CENTRAFRIQUE: MARTIN ZIGUELE UNE FOIS DE PLUS VICTIME D'UNE MASCARADE ÉLECTORALE ! UNE TRAHISON DE LA TRANSITION DE TROP !

Publié le par TAKA PARLER

MARTIN ZIGUELE
MARTIN ZIGUELE

Les élections du 30 décembre 2015, censées mettre un terme au chaos Centrafricain qui dure depuis des décennies, sont en train d’être détournées au profit d’un groupuscule de dirigeants centrafricains temporairement aux affaires et leurs alliés de l’ombre d’antan.

Il n’y a pas si longtemps, la Direction Nationale de Campagne du candidat Martin ZIGUELE, par la voix de son porte-parole le camarade SEKODE NDEUGBAYI Chancel, mettait déjà en garde l’ANE et les Autorités de la Transition contre toute mascarade électorale. Et depuis le mois de novembre dernier, le MLPC, surveillant ce fameux personnel de l’ANE et le gouvernement complice comme le lait sur le feu, dénonçait déjà le trafic des centaines de milliers de fiches jaunes avec des noms fictifs, vendues depuis de jour en jour tant à Bangui que dans l’arrière-pays, avec la bénédiction des gros requins de cette même ANE. Malheureusement, les principaux responsables de l’organisation de ces élections du retour à l’ordre constitutionnel persistent et signent, malgré la présentation de ces preuves à convictions aux représentants de la MINUSCA à l’hôtel Ledger à Bangui et la mise en garde des observateurs.

Un processus électoral diablement influencé de l’intérieur en amont.

La démission de MOKAMAEDE suivie de celle de KOMBO YAYA n’était que la partie visible de l’iceberg.
Contraintes par les preuves sur la médiocrité et l’incapacité des autorités de la transition à gérer le pays par la stricte application de la feuille de route et des recommandations issues du Forum de Bangui, obligées par l’opinion nationale et internationale à organiser coûte que coûte les élections avant le 31 décembre 2015, celles-ci auraient, d’après les informations de sources concordantes et fiables, délibérément choisi de torpiller le processus électoral en cours par le bourrage des urnes parallèles, la falsification des résultats, le tripatouillage des procès-verbaux afin de provoquer inévitablement une grave crise post-électorale pouvant se solder par l’annulation pure et simple de l’élection : seul moyen d’espérer bénéficier encore une fois d’une énième prolongation de la transition. Leur seule grande ambition.

Cette mascarade électorale que les autorités tentent de légitimer risque de replonger le pays dans une terrible crise aux conséquences désastreuses.

Aucun pouvoir de transition au monde n’a droit à la partialité. Cette trahison est de trop. Nous sommes bel et bien là dans un stratagème politicien savamment orchestré par le Autorités de la transition et l’ANE en vue de mettre à nouveau la Centrafrique à feux et à sang. Car il est hors de question et inconcevable qu’un candidat comme TOUADERA qui n’a même pas mis pieds en province, qui n’est même pas connu par les populations rurales de toutes les régions que j’ai pu battre campagne en compagnie de ZIGUELE puisse obtenir des scores dignes d’un dictateur. A tort, beaucoup sont ces hommes politiques qui ont jalousé Martin ZIGUELE, le traitant de candidat de la France et ne supportant pas de voir le MLPC revenir au pouvoir par méfiance ou défiance.

Avant toute chose, les juges doivent se mettre en robe et dire le droit.

Le peuple Centrafricain doit savoir et comprendre que le MLPC dispose des preuves et pièces à convictions qui démontrent à suffisance la volonté délibérée et machiavélique de certaines personnalités aux affaires, pourtant bien identifiées, celle ou ceux que le MLPC a soutenue et aidée au nom de l’intérêt suprême de la nation, d’empêcher frauduleusement le candidat Martin ZIGUELE d’accéder au pouvoir. Mais le MLPC quoique parti républicain et démocratique ne se laissera pas faire. C’est pourquoi, nous exigeons de l’ANE et du gouvernement le strict respect de la volonté du peuple, car les nombreuses irrégularités constatées sont de nature à compromettre dangereusement les issues de ces consultations électorales et par voie de conséquence, engendrer une éventuelle crise postélectorale.

Nous estimons que la Cour Constitutionnelle doit prendre ses responsabilités, en corrigeant toutes les imperfections relevées et en tout mettant en œuvre pour parvenir à la prise en compte des résultats véritables, fiables, justes et réels afin d’éviter à notre pays un nouveau chaos.

Il est évident ! Nous savons que le bal des hypocrites qui avait commencé bien longtemps était loin de se terminer. Mais seulement, ceux qui prennent notre silence pour idiot se trompent lourdement. Le MLPC ne se laissera jamais voler sa victoire ! Que celui qui a des oreilles entende !

Vive la Victoire de la Démocratie ! Vive le MLPC ! Vive la Centrafrique !

Tous unis, nous vaincrons !

Fait à Paris, le 7 janvier 2016

Le Porte-parole de la DNC/MLPC

SEKODE NDEUGBAYI

Publié dans Communique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Ta tènè 08/01/2016 13:56

Mon frère j'ai honte de te lire moi aussi je suis MLPTISME, mais cela ne veut pas dire que je suis d'accord qu'une crise poste électorale puisse se produire à nouveau dans notre pays, t'as pas honte? la vie des centrafricains qui meurent par centaines ne te dissent rien pour déjà penser à une crise post electo ? c'est la fin du monde si notre candidat n'est pas élu pour cette élection ? de grâce réfléchissons n-fois avant de dire certaines médiocrité !!!

Teddy 08/01/2016 09:11

Quand on prend un amateur pour le bombarder Directeur National de Campagne et qui n'a aucune expérience, il ne faut pas s'étonner du résultat et verser des larmes. Ziguélé dans sa dictature a imposé au MLPC sans prendre notre avis, nous les anciens, le jeune Touaboye pour diriger sa campagne. La dictature et la concussion se payent toujours chères, mes chers camarades. Nous avons perdu notre prestige avec ce résultat triste et tristounet en perdant directement au 1er tour. Notre grand parti n'a jamais été aussi bas, camarades. Il est temps de demander des comptes et de faire un remue-ménage institutionnel au MLPC en donnant un coup de balai pour aérer notre partie de ceux qui l'ont pollué jusqu'ici.

ZWA 08/01/2016 11:45

L'amateurisme a un prix: l'échec. Il est cuisant que M. ZIGUELE doit tirer toutes les conséquences. Depuis q'on a demandé à M. ZIGUELE de répondre aux allégations por lever le dote, il s'est replié dans un mutisme coupable. Ne dit-on pas qui ne dit rien consent. M. ZIGUELE paie sa trahison avec PATASSE et avec le peuple centrafricain. Il doit laisser la place pour que le parti continue de vivre. Sinon, tout est fini pour de bon.

ZAWA 07/01/2016 22:04

Où est l'Internationale Socialiste qu'on nous crie à longueur de journée? M. ZIGUELE, maintenant vous pouvez allez vendre du singe boucané à Paris grâce à vos amis Socialistes. Vous avez oublié ce que vous fait aux Centrafricains, vous et TIANGAYE. Vous êtes des Traites. LE CPI vous attend! Complice de SELEKA!

zingo 07/01/2016 21:56

M. ZIGUELE paie son silence coupable. Il a trahi Patasse. IL a trahi le peuple centrafricain en soutenant les SELEKA. Les Centrafricains l'ont vomi. Aux ordures de la République!

BENI LANDRY-SOSTHÈNE 07/01/2016 21:24

Mais où est Prospère NDOUBA? Il a disparu des écrans radars celui là!