ENIEME GREVE DES ETUDIANTS POUR RECLAMER LE PAIEMENT DES ARRIERES DE BOURSES, MAIS JAMAIS DEMANDER L'AMELIORATION DE LA CONDITION D'ETUDE.

Publié le par TAKA PARLER


Depuis Le mercredi dernier, les étudiants centrafricains ont entamé un mouvement de grève pour réclamer le payement des arriérés de bourses et la validation de la liste additive pour les boursiers omis. Notons que la grève a été décidée à l’issue d’une Assemblée Générale qui était organisée par l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA) et qui avait pour ordre du jour la procédure des inscriptions, la liste additive pour la Bourse Nationale et le paiement de cette Bourse. Force est de constater que de tout ce qui précède, la question primordiale de l’inscription qui concerne la totalité des étudiants a été prise à la légère par les étudiants qui ont préféré mettre toute leur énergie sur les questions du payement et de la liste additive pour la bourse nationale qui ne concerne que les boursiers . Il est vrai que ces revendications s’avèrent justifiées mais celles-ci ne constituent pas forcement une priorité pour le présent gouvernement de transition qui a d’ores et déjà plusieurs défis à relever. Il est vrai que payer les bourses est un devoir du gouvernement mais améliorer la condition des études est de lion une obligation. Malheureusement, les grèves des étudiants ne vont jamais dans ce sens bien que cela constitue une revendication qui impliquerait la totalité des étudiants contrairement aux revendications concernant la bourse. Les salles de cours ne sont plus appropriées et sont insuffisantes, les chambres de campus délabrées et à l’état de ruine, la bibliothèque complètement ruinée et quasiment inexistante, mais tout cela n’a jamais interpellé les étudiants et plus encore leur association (ANECA) qui ne se focalise que sur des questions liées soit au restaurant soit au payement de bourse et autres liens financiers. Fort heureusement une information nous parvenant véhicule que la MINUSCA projette de réhabiliter la bibliothèque de l’unique université du pays, alors cette fois les grévistes ont eu la retenue et la gratitude de ne pas toucher aux véhicules de cette institution qui étaient leur principale cible. Ainsi il serait judicieux que les étudiants puissent se ressaisir et agir dans le sens qui pourrait leur permettre de s’approprier l’intégrité, car doit-on leur rappeler que si un margouillat de champs oublie de faire ce qui fait la renommée de son espèce, il serait pris pour un simple lézard.

GEOSTANIS OUAPURU ZEZE

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article