BOB ELVIS MOKALO S'ADRESSE A LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE

Publié le par TAKA PARLER

BOB ELVIS MOKALO
BOB ELVIS MOKALO

Très chers frères et sœurs, jeunesse de Centrafrique c' est un immense honneur pour moi, un réel plaisir de revenir vers vous, après que vous ayez accepté de répondre massivement à mon appel, pour soutenir la candidature du professeur Faustin Archange TOUADERA, au deuxième tour de l'élection présidentielle dans notre pays. Ce serait notre victoire, jeunesse de Centrafrique. J' ai tant attendu ce moment, parce que le sujet qui nous réunit est d' une importance nationale. Je suis bien votre frère Bob Elvis MOKALO, je suis un ancien du lycée Barthélemy Boganda, puis de l' université de Bangui ou j ai eu l' occasion de découvrir les talents et les compétences de Monsieur FAT. C'est aussi une personnalité très proche du peuple, il a toujours été soucieux , et prèt à se battre pour l' émancipation et la réussite de la jeunesse Centrafricaine. Ceci étant dit, je voudrais, si vous me permettez, en venir au sujet pour lequel, j ai si ardemment désiré vous parler. Chers frères et sœurs, jeunesse de Centrafrique, je ne vous apprends rien, notre pays est dans la tourmente, nos populations sont aux abois, dans la détresse, dans la tragédie. Et pourtant le monde entier à travers nos partenaires multinationaux (l'ONU, l' Union Européenne, la CEMAC, l' Union Africaine) .Et nos partenaires bilatéraux, la France les Etats Unis, l' Allemagne etc.. ne cessent de se motiver et de mobiliser des Hommes et des moyens multiformes, pour tenter de mettre fin a cette crise dramatique qui secoue notre pays. Je ne serai ni le premier intervenant ni le dernier, mais je suis celui qui vient parler au nom de ceux qui n' ont pas droit à la parole dans notre pays, la jeunesse Centrafricaine. Mon combat aujourd’hui, est pour qu' ensemble nous puissions poser les fondations d une nouvelle alternative. FUJC( Forces Unies de la Jeunesse de Centrafrique), organisation qui a pour visée de regrouper toute la jeunesse Centrafricaine consciente, lycéens, étudiants, jusqu’à la jeunesse active. La question qui revient au bout des lèvres est de savoir pourquoi absolument maintenant ? ça n' a pas existé déjà. Il y a pourtant dans les nombreux partis politiques de notre pays les organisations de jeunes, mais hélas ! L' idée de la FUJC a germé depuis longtemps, pendant toute la période ou le débat politique s' est instauré dans notre pays a partir des année 1992, période charnière dans l' histoire du monde, marquée en Europe par la chute du mur de Berlin, et son corollaire, l'extension du multipartisme a tous les pays d Afrique. Tout part d un constat amer sur le sort qui est réservé aux jeunes de notre pays. La plupart des partis politiques Centrafricains ont créé en leur sein une organisation des jeunes dont le rôle est limité à des tâches précises, taillées sur mesure par des adultes; ce sont des instruments corvéables a merci. Les jeunes sont sollicités par leurs partis pour être le fer de lance de la contestation, des manifestations de rues dont l' objectif est de déstabiliser les pouvoirs en place à travers les journées villes mortes, les marches et affrontements des forces de l' ordre, qui sont des opérations mettant en péril la vie de ces derniers, et qui ont malheureusement déjà coûté la vie à nombreux d' entre eux. En revanche, quand les partis politiques arrivent au pouvoir, après une longue conquête, il n y a plus d’intérêts ni de place pour les jeunes, ils sont abandonnés à eux mêmes, laissés pour leurs comptes. Nous avons voulu comprendre pourquoi les adultes ont ils tant peur d associer la jeunesse à la vie et à la gestion de notre pays ? les réponses qui reviennent régulièrement sont : l’incompétence, l’inexpérience,l'absence de qualification. Mais nous savons tous que ces arguments sont fallacieux, car aux âmes bien né, la valeur n'attends pas le nombre des années (dit Rodrigue dans le Cid de corneille). En vérité les adultes ont peur de la jeunesse pour plusieurs raisons; l'injustice, la corruption, l’indifférence ainsi que la violence, sont les principaux concepts érigés par ces derniers, comme moyen d’administration du pays, par les dirigeants qui se sont succèdes, et sont la cause des crises récurrentes dans notre pays. Que reste t'il de ce pays après 50 ans d’indépendance ? on peut affirmer sans se tromper que le système de gestion personnelle et patrimoniale, les régimes sanguinaires et dictatoriaux, les régimes de pillages et totalitaires, ont conduit la République Centrafricaine à la ruine par la destruction physique et économique et qui ont poussé la population dans une misère noire, caractérisée par l'aggravation de la famine, le durcissement de condition de vie, entraînant une forte hausse du taux de mortalité, une insécurité sans fin sur toute l'étendue du territoire. La jeunesse au contraire plus intégrée et plus rigoureuse, ne saurait s’accommoder dans ces systèmes de prédation et de prébende, sans dénoncer haut et fort les causes de ces maux qui plongent notre pays dans une situation déficitaire. Face aux défis du développement, notre pays a besoin du concours de toutes ces forces, sociologiques, idéologique , et politiques. Le relèvement de la République Centrafricaine passe par la participation effective et active de la jeunesse, dans les différents secteurs d'activités et du développement de notre pays. C'est pourquoi, frères et sœurs, jeunesse de Centrafrique, il est temps pour nous de faire de FUJC, un instrument autonome, indépendant, majeur et démocratique ,capable d'entrer dans le débat politique pour s'imposer comme force de proposition, et de responsabilité. Cette organisation doit se structurer au fur et à mesure sur le terrain, pour devenir un mouvement fort, et présent dans toutes les instances politiques, à travers des délégués élus, pour prendre en main la défense des intérêts de la jeunesse, et pour accroître leur place dans la vie de notre pays . Je forme le vœux, de revoir les jeunes acteurs de la dernières crise dans notre pays ,chrétiens et musulmans se rapprocher et pratiquer encore une longue et confiante coopération. Chers frères et sœurs, jeunesse de Centrafrique, nous nous sommes déjà trompés plusieurs fois, mais cette fois ci, nous n'avons plus le droit de nous tromper. C'est pour cela que je vous lance encore une fois un vibrant appel pour que vous vous déplacez massivement le dimanche 14/02/2016 dans vos bureaux de vote respectifs, pour faire votre devoir de citoyen en choisissant le candidat indépendant numéro 2 : le professeur Faustin Archange TOUADERA ,car c'est lui seul, qui porte nos valeurs, et il apparaît comme le candidat le mieux placé, pour comprendre les différentes problématiques de nos populations et apporter des solutions à leurs attentes en donnant le meilleur de lui même , afin que le pays puisse respirer de l'oxygène . Voter TOUADERA, c'est faire le choix de la réconciliation et de l'unité nationale , Voter TOUADERA c'est stopper l'avancée de l'oligarchie financière dans notre pays. Oui avec le professeur FAT, le changement , c'est maintenant .

Vive la jeunesse centrafricaine, que Dieu bénisse notre pays.

La jeunesse debout (Masséka Londo). TOUADERONS SEULEMENT

BOB ELVIS MOKALO

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article