COMMUNIQUE DE PRESSE. DÉCLARATION DE KARIM MECKASSOUA

Publié le par TAKA PARLER

KARIM MECKASSOUA
KARIM MECKASSOUA

Karim Meckassoua

Bangui, République Centrafricaine

Pour en finir avec l’impunité dont jouissent les extrémistes armés, auteurs de récents crimes à Bangui.


BANGUI, le 30 octobre 2015. A l'invitation de Mme Catherine Samba-Panza, cheffe de l'Etat de transition, une délégation de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) est venue à Bangui pour prendre part à une concertation initiée par le Gouvernement.

Lundi 26 octobre 2015, alors qu'ils se rendaient à l'aéroport Bangui-Mpoko, les membres de cette délégation ont été enlevés et assassinés par des inconnus. En réaction à ces crimes crapuleux, Bangui s'est réveillé à nouveau ce jeudi 29 octobre 2015 avec des détonations d'armes à feu.

Cet énième cycle de violences a fait de nombreuses victimes innocentes : des compatriotes de Lakouanga, de Fatima et de 92 Logements notamment ont été froidement abattus. Des maisons ont été détruites et des centaines de personnes déplacées.

Ces violences aussi barbares qu'injustifiées résultent d’une instrumentalisation coupable des tensions intercommunautaires. Leurs instigateurs sont connus : des extrémistes qui spéculent sur la mort, la haine, la déstabilisation politique. Ils n’ont qu’un objectif : entretenir le chaos en République Centrafricaine pour éliminer tout espoir démocratique. Les auteurs de ces multiples crimes crapuleux ne sont jamais appréhendés, ni poursuivis, ni condamnés. Tout aussi coupable est l’impunité dont jouissent ces hommes.

Je condamne avec vigueur ces crimes odieux qui sèment tristesse et
désolation au sein de la population. J'exprime ma profonde compassion à l’égard des familles éprouvées. J'en appelle au Gouvernement de transition : au nom du maintien de l’ordre et de la justice pour lesquels il est mandaté par le Peuple, à lui de tout mettre en œuvre pour rechercher,
appréhender et condamner les coupables.

Bientôt le Peuple centrafricain se rendra aux élections et choisira librement et souverainement ses dirigeants. Le cycle pervers des représailles et des contre-représailles doit cesser. Il est temps que la République centrafricaine retrouve la quiétude et le chemin vers la réconciliation de ses enfants.

Meckassoua.RCA@gmail.com

@MeckassouaRCA

Publié dans Communique

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article