LES AVENTURES D'AREVA EN CENTRAFRIQUE: UN SCANDALE FINANCIER ET SANITAIRE

Publié le par TAKA PARLER

LES AVENTURES D'AREVA EN CENTRAFRIQUE: UN SCANDALE FINANCIER ET SANITAIRE

Dans une série de documents publiés ce vendredi 5 février, WikiLeaks révèle comment des entreprises occidentales et chinoises se sont emparées des droits d’exploitation minière en République centrafricaine, profitant de la corruption endémique jusqu’au sommet de l’Etat et sans vraiment considérer le personnel local et les normes environnementales dans l’un des pays les plus pauvres du monde.

Est notamment épinglée par l’ONG britannique, qui s’est donnée pour objectif de lutter contre le secret : l’entreprise Areva, mise en cause pour avoir renié « ses engagements juridiques, sociaux et environnementaux, sans le paiement de la moindre compensation » et pour « les conditions d’exploitation néocoloniales de ses mines ».

Déjà sous le coup d’une enquête judiciaire pour escroquerie suite au sulfureux rachat en 2007 de la société canadienne UraMin, qui détenait notamment le gisement centrafricain de Bakouma, le géant du nucléaire français est cette fois-ci accusé de n’avoir pas respecté ses obligations en matière de santé et de sécurité.

Mis en ligne par WikiLeaks, le rapport d’un comité composé de représentants de l’administration centrafricaine, de délégués du personnel d’Areva et d’un médecin radiologue, chargé entre autres d’évaluer les mesures de protection des travailleurs à Bakouma, détaille que « les foreurs, aides foreurs et agents de laboratoire censés être en contact avec les roches minéralisées en uranium ne disposaient d’aucun moyen de protection et n’étaient pas sensibilisés sur les mesures de radioprotection ».

Pour appuyer ses propos, le comité précise que « les activités du laboratoire, axées sur le traitement des carottes à travers des séries de manipulation, se faisaient à mains nues et sans aucune protection » et que les employés locaux « ne disposaient pas tous de dosimètre individuel alors qu’ils étaient exposés [aux radiations] pendant toute la durée de leurs activités ».

Surtout, le comité centrafricain reproche à la société française de lui mettre des bâtons dans les roues, en dissimulant « des données indispensables » à son enquête : « Areva a procédé volontairement au formatage des disques durs de tous les ordinateurs sur le site, au verrouillage du serveur et a emporté toute la documentation existante avant l’arrivée du comité sur le site », soulignant aussi que « les demandes des dossiers de suivi médical et dosimétrique du personnel sont demeurées sans réponses ».

En 2014, dans le cadre du webdocumentaire d’ARTE Info « Areva & UraMin : la bombe à retardement du nucléaire français », une équipe de télévision s’est rendue pour la première fois à Bakouma. Ce site minier est aujourd’hui totalement abandonné et Areva n’en a jamais extrait un gramme d’uranium.

Trahissant ses engagements, la société française a déserté l’endroit en 2012, invoquant la morosité du secteur de l’uranium suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima et le climat d’insécurité lié à la guerre civile centrafricaine.

A Bakouma, les habitants ont vu, après le départ d’Areva, leur rêve de développement économique anéanti et un cauchemar se profiler, car la population locale est exposée à une possible contamination radioactive.

LIEN VIDEO :http://tinyurl.com/gu4ugba

A LIRE AUSSI: Areva & UraMin : la bombe à retardement du nucléaire français. L’enquête d’ARTE Info, diffusée en mai 2015.

http://www.arte.tv/sites/story/reportage/areva-uramin-bombe-a-retardement-du-nucleaire-francais/

ARTE

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article