvelles autorités mais surtout la mission a insisté sur le maintien de l’équipe qui a fait beaucoup d’efforts pour pouvoir porter la situation à un niveau satisfaisant. Ensuite nous avons vu quelques difficultés qui se pointent à l’horizon notamment en ce qui concerne la période de soudure », a tenu préciser le chef du gouvernement centrafricain.

Pour comprendre les propos du premier ministre Mahamat Kamoun il faut retenir que les différents instruments que le fonds a mis à la disposition de la République centrafricaine sont totalement épuisés et aujourd’hui il faut penser à un programme à moyen terme, c'est-à-dire un programme élargi de crédit mais qui demande un peu de temps pour pouvoir le mettre en place. Selon lui, il y a une possibilité pour mobiliser les ressources auprès partenaires bilatéraux et multilatéraux. Donc le gouvernement doit voir comment il faut le faire compte tenu du gap qui se dégage déjà sur le premier semestre de l’année 2016.

«…Je crois que cette mission de FMI repart sur une note de satisfaction et va continuer de mobiliser les partenaires de la RCA pour pouvoir soutenir le pays dans cette période en attendant qu’un programme en moyen terme se mette en place », a conclu le premier ministre.

Herve Serefio

DIASPORA MAGAZINE

Publié dans ECONOMIE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article