FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA DESORMAIS N'APPARTIENT PLUS AUX INDEPENDANTS NI A UN PARTI NI A UNE OPINION MAIS AU PEUPLE CENTRAFRICAIN

Publié le par TAKA PARLER

FAT
FAT

Un adage dit que la voix de Dieu, c’est la voix du peuple et cela s’est traduit avec l’élection sans bavure du candidat indépendant Faustin archange Touadéra à l’élection présidentielle. Victoire acquise à l’issue d’une rude opposée avec son principal challenger Anicet Georges Dologuélé au second tour de la présidentielle du quatorze février dernier. L’heureux élu qui occupait la seconde position derrière Dologuélé qui le dépassait de quatre points de différence. Pour départager les deux finalistes, le verdict de la cour constitutionnelle de transition les a avait renvoyés à leurs électeurs respectifs et chacun faisait usage de sa stratégie pour convaincre l’ électorat avide d’en finir avec une si longue transition qui a prouvé les limites de ses acteurs notamment la présidence de l’exécutif, le gouvernement et le conseil national de transition incapables de régler au plus vite les questions d’ordre vital de la population sinistrée.

Entretemps, les deux candidats pouvaient s’appuyer solidement les ralliements des personnalités indépendantes, des associations émanant de la société civile et des partis politiques. Il convient de souligner les accords politiques passés entre les candidats malheureux à la présidentielle et de ceux en pole position aux législatives tout ce beau monde s’est lancé dans la bataille pour faire triompher leur candidat favori.

Les dés étaient jetés et à qui de prouver sa force de mobilisation sur le terrain pour attirer davantage de partisans en parcourant les villes et villages de province. Le décor ainsi planté, il leur fallait deux semaines sans interruption de campagne électorale. Au finish, il est revenu à l’autorité nationale des élections (ANE) de procéder à la proclamation des résultats partiels et provisoires du scrutin bureau de vote par bureau de vote. Cet exaltant exercice a connu son épilogue le vendredi dernier.

En attendant le verdict de la cour constitutionnelle de transition, l’ANE a mis le point d’orgue en donnant les résultats définitifs à son niveau. Ce qui donne les résultats suivants : le candidat indépendant Faustin archange Touadéra remporte la présidentielle avec un score écrasant de, 62,71% devant Anicet Georges Dologuélé qui arrive loin derrière lui avec un score tout aussi honorable de 37.29%.

Après les réjouissances populaires qui ont suivi l’annonce des résultats, il est temps de retenir le souffle pour être fixé par la décision finale de la cour constitutionnelle d’ici quelques jours.

Président de tout le monde

Après tant de souffrances endurées, le peuple centrafricain s’est enfin librement offert un président de la république en toute responsabilité. Cet engagement citoyen est arrivé deux fois dans l’histoire de la Centrafrique. Pour la petite histoire, à l’issue des élections justes, apaisées, transparentes et équitables, le général André Kolingba avait cédé le pouvoir au trublion ange Félix Patassé et cette fois-ci les élections de sortie de crise consacrent la souveraineté et la détermination des compatriotes de rompre avec les interminables conflits fratricides qui ont plongé le pays dans le chaos.

Au lendemain de la proclamation des résultats par l’ANE, Anicet Georges Dologuélé a immédiatement appelé Faustin archange Touadéra pour le féliciter de sa victoire et souhaiter bonne chance dans sa future et lourde mission de gérer la Centrafrique pendant les prochaines cinq années. Un discours de fair-play qui tranche net avec les intentions velléitaires de quelques militants de son parti, l’URCA qui s’organisaient pour descendre dans la rue pour protester contre les « résultats » pour dénoncer des « fraudes ».

Comme disait l’autre, le vin est versé, il faut le boire en d’autres termes chaque centrafricain doit s’approprier. Faustin archange Touadéra qui est largement élu ^président de la république, chef de l’état. Etant candidat indépendant, il n’est plus président d’un clivage ni des indépendants qui ont porté leur choix sur lui ni d’une quelconque opinion mais, il est le président de tous les centrafricains pendant sa campagne électorale, il n’a de cesse répéter qu’il est le président de la paix, de l’unité et de tous les centrafricains.

Ghislain Focky

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jose 25/02/2016 02:24

l’élection sans bavure du candidat indépendant Faustin archange jajajajajajaja set une blague jajajajajajajaja pauvre centrafrique