CONSPIRATION CONTRE LE PEUPLE CENTRAFRICAIN

Publié le par TAKA PARLER

Voilà plus de deux ans que la République Centrafricaine se débat dans une crise

que l’on a plus besoin de décrire.

Alors que le pays n’a pas encore pu, en plus d’une année de transition, réunir un

minimum de conditions nécessaires pour espérer, même un début de

reconstruction, des forces occultes ont manœuvré en coulisses pour imposer

l’idée d’élections générales prétendument salvatrices pour le pays.

Le « printemps » auquel on cherche à faire croire aux Centrafricaine et

Centrafricain sont, est, en réalité, une vaste duperie, savamment orchestrée, avec

la complicité de centrafricains indignes, hommes politiques ayant déjà montré

au sein de différents régimes, une incroyable capacité de nuisance.

Ces faux hommes politiques sont les oiseaux de mauvais augure annonciateurs

d’une invasion de vautours affamés.

Les Centrafricaines et les Centrafricains ne doivent pas être dupes de ce que

l’agitation de ces concitoyens indignes constitue les prémices d’un déferlement

qui conduira assurément à une mise en coupe réglée certaine de notre pays.

Et si toutes ces manœuvres ne visaient qu’à une chose : mettre la main à peu de

frais sur les richesses minières de notre pays dont l’immensité n’est un secret

pour personne ?

La République Centrafricaine se doit d’être reconnaissante lorsque des pays

amis interviennent pour l’aider à se sortir de ses difficultés.

Mais, les Centrafricaines et les Centrafricains doivent veiller à ne pas se laisser

conduire dans un précipice sans réagir.

Comment peut-on admettre l’idée d’organiser des élections sérieuses,

transparentes et démocratiques dans un pays qui n’a ni forces de défense et de

sécurité ni administration organisées, structurées et efficientes ?

Quel profit attendre d’élections sûrement tronquées, dans un pays dont la

déliquescence n’échappe à personne et où des bandes armées régentent encore

certaines villes ?

Il ne trompe personne que les forces occultes et nuisibles dont les intérêts

divergent profondément de ceux du peuple centrafricain agissent en coulisses

pour que la République Centrafricaine reste un pays moribond, propice à

l’enrichissement d’entités malfaisantes de toutes sortes comme par le passé.

Aujourd’hui, il se trouve des hommes politiques pour penser que, pour eux, c’est

le moment ou jamais d’accéder au pouvoir, peu important que ce soit au mépris

des intérêts de leur pays.

Il n’est pas besoin d’être un observateur politique particulièrement avisé pour

s’apercevoir que ces élections précipitées ne sont autre chose qu’un piège mortel

au service d’ennemis de notre pays ayant cyniquement parier sur la faiblesse du

Chef d’Etat qui sera élu.

En effet, le pouvoir qui sortira de cette machination n’aura pas la capacité de

conduire une politique nationale souveraine et devra en permanence recourir à

ceux qui l’ont créé de toutes pièces.

Il est inacceptable que des Centrafricains prennent ainsi le risque de créer aux

dépens de leur pays, le risque d’un chantage perpétuel de la part de forces

impérialistes occultes qui manieraient alors allègrement la menace du chaos et

de l’insécurité chaque fois que le commanderait la défense et la préservation de

leurs intérêts.

Les Centrafricaines et les Centrafricains ont pris conscience aujourd’hui qu’il

existe bel et bien un complot contre leur pays.

J’appelle le peuple centrafricain à la vigilance afin de faire échec au « hold-up »

qui se prépare contre leur pays.

C’est, en effet un « braquage » qu’on tente de nous faire accepter sous les

apparences d’une légalité et d’une légitimité électorales.

Ceux qui se bousculent pour aller à ces soi-disant élections, se battent en réalité

pour leurs propres intérêts et ceux des forces occultes qui leur ont promis le

fauteuil présidentiel. Les intérêts du pays, en revanche, ne constituent même pas

le plus petit de leurs soucis.

La très grande majorité du peuple centrafricain est opposée à ces élections au

lendemain desquelles se profile un profond désenchantement.

Il est urgent que des Centrafricaines et des Centrafricains de tous horizons se

coalisent pour s’opposer à cette conspiration ourdie par les ennemis de leur

pays.

Tous ceux qui donnent leur caution et/ou participent à cette mascarade

doivent être tenus pour traîtres à la patrie.

Au nom de l’UNAREM j’invite toutes les Centrafricaines et tous les

Centrafricains à se dresser contre cette pantalonnade qui va inéluctablement

rendre leur pays captif pour longtemps d’un impérialisme sournois mais

déterminé à s’approprier l’essentiel de nos ressources, consentant à ne nous en

laisser qu’une portion congrue.

Je lance un appel pressant à tous nos compatriotes, à l’intérieur comme à

l’extérieur de notre pays, afin qu’ils se concertent par tous les moyens aux fins

de dénoncer et de mener toutes actions propres à contrecarrer les menées

subversives dont notre pays est l’objet.

Nous devons urgemment réfléchir aux modalités d’une transition susceptible de

gérer le pays et le conduire dans un délai raisonnable à des élections réellement

démocratiques et transparentes propres à garantir l’arrivée au pouvoir de

patriotes choisis par le peuple centrafricain.

Chers compatriotes, l’heure est grave.

Il est temps de nous dresser avec courage pour « BRISER LA TYRANNIE EN

BRANDISSANT L’ETENDARD DE LA PATRIE ».

Latillé le 25 juillet 2015

Ignace UNDA-MEYBI

Président de l’UNAREM

Publié dans Opinions

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

SEREFIO Edouard 24/01/2016 01:04

HUUMMMMMM !