RCA: LE PRESIDENT ELU TOUADERA SE REND AUJOURD’HUI AU CONGO BRAZZAVILLE

Publié le par TAKA PARLER

FAT
FAT

Bangui le 29 mars 2015_ Alors que la Cour constitutionnelle de la Transition n’a pas encore validé sa brillante élection, le nouveau président centrafricain, le Pr Faustin Archange Touadera continue d’être très sollicité par ses homologues de l’Afrique centrale. Après Malabo en Guinée équatoriale, N’Djamena au Tchad, le futur président de la Républicaine centrafricaine se rend aujourd’hui à Brazzaville, capitale du Congo. Le médiateur de la crise centrafricaine, le président Dénis Sassou N’Guesso très discret pendant la période de la campagne présidentielle va enfin se revêtir de son costume de pacificateur.

Le président Touadera profitera de cette visite pour remercier le président congolais Dénis Sassou Nguesso pour son dévouement pour la cause centrafricaine et pour l’implication de son pays dans la recherche des solutions de sortie de crise en RCA a t-on appris des sources proches de ce dernier. Il a accompli le même exercice chez Obiang N’Guema et chez Idriss Déby Itno la semaine dernière.

Notons que le Congo Brazzaville fait parti des grands pays contributeurs financiers qui continuent d’aider la RCA à faire face à ses dépenses de souveraineté.

Le Congo B. a accordé un prêt de 25 milliards de FCFA à la RCA en 2014.(Affaire à suivre)

MWS

CENTRAFRIQUE LIBRE

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

likoundou 01/03/2016 09:59

Cette initiative n'est pas louable, car la CCT na pas encore validé les résultats provisoire proclamé par l'ANE et que le président n'est pas encore investi, respectons nos institutions si nous voulons que les autres nous respectent commençons déjà à nous respectés, c'est pourquoi un homme fort d'un autre pays disait>. Il y aura aucun changement de la formation du gouvernement les mêmes causes reproduisent les mêmes effets, se sont les mêmes qui ont causé le tort, qui ont échoués hier avec PATASSE, BOZIZE et enfin DOTODJA qui vont revenir au gouvernement pour partager le gâteau, les messiers et madames 0% qui ne sont pas représentatifs. Je suis convaincu qu'il n y aura pas la rupture, c'est le paradoxe centrafricain après nous allons accusé les autres pour rien, car le malheur centrafricain est centrafricain lui même. Proposition j'aurai souhaité que le nouveau élu nomme un PM issu du quand adverse au nom de la paix, un gouvernement composé majoritairement des jeunes ministres aucun anciens ministre, des DG et charge de mission que des jeunes au lieu de prendre des briscards qui ont échoué a tout point de vue. Trop c'est trop ça suffi, le monde nous regarde,j'espère que le mathématicien s'aura calculé la dérivée d'une fonction constante? Le premier indicateur sera la composition de son gouvernement, car je ne veut pas utilisé le mot nouveau parce que j'ai sait impertinemment que son les mêmes Noms qui vont revenir? C'est vraiment VOUNDOUTEUX ET MAWATEUX pour nous? Où est le changement?

GBELEWELE 01/03/2016 23:02

LIKOUNDOU, pas content, pas content du tout des résultats. Et il le fait savoir. Vous voulez quoi exactement? Le peuple a décidé, la CCT a tranché, FAT va faire son choix et vous allez toujours faire ce que vous savez faire, ainsi va la vie. Sérieux une seconde, pensez AU PEUPLE CENTRAFRICAIN qui souffre!SVP

COSINUS 29/02/2016 16:50

Le PELERIN avec son bâton pour le renouveau de la CENTRAFRIQUE UNIE! Et pendant ce temps là, les autres sous les manguiers font des pronostics sur les futurs Ministres!

Landry-Sosthène BENI 29/02/2016 14:33

Bonne initiative, mais il lui faut aussi rendre visite à nos compatriotes qui continuent de vivre comme de réfugiés dans leur propre pays, cela pourra remonter le moral de ces derniers et leur donner un réel espoir que le nouveau régime va prendre à bras le corps la question de leur retour dans leur quartier. Autres choses, je souhaite que le président élu profite de ce temps qu'il dispose en ce moment pour mener intensément les condultations afin de constituer son équipe qu'il pourra rendre public le jour même de son investiture, car âpre trois ans de désordre, il n'y aura plus de temps à perdre, le Pays doit se mettre au travail immédiatement le lendemain de son investiture. L'exemple de nos frères Bourkinabe est idifiant, malgré qu'ils ont perdu moins de temps que nous dans la transition. Avoir gagné les élections à plus de soixante pourcent n'est pas un chèque à blanc que le peuple centrafricain a donné au nouveau predident, c'est maintenant qu'il doit nous prouver qu'il va transformer son projet de société en réalité pour le bien être du peuple centrafricain.