CENTRAFRIQUE: MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET: UN HOMME DE PRINCIPE QUI A RELEVE LE DEFI DES REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES EN RCA

Publié le par TAKA PARLER

ABDALLAH KADRE
ABDALLAH KADRE

Le ministre des finances et du budget, Abdalla -kadre Assane est un bourreau de travail qui sait donner de la priorité à sa politique de l’assainissement des finances publiques.

Depuis qu’il est nommé à ce poste de toutes les manières, le public voire ses plus proches collaborateurs affirment qu’il n’est pas un homme à mettre dans n’importe quel panier. Sa rigueur finit par payer partout où il passe.

Ayant servi dans plusieurs départements ministériels, cet homme au franc parler a laissé des souvenirs inoubliables pour avoir servi avec loyauté la nation centrafricaine. Au vu des recettes publiques générées, il dit qu’il est possible de payer au moins trois mois de salaire aux fonctionnaires.

Au travail, il oublie parfois qu’il fallait manger pour se faire de l’énergie avant de se concentrer à l’essentiel qui est celui de concevoir les stratégies visant les reformes de finances contenues dans le bilan exhaustif établi par le chef du département des finances, abdalla kadre Assane. En ce qui concerne plus précisément la gestion des finances publiques pendant cette période de la transition allant de la période 2014 à 2015.

Donc, le sommeil ne fait pas partie des soucis du ministre qui, même, à la maison ne dort que tard.

C’est la résultante d’une politique volontariste qui s’est soldée par la mise en œuvre effective du programme d’urgence et de relèvement durable (PURD) les actions à la tête du département des finances dont certaines méritent d’être relevées pour fixer l’opinion publique.

D’abord, les principales reformes des finances publiques répondent aux axes stratégiques définis par le ministère avec des effets induits positifs. Ces profondes réformes sont à la base des efforts consentis par le ministre Abdalla-kadre Assane pour donner une visibilité claire surtout en période de crise où tout est au ralenti et l’économie chancelante.

Inlassables efforts

Pour corriger cela, il fallait nécessairement consentir d’énormes sacrifices au service de la nation. C’est ainsi que ces reformes concernent plus particulièrement le renforcement de la mobilisation des ressources tant sur le plan intérieur et extérieur ; de la maitrise des dépenses publiques ainsi de l’amélioration de la gouvernance en matière de gestion de finances publiques.

Cette politique a permis de minimiser certaines difficultés qu’éprouvent les finances publiques à savoir les tensions sociales. Mais le ministre les règle au cas par cas avec sérénité et lucidité en faisant appel à sa technicité. Il est vrai qu’il ne pourra le faire à coup de bâton magique raison pour laquelle il s’est entouré de techniciens et hauts cadres de l’administration financière.

Il est à noter une nette amélioration de la maitrise des dépenses de l’état grâce au rétablissement d’une chaine informatisée de la dépense ; du respect scrupuleux de la production normale ; la compression des dépenses de fonctionnement ; réduction raisonnable des dépense des manifestations officielles ; maitrise de la masse salariale ; nettoyage du fichier de la solde. Enfin, en dépit de tous ces efforts louables, le ministère est en train de mener des démarches logiques pour la recherche dans un premier temps, obtenir un financement en vue de la mise à la retraite de huit cents militaires. Ces fonds serviront au rapatriement des fonctionnaires et agents de l’état relevés dans les ambassades.

Plus intéressant, les recettes publiques ont permis de résoudre les problèmes que rencontrent les autorités de la transition.

Sur le plan social, il s’agit du versement de deux trimestres de pension aux retraités à savoir deuxième et troisième trimestre de deux mille quatorze au terme du mois de juin de l’année dernière et règlement de la dette pour un montant de treize milliards de FCFA(13 milliard de FCFA) pour une différence de dix milliards CFA(10 milliard de FCFA) au premier trimestre.

Enfin, il convient de jeter un coup d’œil sur les chiffres des recettes intérieures sous l’administration Abdallah kadre Assane pour justifier ses inlassables efforts au quotidien:

Les recettes intérieures propres mobilisées sur le CUT à la BEAC:30 346 Millions de FCFA pour une prévision semestrielle de 30 484 Millions de FCFA, soit une réalisation de 99,5%.

Evolution des recettes intérieures propres

· Douane : 15,2 milliards de FCFA

· Impôts : 14 Milliards de FCFA

Trésor : 1,1 Milliard de FCFA

Qui, comme Abdallah kadre Assane le fera ainsi pour ne pas négliger la capacité de ses collègues !

Ghislain Focky

L'EPERVIER

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ZAWA 03/02/2016 09:18

Un limogeage expéditif! Que se passe-t-il au niveau des Autorités de la Transition? Il y a comme aiguille sous roche. Qui a travaillé au Ministère des Finances au temps de M. K ASSANE, sait que ce Monsieur est rigoureux. S'il est limogé par son propre parent, M. KAMOUM et M. KADRE des cousins directes en sango des frères. Connaissant la Dame SAMBA SAPPOT PANZA et M. KAMOUN dans les pratiques de détournements, rappelez vos du Don angolais ( 5milliards dans n sac banco), on peut comprendre aisément ce que s'est passé. On est fin de Transition, il faut mettre le maximum de côté. Certainement que le partage du gombo s'est mal passé. Avis aux nouvelles autorités issues des élections: UN AUDIT total et complet de la Transition. Il y a des choses à découvrir. Que SAPPOT SAMBA PANZA et KAMOUN justifient l'utilisation du PRET de 20 000 000 de dollars accordé par l'Angola en dehors de 10 000 000 de dollars de don angolais détourné par KAMOUM, et SAPPOT SAMBA PANZA et compagnie. On a sacrifié KADDRE pour rien;

sbsnico 02/02/2016 21:11

Plutôt un voleur.
Pourquoi ce limogeage à deux de la fin et ce supposé feu au ministère de finance et du budget. La raison sortira un jour. Après les élections il faut interdire la sortir du territoire à tous les membres de cette transition. Vraiment une transition des voleurs en tête la présidente, le premier ministre et le ministre des finances . Le gâteau est mal partagé entre ces trois.