CENTRAFRIQUE: EN DÉPIT DE L’ADVERSITÉ LES FONCTIONNAIRES CENTRAFRICAINS SONT RECONNAISSANTS DU MINISTRE ABDALLAH KADRE ASSANE DES FINANCES

Publié le par TAKA PARLER

ABDALLAH KADRE
ABDALLAH KADRE

Depuis 1960 à ce jour, le seul ministre des finances à pouvoir apporter de profondes réformes visant la bancarisation qui met fin aux fonctions de billeteurs usuriers qui appauvrissaient les fonctionnaires et agents de l’état au plus bas salaire mensuel. Aujourd’hui les agents de l’état poussent un ouf de soulagement et les usuriers d’hier n’ont que leurs yeux pour pleurer. Par ailleurs, on prête à ce vaillant fils du pays l’intention d’être un rebelle en raison de son appartenance à une région est partie la rébellion de la coalition séléka qui a renversé le régime de François Bozizé en mars deux mille treize, par contre ce dernier était en prison quand la séléka faisait l’incursion sur Bangui.

Selon ses détracteurs, il serait un arriviste alors que son excellent parcours démontre le contraire de ce que pensent les autres de lui. Il est malsain de jeter de l’opprobre sur un grand commis de l’état qui sert loyalement son pays. Pour la gouverne de ceux qui pleurent pour sa réussite, il reviendrait à retenir ceci, Abdallah kadre n’est pas ressortissant de l’INEA mais plutôt de l’ENA ( l’ école Nationale de l’économie Appliqué) de Dakar au Sénégal et aussi il a poursuivi ses études supérieures au centre de formation des sciences économique à Libourne en France.

Avec un parcours aussi élogieux, comment peut-on le considérer d’arriviste ? Un arriviste ne peut jouir de la confiance des autorités du pays qui l’ont nommé à plusieurs reprises ministre de la République au ministère du plan et de l’économie ; au département des postes et télécommunications chargé des nouvelles technologies et est revenu à deux fois ministre des finances et du budget, poste qu’il occupe actuellement. Il est accusé d’attribuer le marché public de gré à gré pour la réhabilitation des bâtiments du ministère des finances, alors qu’il a obtenu la dérogation du gouvernement centrafricain qui l’autorise à mener ces travaux et les entreprises de la place retenues sont crédibles.

Des affabulations

Il s’agit là d’une action citoyenne pour l’embellissement des édifices publics qui sont dans un état de délabrement avancé. En d’autres termes, le ministre des finances et du budget, Abdallah kadre n’est pas un homme à mettre dans n’importe quel panier à crabes. La haine viscérale caractérise les centrafricains dont le cœur est noir comme la couleur de leur peau, ceux-ci ne reconnaissent la valeur des hommes qu’à titre posthume et ceci frise les sensibilités du commun des mortels qu’on ne souhaite pas pour le valeureux ministre Abdallah kadre. D’ailleurs, il est au service de sa nation et peut être appelé par n’importe quel régime politique de servir la République parce qu’il est une compétence avérée qui jouit du soutien des partenaires au développement qui n’hésitent pas à lui faire appel pour des consultations internationales.

Selon les allégations relayées sur la toile de notre confrère central african news info, il aurait construit une villa de haut standing au Cameroun et que toute sa famille se trouverait à l’étranger, il faut dire à ce confrère qui tombe de quelle planète on ne sait de verser dans les contrevérités pour diffamer une personnalité disons, une autorité établie. Le ministre Abdallah kadre jure la main sur le cœur qu’il ne dispose pas de maison dans ce pays voisin pour la manifestation de la vérité, il faut maintenant apporter les preuves tangibles de cette accusation gravissime c’est-à-dire le titre foncier et les caractéristiques de cette prétendue qui est sortie de l’imagination fertile de l’auteur de l’article.

Ses détracteurs vont jusqu’à insinuer qu’il a été mis aux arrêts pour avoir détourné les flouses de l’état mais en toute conscience ce sont des affabulations de ceux qui ne savent ronger leurs freins dans les invectives.

Qui est Abdallah kadre ASSANE ?

Il a été chargé des études au ministère du plan, de l’économie et des statistiques ; expert national en statistique économique ; Directeur de l’économie et de la planification du développement ; président du CTP-PASS (comité technique permanent de programme d’ajustement structurel). Il fut nommé ministre délégué aux finances. Dans ses actions, il a entrepris d’apurer tous les arriérés du président bozizé puis il fut nommé ministre délégué près la primature chargé de bonne gouvernance. Par rapport à ses idées novatrices, on lui a confié le poste de ministre du plan et de la coopération internationale avant de se voir ministre des postes, télécommunications chargé des nouvelles technologies.

Dans le cadre de la politique de l’assainissement des finances publiques, le choix est porté sur lui pour redresser ce secteur à titre, il a négocié et obtenu au nom de la Centrafrique auprès des bailleurs de fonds de l’argent nécessaire pour la reconstruction du pays. Il s’affirme en réformateur des finances publiques et l’ensemble des fonctionnaires centrafricains, ses compatriotes le remercient pour ces actes citoyens de bravoure. Ce qui atteste la confiance que lui accorde le gouvernement pour être nommé à deux reprises ministre des finances et du budget.

Dossier à suivre……………….

Ghislain focky / L’EPERVIER

Publié dans ECONOMIE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

outman 23/11/2015 11:04

on voila un qui merite respect et consideration.