DECLARATION RELATIVE AUX ACCUSATIONS DE VIOLS PORTEES CONTRE LES CASQUES BLEUS

Publié le par TAKA PARLER

GEORGES ADRIEN POUSSOU
GEORGES ADRIEN POUSSOU

Ces derniers temps, la presse locale et internationale ainsi que certaines organisations non gouvernementales telle que Human Rights Watch, évoquent les viols commis par les casques bleus déployés en République centrafricaine.

Ces révélations viennent malheureusement s’ajouter aux nombreuses autres accusations portées contres les troupes internationales, comme par exemple, celles des enfants du camp de déplacés Mpoko à l’encontre des soldats français de l’opération Sangaris.

Faut-il rappeler qu’au lendemain des premières révélations, en mai 2015, devant le peu d’empressement des membres de son équipe à se saisir de ce dossier qui normalement interpelle la conscience des humanistes accomplis, le Premier ministre Mahamat Kamoun m’avait commandé d’exprimer, au nom du gouvernement de transition, un point de vue officiel s’inscrivant dans le droit-il des concerts unanimes d’indignation.

Le Conseil des ministres ayant annoncé l’ouverture d’une enquête par le parquet de Bangui, j’avais déclaré au micro de Radio France Internationale (RFI) le 04 mai 2015 que le gouvernement de transition suivait l’évolution dudit dossier avec une attention toute particulière.

Mieux, j’avais entrepris d’identifier les enfants, contre les pesanteurs de l’administration centrafricaine et la couardise de certains ministres craignant de frustrer le pays de François Hollande dont les soldats étaient mis en cause, et ai adressé une note confidentielle au Premier ministre pour suggérer la mise en place d’un comité exclusivement destiné à suivre ce dossier et conseiller par la même occasion une prise en charge médicale et sociale des victimes de ces abus sexuels.

Aujourd’hui, même si la décence et ma conception de la vie publique m’interdisent d’émettre une quelconque critique publique contre le gouvernement de transition auquel j’ai appartenu, ma conscience de citoyen me rappel à l’ordre et m’indique, à juste raison, que j’aurais tort de ne pas m’inquiéter de l’absence de réaction de la part des autorités centrafricaines au sujet de ces viols ainsi que des exploitations sexuelles dont ont été victimes nos compatriotes.

Qu’en est-il de l’enquête qui avait été annoncée ? Que fait le gouvernement, en rapport avec les responsables onusiens de la MINUSCA, pour réprimer ces crimes odieux qui n’honorent nullement les auteurs et discréditent davantage la noble mission qu’ils sont censés remplir avec conscience dans notre pays.

Les auteurs de ces actes abominables doivent absolument répondre devant les juridictions compétentes. Il s’agit d’un impératif de justice, d’une exigence morale et sociétale ainsi que d’un devoir humaniste et républicain.

Tout doit être mis en œuvre pour rendre justice aux victimes.

Fait le 05 février 2016

Georges Adrien Poussou

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Kim 05/02/2016 19:59

Pardon monsieur Poussou, arrête . Si c'est de l'ennui , appel tes copains KODÉGUÉ ou djotodia

Koyt 05/02/2016 18:00

Voila des gens qui ne savent pas ceux qu'ils veulent. Que des responsables politiques ne disent rien contre l'effroyable viol des enfants centrafricains vous criez! Lorsqu'il s'en trouve un pour prendre position contre ces agissements et vous informez de ce qu'il a pu faire en faveur des victimes de ces crimes vous l'insultez! La jalousie ne provient pas que de l'incapacité mais c'est aussi une grave maladie mentale. Au lieu de vous cacher derrière vos petits doigts ayez le courage de vos propos en vous exprimant à découvert. Au lieu d'insulter, trouver des arguments valables. Sinon vous êtes pathétiques et je comprends pourquoi ce pays est à terre.

En plus, la critique est aisée et l’art difficile. À propos du supposé plagiat de sieur Poussou dont vous nous bassiner avec à longueur de journée, sachez qu’il n’est nullement interdit de s’inspirer ou d’adapter des textes d’autres auteurs. Pour ne citer que deux exemples :
1 - Patrick Poivre dArvor a été accusé de plagiat pour sa biographie d’Hemingway et a reconnu avoir fait copier un texte du web par son assistant. Est-ce pour autant que ce n’est pas un grand journaliste qui a présenté le journal télévisée sur la première chaine française pendant plus de 20 ans ?
2 - La romancière franco-camerounaise Calixte Beyala a été reconnu de plagiat pour au moins trois de ses romans. Est-ce pourtant autant qu’elle manque de talon ?
J’ajoute quand même un troisième exemple, Un ministre allemand a copié une thèse de doctorat qui n’était pas à lui et a mis son nom dessus avant de la soutenir devant un jury et se voir attribuer le titre de docteur.
Je comprends que l’ennui d’une vie malheureuse en France peut pousser certaines personnes à être aigris mais il faut avoir l’honnêteté de reconnaitre que Poussou figure parmi les rares centrafricains à savoir écrire en français et cela ni les critiques encore moins votre jalousie ne va lui enlever. Moi, personnellement, je prends du plaisir à lire ses analyses. Si quelqu’un pense le contraire, il n’a qu’à prendre la plume pour dire le contraire sans injures mais avec la courtoisie que le savoir-vivre exige.

ZAWA 05/02/2016 14:35

Au moins un qui aune pensée pour les enfants violés par les casques bleus pendant que les ZIGUELE envoient leurs enfants manifester pour avoir perdu les élections. Est-ce à dire que ces enfants violés n'intéressent pas les ZIGUELE???????? Que l'ONU fasse son travail!