CENTRAFRIQUE: MANIFESTATION CONTRE L'EVICTION D'UN CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE

Publié le par TAKA PARLER

PATRICE EDOUARD NGAISSONA
PATRICE EDOUARD NGAISSONA

Plusieurs centaines de personnes ont marché samedi à Bangui pour protester contre l’invalidation de la candidature d’un chef anti-balaka à la présidentielle centrafricaine du 27 décembre, précédée dimanche d’un référendum constitutionnel, a constaté l’AFP.

« Non à l’invalidation de la candidature du grand patriote (Patrice-Edouard) Ngaïssona », chef d’une partie des milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes et animistes, affirmaient des banderoles.

Les manifestants, femmes en tête, ont démarré de la place de la Réconciliation et sont allés remettre un memorandum au siège de la force onusienne Minusca et de la Cour constitutionnelle, qui a validé mardi 30 candidatures à la présidentielle, et exclu 14 autres, dont celles de Ngaïssona et de l’ex-président François Bozizé. Plusieurs incidents avaient suivi cette annonce, avec notamment des tirs et des barricades érigées dans plusieurs quartiers de Bangui.

Tous deux sont fortement soupçonnés d’avoir joué un rôle important dans la crise sans précédent qui a secoué la Centrafrique depuis deux ans, en attisant les violences intercommunautaires entre anti-balaka et ex-rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans, qui avaient renversé Bozizé en mars 2013 avant d’être chassés du pouvoir en 2014 par une intervention internationale. Les deux camps sont accusés d’avoir commis de graves exactions contre la population.

« C’est le peuple qui doit juger si Ngaïssona doit participer à la présidentielle, nous demandons qu’il soit repris dans la course », a affirmé Yvette Bissangafo, présidente des femmes du comité de soutien au candidat. La manifestation s’est achevée dans le calme à la mi-journée.

Plusieurs cortèges de soutien à des politiciens se présentant à la présidentielle ou aux législatives ont par ailleurs sillonné en klaxonnant les rues de Bangui, avec des camions chargés de dizaines de partisans arborant des tee-shirt à l’effigie de leur candidat.

Quelques deux millions de Centrafricains sont appelés aux urnes dimanche pour se prononcer sur un projet de nouvelle Constitution, lors d’un scrutin qui fera office de répétition générale avant les élections présidentielle et législative du 27 décembre.

Sur les principales artères, des affiches appelant à voter « OUI » au référendum, soutiennent que « la paix, c’est dans les urnes ».

Mais les retards s’accumulent: samedi, le matériel électoral commençait tout juste à être acheminées vers les bureaux de vote de la capitale. Pour faciliter le déroulement des opérations, les autorités ont annoncé que les électeurs n’ayant pas encore récupéré leur carte pourraient voter sur présentation de leur récépissé d’enregistrement sur les listes électorales.

AFP

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

TANGUY 13/12/2015 07:21

Un adage dit que les conséquences corrigent mieux que les paroles. Nous avons vécues dans nos chaires les conséquences votre soiffe au pouvoir : Exile, morts, maladies, intempéries, faim, viols, pillage et incendie des maisons, vie en brousse comme des animaux, trouble psychique et émotionnelle, démence, déscolarisation des enfants etc.... ça suffit, nous voulons vivre en paix et revenir dans nos maisons. Vos discours divisionnistes et réductrices à vos nombrils ne passera plus. Nous réclamons la justice et rien que la justice. Pour cela, il faut passer par les élections même imparfaite pour avoir des nouvelles autorités et une nouvelle espérance comme a dit le Pape. Après tout Samba Panza a été élue par 65 personnes seulement si nous obtenons 66 votants pour le nouveau Président aux élections c'est déjà un plus.

GBANGA 13/12/2015 06:01

Nous voilà à nouveau de retour à vos thèses fantaisistes et simplistes montées de toutes pièces pour servir la cause perdue. Elle a eu pour mérite de diviser les centrafricains et faire exploser le mince tissu social et de désarticuler l'économie nationale. En bout de course, elle a fini de mettre le pays sous la coupe régler de la communauté internationale et au passage affaiblie notre souveraineté et notre dignité (faute de ressources propres même le salaire de nos agents sont payés par le travail et l'impôt payé par les autres qu'on appel "nos pays voisins"). Finalement, à l'heure des comptes nous sommes arrivés aux résultats inverses. Les Centrafricains aujourd'hui ne veulent plus mordre à cet hameçon (dont quelques illuminés ont crue au départ). Il va falloir changer de registre pour espérer les réemballer de nouveau. Ils font confiance à la justice pour démêler ce nœud. Qui vivra verra.

Freeman 13/12/2015 03:35

Je me demande quel est cet idiot qi peut dire que ces deux candidats maleureux ont ete soupconne d'avoir soutenu les anti-Balakas. Tant que vous ne reconnaissez pas ceux que les selekas ont fait aux chretiens en Centrafrique, en tout vous etes un sanginaire. Je vous rappelle une chose, quand Napoleon a conqui plusieus pays d'Europe y compris la Russie. Le peuple Russe a ete humilie, tue, se voir s'accaparer de tous ,les reserves de nouritures, de l'or, ainsi que tous les richesses de ce pays. Pour lutter cette barbarie, ces viols quotidiens des femmes Russes, les courageux hommes et femmes se sont organises et en fin de compte toute la poupalation sans exception a mis en deroute Napoleon et ces milliers d'hommes rien qu'avec les moyens de bord qu'elle(PopulationRusse) avait. Ceci dis, les selekas sont a la majore partie constituee des mercenaires qui vienaient de nos pays voisins. Et vue la gravite des actes barbares qu'il ont commis, ces jeunes gens ci se sont organises pour defendre en premier lieu leur famille a savoir leur, femme, leur soeur et aussi la liberta de vivre chez soi, car cesbarbares voulaient imposer leur religion et par la suite la haria a notre peuple qui, depuis son existance a connu la liberte, le respect des religions et surtout la paix. Admettons si c'etait vous qui faisait face a cette situation, allez vous fuire dans la brousse et perir a la merci de la precarite comme sont entrain souffrir nos parents en ce moment et rester regarder comment votre fille et votre femme se font violer enface de vous. Ces jeunes gens n'ont pas besoin d'un quelconque des politiciens que vous avez cite ci dessus afin de defendre leur famille quileur sont trop chers. Donc,vous je ne sais cevous foutez en Europe pour pourvoir ecrire des absurdites. Il ya maintenant des faux anti balakas qui sont finances par les detracteurs du processus de la paix, et ceux la il ne faut pas les confondre avec les vaillants jeunes qui defendent leurs quartiers,qui defendent leur villages,qui defendent leur communes, qui defendent leur patrie aux mains des barbares et des oppotunistes comme vous quine connaissent comment le souffre. Donc priere de faire les analyses et transmettre les bonnes informations aux internautes au lieu de mettre le feu sur de l'huile.
Freeman