PRESIDENTIELLE 2015: LA CAMPAGNE THÉRAPEUTIQUE DE KARIM MECKASSOUA

Publié le par TAKA PARLER

PRESIDENTIELLE 2015: LA CAMPAGNE THÉRAPEUTIQUE DE KARIM MECKASSOUA

Connu comme un homme de réseaux, on découvre depuis le début de sa première campagne présidentielle, que Karim Meckassoua est également un homme du terrain. Il l’a prouvé en se rendant dans plusieurs coins et recoins de la RCA et même dans des endroits qualifiés de « Zones Interdites » par les démons de la division des centrafricains. Du stade 20 mille places aux camps des déplacés Don Bosco, M’Poko, Fateb, Mosquée centrale du KM5, au quartier Sara en passant par Mbaïki, Bouar, Kaga-Bandoro, Carnot, Berbérati, Nola, Bambari, Ndélé, Birao,Bangassou, Mobaye et Bria où il a battu un record d’affluence, KM a déjoué tous les pronostics et a démontré la grandeur du peuple centrafricain.

Personne n’osait croire avant que Karim Meckassoua ne pouvait se rendre à Don Bosco, au Ledger de l’aéroport Bangui M’poko considérés comme des fiefs des Anti- Balaka. Il s’y est pourtant rendu sans s’entourer d’une escouade des militaires comme on a observé chez certains candidats chrétiens durant cette campagne.

Les villes de Nola, Carnot, Berbérati, Bouar réputées comme des zones hostiles aux musulmans ont accueilli sans incident KM. A Kaga-Bandoro la ville natale de ses parents envahie aujourd’hui par les éléments du sanguinaire Noureddine Adam, le candidat N 14 a fait un tabac.

Contrairement aux mauvaises langues, KM n’a pas acheté les milliers de personnes qu’il a drainés lors de cette campagne. Quels sont donc les secrets de cette réussite ? Selon des informations dignes Meckassoua a toujours fait du social et s’est toujours montré disponible pour ses proches, ses amis et surtout œuvré à distance pour des œuvres caritatives dans son pays sans tambour ni trompette.

Sa réputation d’homme intègre, de rigueur et son bon bilan en tant que ministre d’État sont vites tombés dans les oreilles des centrafricains fatigués des dirigeants corrompus, anti patriotes et malhonnêtes.

Autres éléments qui ont aidé KM à bénéficier d’un accueil digne d’un chef d’État et d’une popularité jamais égalée, son humilité légendaire et son respect vis-à-vis des grands hommes qui ont marqué l’histoire de la RCA.

Au stade 20 mille places il avait invité le tout premier président de l’assemblée nationale et presque centenaire Adama Tamboux pour assister à son premier meeting après lui avoir rendu visite à son domicile au PK 10 à la sortie nord de Bangui.

Meckassoua s’est rendu au village Mokinda s’incliner sur la tombe du tout premier président de la République centrafricaine, feu David Dacko. Il a été accueilli par l’ex première dame Brigite Dacko et Faustin Gnamolo, le grand frère du défunt président. Émus par ce geste respectueux des valeurs traditionnelles et républicaines, ils ont appelé à un vote en sa faveur.

Mireille Kolingba, ex première dame a également reçu le candidat Karim à la demande de ce dernier. Ressortissante de Bangassou et ancienne députée de Ouango, elle pourrait y avoir contribué à la réussite de la campagne de KM dans cette localité.

La famille Boganda et la préfecture de la Lobaye ont été est honorées par Karim Meckassoua. C’est lui qui finance la campagne de Joel Yagongo, petit fils de Barthélémy Boganda fondateur de la RCA, dans le 6è arrondissement de Bangui. La ville de Mbaïki a été dotée d’une ambulance par KM.

Madame Marie Claude Zarambaud, épouse du premier bâtonnier centrafricain Me Zarambaud Assigambi qui était très admiré par les centrafricains de son vivant n’a pas été oubliée par KM qui fut le meilleur ami de son défunt de mari . Mme Zarambaud est candidate à la députation à Landia ( Bimbo 5) pour soutenir son projet de société s’il était élu président.

En campagne à N’Délé dans le Bamingui Bangoran, KM a rendu visite au jeune sultan Kamoun.

A Bambari chef lieu de la Ouaka devenue une ville fantôme, KM a réussi à réunir autour d’une table deux chefs des deux factions de la Séléka le général autoproclamé Zoundéko, le sanguinaire et mercenaire nigérien Ali Dharas et un chef Balaka de triste réputation.

Signalons que les chrétiens ont été expulsés du centre ville de Bambari, des bâtiments administratifs et de leurs propres maisons vers l’autre côté du fleuve où ils vivent désormais dans un camp de fortune sans que cela n’émeuve les autorités de la transition et encore moins les forces internationales qui semblent plus préoccupées par les cuisses des jeunes filles, le diamant et l’or.

Karim Meckassoua a contre toute attente réussi à obtenir la levée des barrières dans la ville et la cessation des hostilités. Il leur a répété sa promesse de campagne sur le DDR comme il l’a annoncé lors d’une interview chez Jeune Afrique « L’objectif doit être la réintégration sociale des ex-combattants et la pacification du pays avec un plan de consolidation de la paix soutenu par les partenaires qui doit fournir aux communautés locales les moyens de réinsérer les anciens combattants. De leur assurer la promesse d’un avenir comme civils au sein d’une collectivité apaisée ».

KM n’a également pas oublié de préciser qu’il « s’engage à instaurer une justice équitable pour tous et à lutter contre l’impunité. C’est cette impunité qui a conduit la RCA dans cette spirale de violences».

Ce réalisme suffira t-il à faire de lui le prochain président de la RCA? Les centrafricains accepteront -ils qu’on leur impose un énième chef d’État imposteur avec la machine de la fraude massive que les tenants de l’exécutif de la transition ont déjà mise en place? Wait and see.

Wilfried Maurice SEBIRO

CENTRAFRIQUE LIBRE

Publié dans Election

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Ismaeil 28/12/2015 10:00

Je valide!

salemdole 27/12/2015 23:48

Yes