LES ENNEMIS INVISIBLES DE LA RCA

Publié le par TAKA PARLER

 LES ENNEMIS INVISIBLES DE LA RCA

J’ai écrit il n’y a pas si longtemps que trop de sang a coulé sur le sol centrafricain. J’ai fait une série de propositions à Madame Catherine SAMBA-PANZA, Présidente de la Transition. Elles visaient à rétablir la sécurité et la Paix dans le pays.

Aujourd’hui, j’essaie d’analyser avec vous les évènements survenus ces derniers jours dans notre pays.

Il est vrai que Madame Catherine SAMBA-PANZA et son Gouvernement ne nous donnent pas satisfaction de leur engagement dans la gestion du conflit qui ruine notre pays. Ont-ils réellement la volonté de faire bouger les lignes pour ramener la paix en République centrafricaine? S’il y’avait une réelle volonté de leur part de faire bouger le système, nous aurions vu des actes concrets sur le terrain pour améliorer la situation des populations.

La situation est certes difficile, j’en conviens. Mais si le Gouvernement veut démontrer qu’il est réellement à l’écoute de ceux qui souffrent de la perte d’un être cher, qu’il est capable et compétent d’alléger la souffrance de notre population, ils doivent prendre le taureau par les cornes et accepté de servir le pays au prix de leur vie. Pourquoi ne vont-ils pas tenir des réunions avec les centrafricains de confession musulmane qui subissent la dictature des séléka au Km5 ? Pourquoi ne pas instaurer voir imposer un dialogue permanent, un dialogue de vérité avec tous ceux qui œuvrent pour la paix en Centrafrique ? Le Gouvernement ne mène aucune action de sensibilisation, aucune action de prévention. Pour régler ce conflit ? Au point que nous sommes convaincus qu’il y gagne en entretenant ce conflit. Il en va de même pour les membres du Conseil National de Transition. Ils sont payés à ne rien faire. Pourquoi aucun membre du Gouvernement ou du CNT ne prend les devants pour organiser des journées de paix, des conférences ou des rencontres sur le thème de la paix, de la sécurité ? Le Gouvernement, à la limite, ne pouvait-il pas seulement prévoir les représailles qui ont eu lieu samedi dernier ?

Mais je veux également crier haut et fort ma détresse quant à la capacité de nuisances de certains hommes politiques qui ont été en responsabilité et qui manipulent des jeunes centrafricains, qui les transforment en bourreaux. Ces marchands de mort qui instrumentalisent une partie des FACA dans le seul et unique but pour revenir au pouvoir. Des consignes sont données depuis l’extérieur pour pousser une partie de la population à saboter le travail de la transition. Nous devons dénoncer cette pratique ! Les centrafricains ne méritent pas ça. Nous nous souvenons en 1980 et 1982 des tentatives de déstabilisation du pays par ces mêmes personnes. Aujourd’hui, pas très contents d’avoir été évincés du pouvoir, ils veulent saboter tout effort de réconciliation. Ils s’accrochent aux efforts de vrais des antibalaka qui œuvrent pour la défense du territoire et du peuple centrafricain face aux effroyables marchands de mort séléka, pour mettre le pays à feu et à sang. Prendre un tel but, c’est inadmissible. Vous et vos enfants seront punis par la main divine pour l’éternité. Le sang des centrafricains innocents vous poursuivra toute votre vie. Vous avez bafoué les valeurs fondamentales de notre pays et vous avez été incapables de garantir la stabilité de notre pays en tant que Général. Vous devez avoir honte, honte d’avoir été incapable de protéger votre peuple.

Je veux aussi lancer un appel à la communauté internationale qui laisse mourir des citoyens centrafricains par milliers. La résolution de l’ONU insiste sur la protection des civils et le rétablissement de l’ordre et de la sécurité, la stabilisation du pays. Elle prévoit même un recours à la force si nécessaire. Alors, pourquoi laisser des assassins faire preuve de justiciables en Centrafrique ? Pourquoi laisser des centrafricains mourir sans être secourus et protégés ? Pourquoi refuser de rétablir les FACA ? Entendons-nous bien ! Je parle des FACA qui sont restés loyaux à la République centrafricaine, pas ceux qui soutiennent mordicus les ex patrons du Palais de la Reconnaissance, qui tuent, pillent, et violent les centrafricains.

La force Sangaris et la MINUSCA ne pouvaient-elles prévoir les représailles et prendre des dispositions pour éviter ce bain de sang ?

Je veux enfin interpeler nos dignes et valeureux frères de l’Armée centrafricaine, les FACA, nos Généraux, Commandants, Capitaine, soldats, prenez vos responsabilité. Le peuple centrafricain est en désarroi, aux abois et il n’ya que vous pour nous aider à retrouver notre dignité, notre unité, notre fierté. J’ose croire qu’il reste encore des hommes et des femmes, frères d’armes, qui ont le sens de l’honneur, pour imposer à tous les acteurs de ce conflit de respecter le peuple centrafricain. Vous êtes les seuls à pouvoir rétablir l’ordre et la sécurité en Centrafrique.

Que les vrais femmes et hommes d’honneur que comporte l’Armée centrafricaine et seulement eux, ne laissent pas tomber le peuple centrafricain.

Martial ADOUMBOU !

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article