CENTRAFRIQUE: L'ONU VA EVALUER LA SITUATION DES DROITS DE L'HOMME APRES LES ELECTIONS

Publié le par TAKA PARLER

Keita Bocoum
Keita Bocoum

L’experte indépendante sur la situation des droits de l’Homme en République Centrafricaine, Marie-Thérèse Keita Bocoum, se rendra pour une mission de suivi en République centrafricaine du 1er au 10 mars 2016 afin d’analyser la situation des droits de l’Homme dans le pays, au lendemain du deuxième tour de l’élection présidentielle.

« Je félicite les Centrafricains d’avoir participé à ces élections dans le calme, le candidat Faustin Archange Touadéra pour sa victoire selon les résultats provisoires et souhaite que cette étape importante vers la démocratie se matérialise rapidement par des mesures décisives vers la paix et l’Etat de droit », a déclaré Mme Keita Bocoum dans un communiqué.

« Je vais saisir cette opportunité pour m’entretenir avec les futurs dirigeants du pays, les informer des recommandations que j’ai formulées dans mon dernier rapport et les encourager à les mettre en œuvre au même titre que les engagements pris lors du forum national de Bangui », a-t-elle ajouté.

Durant sa mission de dix jours, l’experte prévoit de rencontrer des autorités gouvernementales, législatives et judiciaires ainsi que les représentants du système des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et le corps diplomatique pour faire le point sur la situation et les développements depuis les violences meurtrières de septembre-octobre dernier.

Le 3 mars, Mme Keita Bocoum prononcera une allocution lors de l’inauguration officielle du centre de recherche en droits humains et gouvernance démocratique de l’université de Bangui. Elle compte également se rendre à l’intérieur du pays et à la prison centrale de Ngaragba pour évaluer la situation de la prison après l’évasion de nombreux prisonniers fin septembre 2015.

Mme Keita Bocoum rendra compte de ses conclusions sur la République Centrafricaine le 21 mars 2016 au Conseil des droits de l’Homme. F
Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.

Xinhua

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article