ALLIANCE KNK-URCA : DOLOGUELE LE GRAND PERDANT ?

Publié le par TAKA PARLER

ANICET GEORGES DOLOGUELE
ANICET GEORGES DOLOGUELE

Les élections centrafricaines repoussées in extrémis au 30 décembre, la campagne électorale prendra théoriquement fin demain lundi 28 Décembre à minuit.

Dans l’ensemble on peut affirmer que la campagne s’est bien déroulée en dépit du climat sécuritaire incertain qui règne dans ce pays. Par contre on peut aisément porter un regard critique sur le manque de propositions concrètes des candidats. Nous avons aussi remarqué une absence totale de débats démocratiques et contradictoires tant chez les candidats investis pour la présidentielle ainsi que les différents membres de chaque écurie.

Ce qui revient à dire que les candidats s'esquivent mutuellement, autrement dit, chacun détiendrait des dossiers compromettants sur l'autre selon certaines indiscrétions des agences internationales. En lieu et place de débats contradictoires, on assiste au largage des slogans dénués de tout sens. Un slogan n'a jamais été un projet, un projet se doit d'être aussi réalisable. Rappelons ici qu'aucun candidat n'a réalisé un exploit d'expliquer la faisabilité de son projet et comment il compte surtout le financer.

Qui sera le grand vainqueur de ce scrutin présidentiel ? A bien y voir de près, personne ne gagnera cette élection par sa propre force. Les jeux d'alliances se sont déjà révélés dangereux pour les uns et bénéfiques pour d'autres.

Dangereux à l'instar du candidat de l'Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA), qui était un candidat considéré comme au dessus de tous les clivages du fait de sa neutralité dans les nombreuses crises en Centrafrique.

Pourtant bien parti au début de cette campagne, il vient de commettre l'irréparable en s'alliant avec BOZIZE. Cette alliance en réalité n'est qu'un coup d'épée dans l'eau et ouvre la voie à ses concurrents comme MARTIN ZIGUELE, DESIRE KOLINGBA ou encore KARIM MECKASSOUA.

Ce qu'il faut retenir de ces foutues élections, BOZIZE FRANCOIS n'a jamais été aussi impopulaire. Certains spécialistes qui sont restés loin de la Centrafrique pour tirer des conclusions hâtives, comme quoi BOZIZE détiendrait des réserves de voies dans le Nord et l'Ouham-Pende se trompent lourdement.

Autres informations à préciser, BOZIZE n'a jamais fait l'unanimité chez les ethnies majoritaires GBAYA de Centrafrique. Pour cause, lors des foutues élections de 1993 BOZIZE avait récolté moins de 1% de suffrages exprimés. Cela prouve qu'il n'est pas un leader GBAYA. En outre, quand il était aux affaires en 2005 il a peiné pour se faire élire même dans son propre fief ou il avait été mis en ballotage par MARTIN ZIGUELE. Par contre en 2011, confortablement installé au pouvoir, il a mis la machine électorale en route.

On peut expliquer la raison de cet engouement du au fait que tous les partis se sont agglutinés autour du parti Etat KNK pour espérer avoir des postes ministériels. Dans la Lobaye par exemple PARFAIT MBAY a fait un travail énorme pour faire élire BOZIZE à plus de 98% de voix.

Aujourd'hui le parti d'Etat travailliste KNK n'est plus que l'ombre de lui même. BOZIZE est contesté par les siens, Dans l'Ouham il fera désormais face à la montée JEAN BARKES NGOMBE-KETTE, l'ex maire de Bangui qui avait fait un travail hors paire pour embellir la ville de Bangui avant de démissionner.

Toujours dans l'Ouham-Pende BOZIZE fera face également au fils BAIKOUA ainsi que SYLVAIN PATASSE qu'il faut souligner a fait un travail remarquable de terrain. Autres informations à préciser avant le coup d'Etat de 2003 de FRANCOIS BOZIZE, ces deux régions étaient des régions sœurs favorables au MLPC.

C'est le renversement du feu président PATASSE qui a entrainé la division de ces deux régions politiquement. Pour preuve au temps du Président Patassé tous les postes de responsabilité étaient occupés que par les ressortissants de ces deux régions. Faut-il le rappeler que la défunte LUCIENNE PATASSE était de l'Ouham, en réalité le plus grand perdant issu de ces zones est bien Anicet Georges Dologuele.

Raison pour la quelle il lui fallait cette alliance avec BOZIZE pour récupérer quelques voix de l'Ouham. Hélas, cette alliance ne sera pas vraiment bénéfique, il se met à dos ceux mêmes qui organisent ces foutues élections.

Nous le voyons faire alliance au deuxième tour si jamais il venait à avoir lieu, du coup le statut de favori est passé de main et se retrouve désormais chez KARIM MECKASSOUA, DESIRE KOLINGBA et MARTIN ZIGUELE. Tout compte fait, le 30 sera dans 3 jours. En attendant la tenue effective de ces foutues élections, je vous invite chers(es) compatriotes de bien vouloir suivre mon regard, vous constaterez que je suis froid.

TAKA PARLER NEWS

Publié dans Election

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ZINGO 28/12/2015 12:44

C'est une faute politique. et un manque de discernement. M. DOLOGUELE sait bien que BOZIZE avec sa politique patrimoniale, clanique, tribaliste, despotique (assassinats MASSAI, viols, tueries par ses enfants)....est le responsable de la situation que connait le pays. Il n'a pas la notion de partage. C'est lui a amené en RCA les rebelles tchadiens et soudanais, les mêmes qui sont revenus le renverser parce qu'il n'a pas ce qu'il a promis aux rebelles qui l'ont aidé à renverser le Président démocratiquement élu dont M. DOLOGUELE était Premier Ministre! Ironie de l'Histoire! Pauvre DOLOGUELE. rendu aveugle par l'appétit du gain! Dommage!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!