L'ANCIEN CANDIDAT A LA DEPUTATION DE BIMBO DONNE SON AVIS . MANQUE DE COHERENCE POLITIQUE EN CENTRAFRIQUE

Publié le par TAKA PARLER

      Magloire Koumba Benga De Yakoli
Magloire Koumba Benga De Yakoli

Au moment où la République Centrafricaine, vit au rythme des
élections présidentielles et législatives, il est important pour moi de
soulever un problème qu’on n’en parle pas souvent, l’ambigüité ou le
flou politique; ce manque de cohérence et de visibilité dans le
paysage politique centrafricain.
Il est certain, qu’en République Centrafricaine, les partis et les
hommes politiques ont toujours entretenu, du moins entrainé le
peuple dans un flou sans ligne, clivage, idéologie et orientation
politique claire. Il se peut que cela soit dû à une ignorance, ou tout
simplement à une méconnaissance.
Et, comment pouvons-nous classer les paris politiques en fonction de
leur clivage, tendances ou idéologies ? Exemple tout simple, qu’est-ce
qui distingue un parti comme KNK à un MESAN, un URCA à un RDC, ou
encore un PUN à un MLPC ?
D’un point de vue idéologique, voir structurel, rien ne semble
distinguer ces partis politiques ; presque tous, doivent leur survie à
travers un homme ou l’Etat, exemple de MESAN avec Bokassa, MDD
avec Dacko, MLPC avec Patassé, RDC avec Kolingba, KNK avec
Bozize.
D’une manière générale, tout tourne autour du chef, la survie des
partis repose sur le chef ; parmi les centrafricains, combien de ceux
qui se disent affilier à un parti, détenir la carte et être à jour des
capitations ? Le financement du parti, vient du chef, l’idéologie du
parti, vient du chef, les orientations du parti viennent du chef. Ce
qui donne au chef, une considération surdimensionnée et sacrée.
En fait, il n’existe pas dans le paysage politique centrafricain, une
politique dite de droite, ni de gauche, moins encore du centre. Par
contre, il existe ce qu’on appelle une mouvance ou une majorité
présidentielle, une formule typiquement centrafricaine et on se plait
à dire à qui veut l’entendre, qu’on fait partie de la mouvance
présidentielle.
En réalité c’est plutôt un problème de calcul des responsables. On se
dirige en fonction des ses propres intérêts. Soit on est avec le
pouvoir et on se sent à l’abri, soit on n’est pas, dans ce cas, on se
considère comme des ennemis!!!
A l’heure où nous allons au deuxième tour avec Doléguelé et
Touadéra, l’ambiance semble être dans ce sens ; on se dirige ou on se
regroupe en fonction du vent, à aucun moment par conviction, clivage
ou encore par idéologie. Cette situation, montre comment nos
hommes politiques naviguent souvent à vue.
En fait, la politique en Centrafrique, est un four tout, où on mélange
tout, même les ennemis politiques d’hier, deviennent les amis
d’aujourd’hui, pourvu qu’on mange. Cette situation, donne raison à
ceux qui pensent que, la politique est une mangeoire.
A mon avis, cette confusion, ce désordre, cette mascarade incombe
aux responsables politiques, qui n’ont pas une ligne politique claire et
biendéfinie afin que le peuple puisse faire un choix de société. Il est
temps que les partis politiques clarifient leur position.


Magloire Koumba Benga De Yakoli

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ibrahim Djido Mahamat 13/01/2016 13:06

Tout à fait.Tous mes compatriotes qui me précèdent ont dit l'essentiel.Dans un pays où,presque tout le monde ne parvient pas à distinguer le gouvernement de l'Etat ou de la Nation,comment pourrait-on parler de la spécificité et des caractéristiques de chaque partie politique ? Je pense que ce serait un luxe pour la majorité des Centrafricains.Pour moi,l'essentiel c'est le respect de l’intérêt général,le bannissement du racisme,du régionalisme,le sens du patriotisme et surtout l'esprit de paix qui devront gagner tout un chacun.Le reste viendra petit à petit.

NADE Berty 12/01/2016 11:39

Je persiste à dire à qui veut l'entendre qu'il s'agit là d'un faux débat dont le centrafricain lambda se passerait ..
Dites -moi sincèrement en l'état actuel de l'évolution de notre pays, à qui pourrait profiter un tel débat si ce n'est à quelques "illuminés"
A une minorité qui est intellectuelle et qui se revendique comme telle...
La majorité de nos compatriotes qui sont des paysans n'ont vraiment rien à cirer de savoir que tel individu ou un autre est de gauche , libéral ou ultra libéral. .l'essentiel étant à mon avis pour elle d'avoir quelqu'un à la tête du pays qui soit à même de se préoccuper des ses priorités à savoir manger , se soigner , avoir la possibilité de scolariser ses enfants et surtout vivre , circuler sur tout le territoire dans la paix etc,etc....Tout le reste n'est que bavardage stérile.

Ismaeil 12/01/2016 10:42

Je partage cet avis! Le chemin reste long pour nos partis politiques, malheureusement même les jeunes sur qui le pays peut compter demain prennent la même voie sinon pire! Le pays est considéré comme un cadeau ou chacun selon sa position coupe la partie qui lui convient. Les jeux d’alliances qui se font au deuxième tour se font sur la base de l’intérêt personnel rien que ça ! Des vautours qui ont détruit le pays hier et continuent de le faire à distance, malheureusement aujourd’hui sont les maitres du jeu. Nos deux pauvres candidats au second tour, pour réussir, sont obligés d’aller vers eux mais à quel prix ? Que Dieu sauve notre Pays !

Ismaeil 12/01/2016 10:40

Je partage cet avis! Le chemin reste long pour nos partis politiques, malheureusement même les jeunes sur qui le pays peut compter demain prennent la même voix sinon pire! Le pays est considéré comme un cadeau ou chacun selon sa position coupe la partie qui lui convient.Les jeux d’alliances qui se font au deuxième tour se font sur la base de l’intérêt personnel rien que ça ! Des vautours qui ont détruit le pays hier et continuent de le faire à distance, malheureusement aujourd’hui sont les maitres du jeu. Nos deux pauvres candidats au second tour, pour réussir, sont obligés d’aller vers eux mais à quel prix ? Que Dieu sauve notre Pays !