CENTRAFRIQUE : LE MYTHE DE L'HOMME PROVIDENTIEL. LE BANQUIER SALVATEUR OU LE DETENTEUR DE CARNET D'ADRESSES

Publié le par TAKA PARLER

Ignace OUNDA-MEYBI
Ignace OUNDA-MEYBI

Depuis la victoire de Monsieur Faustin Archange TOUADERA aux élections

présidentielles, on peut voir ici ou là fleurir toutes sortes de propositions

dressant le portrait du Premier Ministre idéal, avançant même des noms de

personnes qui auraient à coup sûr les compétences pour assurer ces fonctions.

Si ce n’est la qualité de banquier, c’est le fait d’avoir un carnet d’adresses très

épais qui semblent les critères les plus prisés.

L’un des mythes les plus entretenus concerne également la qualité d’économiste.

Loin de moi l’idée que les compatriotes réunissant lesdites qualités ne seraient

pas de bons premiers ministres.

Je voudrais simplement attirer l’attention de nos compatriotes sur le fait qu’être

banquier, économiste avéré, ou encore détenir un carnet d’adresses bien fourni

ne suffit pas à caractériser un bon premier ministre. N’oublions pas qu’il s’agit

d’un poste politique, étant entendu « la politique n’est pas une activité honteuse,

mais au contraire noble si ceux qui l’exercent se montrent dignes de confiance

en se mettant résolument au service de leur pays et pas simplement au service de

leurs petits intérêts.

Il faut donc au préalable se poser la question suivante :

Le premier ministre pressenti est-il un homme politique convaincant et

convaincu ?

Lui connaît-on des convictions et des engagements politiques assis sur la

défense d’un projet de société cohérent ayant pour objectif la satisfaction des

besoins vitaux des centrafricaines et des Centrafricains ?

Être un homme ou une une femme politique ne consiste pas seulement à se

prévaloir de compétences de haut niveau en tant que banquier, économiste ... ou

à exhiber un carnet d’adresses rempli des cordonnées d’hypothétiques

partenaires étrangers.

Je voudrais ici inviter mes compatriotes à relativiser la pertinence de ces critères

qui nous viennent de ces différents mythes.

1-Sur le mythe du banquier ou de l’économiste salvateurs.

Si les banquiers et les économistes avaient du seul fait de qualités inhérentes à

leur domaine de compétences spécialisées la capacité de garantir à leur pays une

conduite judicieuse des affaires publiques ainsi qu’un développement

économique, cela se saurait et on les verrait partout installés au pouvoir dans de

nombreux pays.

Concernant notre pays en particulier, on a, à plusieurs reprises, commis cette

erreur en nommant premier ministre des personnes sous le seul prétexte qu’ils

avaient servi dans les institutions financières internationales prestigieuses.

Qui peut dire aujourd’hui quels bénéfices notre pays a pu retirer de telles

expériences ?

La nomination du premier ministre centrafricain a trop souvent été le résultat de

calculs opportunistes, tribalistes, clanistes, clientélistes, népotistes etc., les

compétences « technico- disciplinaires » n’étant que le vernis destiné à légitimer

aux yeux de nos compatriotes, un choix inapproprié, nullement fondé sur une

réelle volonté de travailler à la satisfaction de l’intérêt général.

Les modalités du choix du premier ministre ont presque toujours conduit à

propulser à la tête d’un gouvernement des compatriotes, certes hautement

qualifiés dans leur domaine de compétences disciplinaires, mais n’ayant jamais

fait preuve antérieurement à leur prise de fonctions, d’engagements ou de

convictions politiques connus.

Le résultat de cette méprise est le risque de se retrouver avec un premier

ministre à qui il manque désespérément cet altruisme, cette flamme, cette

empathie «ad populum », moteur indispensable à toute action politique résolue

et efficace.

On prend ainsi le risque de nommer à des fonctions importantes et déterminantes

pour la vie du pays un opportuniste essentiellement ; sinon uniquement tournée

vers la satisfaction effrénée de ses intérêts propres.

Je ne dis pas que tous les premiers ministres ainsi nommés sont des

opportunistes, car, parfois, les qualités personnelles d’humanité, de sobriété et

de rigueur d’une femme ou d’un homme peuvent « transformer l’essai

hasardeux » en une surprise agréable. Cette dernière hypothèse reste cependant à

démontrer.

Il serait judicieux de se défier de mythe du banquier ou de l’économiste

salvateur, s’agissant en réalité d’une « fausse bonne idée ».

Des compétences techniques livresques ne font pas une femme ou un homme

politique ni ne constituent le gage d’une action politique efficiente.

La République Centrafricaine a besoin d’une classe politique digne de ce nom.

Qu’il y ait des spécialistes, conseillers avisés pour aidant l’action politique, dans

leurs différents domaines de compétence, à transformer positivement les

conditions de vie dans notre pays, cela est normal, mais de grâce, ne faisons pas

de la maîtrise de connaissances spécialisées le sésame privilégié pour attester de

la qualité incontournable requise d’une femme ou d’un homme pour exercer des

fonctions politiques d’une manière satisfaisante.

Il en est de cela, comme du mythe du pouvoir militaire qui serait seul capable de

remettre de l’ordre dans un pays et d’impulser de ce seul fait de développement

d’un pays.

D’innombrables expériences malheureuses nous fournissent des démentis

éclatants de ce genre de considérations.

On ne gère pas un pays comme une banque ou une entreprise quelconque.

Dans un pays, il existe des millions d’individus et de familles, des dizaines, des

centaines, voire des milliers d’entreprises, des artisans, des commerçants, des

paysans, des pêcheurs, bref un foisonnement de particuliers de personnes

physiques et morales, en définitive, une somme incalculable d’intérêts, de

facteurs et de paramètres à prendre en compte en permanence dans des actions

de tous les instants.

Le Chef d’État doit définir une politique tenant compte de l’ensemble de ces

données, une politique susceptible de créer les meilleures conditions possibles

pour assurer la coexistence Pacifique, la sécurité, l’épanouissement, le bien-être

et, si possible, la prospérité de son pays.

Il doit avoir une vision, fixer un cap, une orientation que son premier ministre

aura la charge de mettre en musique.

Cette orientation se matérialise dans un projet de société manifestation visible de

convictions politiques.

Ce projet ne peut être idéalement porté et mis en œuvre que par un homme ou

une femme de convictions.

On ne nous fera pas croire qu’il suffit d’un passage dans une institution

financière quelle qu’elle soit, ou d’avoir engrangé sur les bancs de l’université

des connaissances en économie pour être pétri de valeurs humanistes, élan

altruiste source d’un engagement déterminé au service de sa société.

2 – Sur le mythe du détenteur d’un « carnet d’adresses »

Certains se plaisent à penser qu’il faut nommer premier ministre celui qui a le

carnet d’adresses le plus fourni.

Chers compatriotes, arrêtons de toujours croire que notre bonheur se trouve dans

l’appel aux mythiques partenaires censés habiter sous d’autres cieux.

Il faut arrêter d’entretenir l’idée que les centrafricains ou certains d’entre eux

disposerai à l’étranger, d’un réservoir d’amis ou de partenaires, tellement acquis

à leur cause, qu’ils viendraient, dans un élan de générosité d’inspiration

assurément immanente, déverser sur mos têtes, sans contrepartie, des tonnes de

billets de banque susceptibles de résoudre à moindres frais nos problèmes.

Considérons ce stade de notre histoire comme le début véritable de notre

indépendance et efforçons-nous de définir, entre nous d’abord, les voies et

moyens de pérenniser et de défendre celle-ci.

Au sortir des ténèbres faits d’innombrables malheurs qui se sont depuis des

décennies abattues sur notre pays, soyons résolus à conquérir réellement et à

défendre avec âpreté notre souveraineté politique et économique.

Constituons nous d’abord un «carnet d’adresses centrafricano-centrafricain».

Soyons déterminés à reconnaître, à valoriser et à promouvoir d’abord tout ce qui

est centrafricain.

J’ai rendu public il n’y a pas si longtemps un texte intitulé « Quel politique

économique pour la République Centrafricaines ».

J’invite ceux qui le souhaitent à le lire pour prendre connaissance du message

que j’ai modestement entendu faire passer à mes compatriotes centrafricaines et

centrafricains. Il ne s’agit pas d’une somme de vérités absolues, mais

simplement et sans aucune autre prétention, de mon ressenti, de ce que j’estime

devoir être une politique définie par les Centrafricains et pour les Centrafricains.

Notre bonheur viendra de nos propres efforts ou ne viendra pas.

Il faut arrêter de croire que, sortis d’un carnet d’adresses, mus par une générosité

d’inspiration divine, des partenaires étrangers, pour les beaux yeux du peuple

centrafricain et pour des raisons totalement altruistes viendraient travailler au

développement de la République Centrafricaine.

Commençons déjà par nous retrouver entre nous. Réfléchissons sérieusement à

ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Travaillons sérieusement aux modalités

opérationnelles des actions à mener dans l’intérêt de notre pays.

N’oublions jamais une chose : il appartient aux Centrafricaines et aux

Centrafricains, et à eux essentiellement, de prendre en main leur propre destinée.

Poitiers le 26 février 2016

Maître Ignace OUNDA-MEYBI

Avocat au Barreau de POITIERS

Président de l’UNAREM.

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Tatenepolele 03/03/2016 18:51

La rigueur, l'intégrité et l'amour du pays sont les critères fondamentaux que l'on attend de tous nos hommes en responsabilité d'état. Kagame du Rwanda était-il un banquier ? Non que je sache mais il s'est entouré de nombreux banquiers dont Donald Kaberuka ex president de la BAD ! Alors si un banquier doté de réseaux solides, integre et rigoureux existait, devrait on l'éliminer simplement au nom d'un certain complexe de juriste de province ??? Ne cibler pas jalousement un noble métier qu'est celui de banquier international rare en Rca. De grâce développez vos arguments sur le profil ideal du futur PM au lieu d'éructer sur les banquiers. Tous ceux qui ont échoué en RCA n'étaient pas que des banquiers.