CENTRAFRIQUE: LE MOUVEMENT KITE CLARIFIE L'INVALIDATION DU DOSSIER DE SON CANDIDAT A LA PRÉSIDENTIELLE .

Publié le par TAKA PARLER

CONFÉRENCE DE KITE
CONFÉRENCE DE KITE
Diaspora Magazine/ Où sont passées les pièces complémentaires du dossier du candidat des paysans Pascal Bida Koyagbele déposées à la Cour constitutionnelle alors qu’elles ont été réceptionnées par le greffier en Chef de ladite Cour en la date du 5 décembre 2015 ?

La cour constitutionnelle de transition a délibéré le 8 décembre dernier la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle. Le dossier du Candidat des paysans du mouvement Kité, Pascal Bida Koyagbele, a été invalidé pour non absence de caution, absence d’acte de naissance certifié, absence de récépissé d’enregistrement électoral, absence d’attestation de propriété bâtie et de profession de foi non signée du candidat.

Cependant toutes ces pièces manquantes ont été bel et bien déposées le 5 décembre à la Cour constitutionnelle de transition par Consolation Tchenguele Sinaka, mandataire du candidat selon les documents fournis par ce représentant du mouvement Kité à Bangui.
Comme preuve, le décharge du greffier en chef de la Cour constitutionnelle, Darré Florentin, confirme que les pièces manquantes ont été déposées trois jours avant la date de la délibération.

Mais où sont passées ces pièces ?

A entendre Pascal Bida Koyagbele par un appel téléphonique depuis l’Afrique du sud où il séjourne, lors d’une conférence de presse organisée par son représentant le 14 décembre à l’hôtel Ledger Plaza à Bangui : « C’est sous pression de l’ambassade de France en Centrafrique que mon dossier a été invalidé. Tout simplement, parce qu’on dit que ma candidature est de nature à troubler le processus électoral ».
En effet, explique Consolation Tchenguele Sinaka, c’était le 27 novembre dernier qu’il a déposé à l’Autorité nationale des élections le dossier de sieur Koyagbele. Ce dossier a été enregistré et un récépissé provisoire comportant un numéro d’ordre (N°41) lui a été délivré en attendant un récépissé définitif qui lui sera délivré dans les huit jours à compter de la date du dépôt. C’est ce qui est d’ailleurs prévu par l’article 53 du code électoral.

Il estime, pour sa part, qu’il y a dysfonctionnement voire erreur matérielle au niveau de la Cour constitutionnelle de transition, ce qui a pénalisé ce candidat lors de la délibération du 8 décembre.
C’est ainsi que le mandataire a rédigé une note de recours en urgence à l’attention du président de la Cour constitutionnelle de transition pour que Pascal Bida Koyagbele soit rétabli dans ses droits.
En revanche, une marche est prévue par ce mouvement de défi dans la semaine qui suive pour réclamer le rétablissement dans ses droits par la loi le dossier de leur candidat aux élections couplées présidentielles et législatives.

Herve Serefio

Diaspora Magazine

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

TANGUY 18/12/2015 12:54

Ne nous prenez pas pour des enfants. Si vous déposez un dossier, vous devez crocher ensemble avec les équipes de l'ANE l'ensemble des pièces constitutives du dossier et relever les pièces manquantes. Alors pourquoi amuser la galerie en nous racontant des histoires qui n'ont ni tête ni queue. l'ANE est une institution nationale qui ne peut pas s'amuser à gérer cet aspect sensible des questions de gestion des dossiers de candidatures avec légèreté. Trouvez autre chose pour expliquer la déconfiture de votre candidat.