CENTRAFRIQUE: DES SOLDATS MUSULMANS RECLAMENT PLUS D'ARMES ET DE MUNITIONS

Publié le par TAKA PARLER

CENTRAFRIQUE: DES SOLDATS MUSULMANS RECLAMENT PLUS D'ARMES ET DE MUNITIONS

Des soldats musulmans au sein de l’armée centrafricaine réclament plus d’armes et de munitions pour protéger leur communauté dans la capitale en raison de la menace que pose une nouvelle milice locale formée par des musulmans.

Des habitants du quartier PK5 demandent eux aussi que les militaires soient mieux équipés.

Le PK5 est le quartier qui abrite le plus grand marché de la capitale centrafricaine, mais aussi les derniers musulmans de Bangui après le départ de beaucoup d’autres à cause des affrontements ethniques au cours des trois années écoulées.

Des combats ont eu lieu ici en septembre dernier, mais une certaine accalmie prévaut depuis, déclare un commerçant, Mahamat Abdou.

En dehors de l’arrondissement du PK5, les musulmans sont confrontés au danger que représentent les anti-Balaka qui est groupe majoritairement constitué de chrétiens.

Au PK5, sévit encore une milice musulmane – pas les Séléka qui avaient, eux, renversé le gouvernement il y a trois ans, mais un autre groupe issu localement et qui a pris le contrôle du quartier.

Un autre commerçant, Ahmad Idriss, est d’avis que la situation sécuritaire s’est considérablement améliorée depuis le déploiement il y a deux mois par l’armée centrafricaine d’une unité composée de soldats musulmans originaires du PK5.

L’un des soldats musulmans a confié à la VOA que son unité ne dispose que d’une poignée de fusils et a été attaquée à maintes reprises par la milice musulmane lourdement armée et qui est apparemment soutenue par des politiciens.

Le militaire ajoute toutefois que la mission des Nations Unies – la Minusca – leur vient en aide d’autant qu’elle a récemment déployé des troupes égyptiennes dans la zone.

Les milices et les forces de sécurité semblent observer une trêve en ce moment dans le quartier PK5. Mais il s’agit d’un cessez-le-feu fragile et la situation pourrait basculer après le changement de gouvernement, qui interviendra aux termes des élections prévues durant ce mois de février.

VOA

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ZINGOT 03/02/2016 17:52

D'où nous sort cette histoire encore de soldats musulmans? C'est la fate de M. TIANGAYE qui a donné le pays aux soit-disants soldats musulmans en nommant les Commandants de Zone tous Musulmans sans jamais fait l'armée. Le nouveau président investi de la violence légitime va régler cette situation.

Landry-Sosthene BENI 03/02/2016 15:05

Tout est fait pour nous faire disparaître de la surface de la terre. Aujourd'hui, on nous parle des soldats musulmans, demain ça sera le tour des enseignants musulmans et Après demain demain, on evoquera la question de quota d'intégration des centrafricains musulmans dans la Fonction Publique centrafricaine, etc, etc... En tout cas, tout est fait pour que les musulmans centrafricains se sentent comme une minorité, ce qui n'est d'ailleurs pas le cas jusqu'alors! Ce n'est pas par ce que nos frères musulmans centrafricains sont demographiquement moins nombreux que leurs frères chrétiens qu'on peut les qualifier de minorité. D'ailleurs, si je ne m'abuse pas, ces derniers peuvent être considérés comme une majorité sociologique dans la mesure où grâce à la liberté dont ils jouissent sur le plan cultuel et entrepreneurial, nous avons des centaines de mosquées qui ont été construites à travers tout le Pays. Si la BEAC a conseillé aux banques commerciales d'ouvrir des succursales au pk5 de Bangui qui est un quartier habité à majorité par nos frères musulmans, par ce que cette institution financière qui contrôle la circulation de la masse monétaire dans la sous-région CEMAC s'est rendue compte que les activites menées par nos frères musulmans du pk5 génère énormément d'argent, et pour éviter la théorisation, il fallait rapprocher les banques commerciales auprès de ces opérateurs économiques afin de garentir la circulation de cette masse monétaire dans le circuit normal. Est-ce qu'une minorité ethnique ou religieuse peut-elle beneficier de toutes ces attentions? En plus, la création des communes d'élevage par l'Etat centrafricain n'etait-il en faveur de nos frères peuls qui des musulmans? Il y a tant d'exemples qu'on peut citer pour mettre à défi cette nouvelle thèse qui veut nous faire croire que nos frères musulmans sont une minorité et à ce titre il faut leur réserver un traitement particulier.

NADE Berty 03/02/2016 13:07

Il y'a comme une fissure au sein des Forces Armées centrafricaines. On y parle des soldats musulmans , soldats chrétiens. Cela est inquiétant et par conséquent devra donner du grain à moudre aux futures autorités du pays.
Dans un Etat laïc on ne devrait parler que d'une armée républicaine disciplinée et prête non seulement à protéger la population qu'elle qu'elle soit sans considération de religion ni d'ethnie et défendre l'intégrité nationale .Vivement que tous les efforts soient accomplis pour rafistoler ce qui n'est plus qu'une ersatz d'armée pour en faire une ARMÉE NATIONALE digne de ce nom et forçant le respect de tous.